Catégories
LGBT Lifestyle

British Hospital supprime l'inscription à la réception répertoriant les LGBT + comme un «trouble de santé mentale»

Un hôpital d'Essex, en Angleterre, a supprimé un panneau indiquant que les LGBT + étaient un «trouble de santé mentale».

La militante de la justice climatique et de l'action queer, Ellen Gibson, a repéré le panneau, dans la zone de réception de l'hôpital Princess Alexandra du Service national de santé, hier.

Il incluait «LGBTG» (sic) à côté de vrais problèmes de santé mentale tels que «dépression» et «schizophrénie». Mais cela incluait également des symptômes de mauvaise santé mentale tels que «l’anxiété» et des situations susceptibles d’affecter la santé mentale, telles que les «drogues» et le «travail dans les services d’urgence».

Gibson a tweeté: «Par où commencer avec cette affiche, sur le mur d'un véritable hôpital @NHSHarlow.

«Faire partie de la communauté LGBTQ (ou LGBTG) n’est pas un trouble de santé mentale et je ne peux pas croire que j’ai à le dire à un établissement du NHS.»

Panneau indiquant les «troubles de santé mentale».
Le panneau indiquant les «troubles de santé mentale». Twitter

Notamment, le panneau avait l'air amateur plutôt qu'officiel – sans aucune marque d'hôpital. De plus, il n'incluait aucun conseil sur la direction à suivre si les gens s'inquiétaient pour leur santé mentale.

Après que le tweet de Gibson ait suscité la fureur sur les réseaux sociaux, l'hôpital a confirmé qu'il ne s'agissait pas d'un signe officiel et l'a supprimé.

L’hôpital Princess Alexandra s’est également excusé «pour toute infraction causée» et a tweeté:

«Merci d’avoir porté cela à notre attention. Soyez assuré que le point de vue implicite de l’affiche n’est pas celui de la confiance. »

La bataille contre la pathologisation LGBT +

L'Organisation mondiale de la santé a retiré l'homosexualité de sa liste de problèmes de santé en 1990. Les psychologues conviennent maintenant qu'être lesbienne, gay ou bi fait partie de la sexualité humaine.

Pendant ce temps, la même bataille pour les personnes trans a pris un peu plus de temps. Mais «dysphorie de genre» – le sentiment que votre sexe ne correspond pas à votre sexe qui vous était donné à la naissance – a remplacé le terme stigmatisant et inexact de «trouble de l’identité de genre» en 2013.

De plus, l’année dernière, l’Organisation mondiale de la santé a conclu qu’être transgenre n’était «pas réellement un problème de santé mentale». L'opinion croissante est que la variance entre les sexes est normale – et que sa pathologisation ajoute à la stigmatisation et renforce une fausse idée que le genre humain est binaire.

Tout cela compte, car la vision scientifique d'être LGBT + affecte les législateurs. Et le Royaume-Uni discute actuellement de deux lois où cela pourrait faire une différence cruciale.

Les militants LGBT + ont appelé le pays à réformer sa loi sur la reconnaissance du genre qui permet aux gens de changer de sexe légal. La loi précédente date de 2004 et nécessite un diagnostic de santé mentale qui, selon les militants, est dépassé et inutile.

Pendant ce temps, la Grande-Bretagne fait également partie des pays qui envisagent de rendre illégales les «remèdes» ou les «thérapies de conversion» LGBT +. Naturellement, un argument crucial en faveur d’une interdiction est qu’il n’ya pas de «désordre» à guérir.

Les psychologues et psychiatres du monde entier soutiennent désormais l’interdiction de ces «thérapies», affirmant qu’elles sont futiles et dangereuses.

Aide à la santé mentale

Si vous avez des problèmes de santé mentale, de l'aide est disponible. Vous trouverez ici une liste de ressources et de lignes d'assistance LGBT + dans le monde entier. Veuillez noter que certaines lignes d'assistance peuvent avoir des heures d'ouverture différentes pendant la pandémie.

GSN a contacté le Princess Alexandra Hospital NHS Trust pour de plus amples commentaires.

METTRE À JOUR: Trevor Smith, directeur général adjoint du Princess Alexandra Hospital NHS Trust, a déclaré:

«Nous nous excusons pour le délit causé par une affiche affichée dans notre hôpital. L'affiche a été supprimée immédiatement et des mesures sont prises pour comprendre comment cela a été affiché.

«Nous regrettons l’inquiétude suscitée par cette situation et nous assurons à tous nos patients que le point de vue impliqué par l’affiche n’est pas celui de la confiance.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *