Du côté psy ?

Corps et performances

Un des psychologues de l’AMG nous a permis de réfléchir à ce que pouvait signifier et représenter le fait d’utiliser des produits destinés à changer son corps, et son image. Son texte est ici présenté à l’écrit.

« J’interviens ici comme psychanalyste et comme psychologue car parler de son corps et de ses modifications c’est aussi parler de la représentation que l’on s’en fait c'est-à-dire ce que j’appelle la vie psychique pour chacun d’entre nous.

Je vous propose ces quelques réflexions et hypothèses, à partir de la clinique de personnes que je rencontre en psychothérapie analytique. Bien sur il ne s’agit pas d’explications uniques et totalisantes de ce désir de changement dont nous parlons mais d’observations que l’on peut et doit tout à fait discuter.

De quelle situation partons-nous ?

De l’insatisfaction de certains hommes gais vis-à-vis de leurs corps et de la perception de celui-ci. Trop maigre, trop gros pas assez musclé etc.

Comme l’a montré le psychologue Henri Wallon, chaque être humain développe un schéma corporel, représentation inconsciente et consciente de son propre corps, de l’intégration sensoriel motrice, de sa position dans l’espace. Toujours lié à la perception de l’autre et du monde extérieur.
La psychanalyste Françoise Dolto qui a beaucoup travaillé ces questions du corps chez l’enfant et l’adulte, parle d’image du corps pour conceptualiser ce que nous vivons tous les jours à savoir : ce corps érogène que nous habitons quotidiennement et qui est lié à notre propre vécu depuis l’enfance.
Cette image inconsciente mais aussi partiellement consciente du corps représente la synthèse vivante des expériences émotionnelles du sujet depuis l’enfance en passant bien sur par l’adolescence.
Et l’adolescence est le seul moment dans l’existence humaine ou nous quittons un corps, celui de l’enfant pour un nouveau, celui de l’adulte : expérience que nous ne pouvons refuser, mais expérience risquée et pleines de surprise et de difficultés pour beaucoup.

Vouloir transformer son corps c’est donc sur la base de l’insatisfaction que nous éprouvons de lui, vouloir rompre radicalement avec ce que nous habitions précédemment, de façon plutôt passive et inconsciente.
Comme je l’ai dit, ce changement a lieu toujours dans le rapport à l’autre qui nous constitue comme sujet c’est à a dire à partir du regard réel ou imaginé des autres.

Vouloir prendre du muscle on le fait donc pour ne plus voir ce qu’on était avant et on le fait surtout pour pouvoir se montrer aux autres de façon nouvelle.
Je suggère que c’est cette satisfaction là qui est souvent plus ou moins inconsciemment recherché.
C’est ce miroir de nous même que nous voyons dans le regard des autre que nous quêtons mais vous avez aussi remarqué bien sur que dans des discothèques et des salles de gym, beaucoup prennent un plaisir considérable à se regarder directement dans un miroir tout en se sachant regardé.
A savoir : constater dans le regard de l’autre que l’on est désiré et en tirer une intense satisfaction, narcissique, c’set à dire d’amour de soi à travers sa propre image.

Il y aurait alors là peut être une voie de comprehension, du désir de changement corporel chez certains.
Enfin trouver dans le regard de l’autre de l’intérêt et du désir ?
Un homme en thérapie se demandait lui qui avait fait régime et musculation comment il pouvait être désiré par des hommes aussi sexys, musclés et beaux alors qu’il continuait à ne pas s’aimer. Il disait : mais je ne vois pas ce qu’ils me trouvent. L’ancienne image inconsciente du corps détesté et disqualifié était toujours présente en lui.

Ce désir de changement radical est donc tout à fait justifié selon moi comme démarche. Car quand on souffre d’une situation on a envie de ne plus souffrir et que cela change.
A ce détail prés que s’il faut rétablir pour soi même une suffisamment bonne image narcissique c’est que cette image est dévaluée dans le rapport à l’autre et surtout à soi.

Vous avez remarqué comme moi que ce désir de changement du corps nécessite à la fois une discipline forte concernant la prise des produits et l’entrainement physique. Beaucoup trouveraient trop répétitifs et aliénants un tel emploi du temps et investissement psychique.

A contrario ceux qui l’acceptent ne trouvent il pas du plaisir dans cette répétition, cette obligation, qui peut apparaitre comme une obsessionalisation ?

Beaucoup d’hommes gais ou pas font cependant autrement avec leurs corps, plus ou moins satisfaits de leurs corps et en tous cas font avec. Pourquoi ? Mon hypothèse est que l’image inconsciente de leur corps est suffisamment solide même si elle n’est pas complètement satisfaisante.
Peut être y a-t-il la l’acceptation d’une forme de limite et de renoncement à l’inaccessible.

A contrario les hommes qui veulent radicalement modifier leur corps me paraissent faire face à une impossibilité de trouver une voie de sublimation, c'est-à-dire un déplacement d’une pulsion sexuelle vers un autre but.
Un autre point que je voulais rapidement soulever c’est que beaucoup d’hommes qui développent leurs musculations sont à la recherche de contact sensoriels et sexuels importants avec le même type d’hommes.
Comme s’ils pouvaient vraiment jouir de ce nouveau corps très érotisé avec ceux qui en ont aussi fait l’expérience, expérience peut être vécue comme un nouveau commencement et qui met en scène 2 corps mais aussi 2 peaux, contenant les muscles qui vont se toucher, se frotter tentant d’abolir quelque chose d’un ancien monde bien moins excitant.

Tentative aussi psychique peut être d’abolir la différence entre des corps différents et maintenant réunis sous le primat exclusif de la musculature, de la puissance, d’une virilité recherché, revendiquée et enfin trouvée ?

Voila ces quelques réflexions, qui ne se placent ni sur le terrain de la pathologie ou de la normalité.
Le désir de changement et la curiosité chez l’homme sont constants.
Aussi le désir de développer une musculature chez un homme et de changer radicalement son corps peut aussi donner la possibilité de changer psychiquement dans son rapport à soi et dans son rapport à d’autre et d’établir ainsi une nouvelle représentation de soi, plus sécure et plus acceptable.

A condition de ne pas se laisser dévorer par le miroir… »

Page mise à jour le: 05 septembre 2013

Contact
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.