Catégories
LGBT Lifestyle

Le coronavirus provoque une crise humanitaire pour les personnes LGBT + dans le monde

Les LGBT + du monde entier sont confrontés à une crise humanitaire. Et COVID-19 risque de décimer les organisations dont ils dépendent pour leur soutien.

L'organisme de bienfaisance international LGBT + basé au Royaume-Uni, le Kaleidoscope Trust, a mené des recherches dans 37 pays du Commonwealth – nations qui faisaient auparavant partie de l'Empire britannique.

En parlant à 34 organisations caritatives LGBT + travaillant dans ces pays, elle a constaté que 85% étaient préoccupés par le bien-être de leurs utilisateurs de services.

Et de nombreuses organisations peuvent ne pas survivre. Près de la moitié n'ont pas de réserves en espèces. De plus, la plupart craignent de perdre des revenus existants ou futurs.

Phyll Opoku-Gyimah est directrice générale de Kaleidoscope Trust.

Elle dit: «Nous assistons à une crise humanitaire émergente pour les personnes LGBTI + alors que les réponses du gouvernement à Covid-19 mettent les communautés LGBTI + vulnérables en grand danger.»

"La pauvreté aggravera notre situation déjà mauvaise"

Le rapport de la fiducie met en évidence la détérioration des droits humains des personnes LGBT + dans le Commonwealth.

Il indique que les gens au Botswana blâment les personnes LGBT + ou COVID-19, conduisant à au moins un suicide.

Pendant ce temps, à la Barbade, des personnes LGBT + disent que la police les a harcelés verbalement lorsqu'elles ont demandé de l'aide.

Raven Gill de Butterfly Barbados, a déclaré: "La police est plus irrespectueuse lorsque les membres de la communauté appellent pour signaler les abus, les menaces, le harcèlement ou même l'expulsion, sans assistance, faisant des déclarations désobligeantes, des insultes et même des menaces."

Le rapport indique que les personnes LGBT + risquent de perdre leur emploi et leurs revenus.

En particulier, selon le Pakistan et Sainte-Lucie, les personnes LGBT + sont plus susceptibles de dépendre du tourisme et du travail du sexe. Et la pandémie a, bien sûr, frappé ces emplois particulièrement durement. Cela, ajoute le rapport, met en danger «leurs moyens de subsistance, leur logement et leur vie».

Qasim Iqbal de NAZ Pakistan a déclaré: «La communauté LGBT, en particulier ceux qui sont transgenres et / ou à faible revenu – en particulier ceux impliqués dans le commerce du sexe – souffrent énormément. Ils n'ont plus de revenus ni d'argent pour le loyer ou la nourriture. »

Njeri Gathogo de LBQ Education Health and Advocacy, Kenya, a déclaré:

"La pauvreté aggravera notre situation déjà mauvaise, et c'est une vraie peur."

Le rapport utilise également des exemples de Kiribati et du Sri Lanka où des personnes LGBTI + sont «en détention avec des proches qui les discriminent et les stigmatisent». C’est une «menace pour leur santé mentale et physique».

Et il indique que les personnes séropositives et transgenres ont du mal à obtenir des médicaments au Ghana et à Malte.

Mac-Darling Cobbinah, du Centre pour l'éducation populaire et les droits de l'homme au Ghana, a déclaré:

«Les personnes séropositives ont du mal à accéder aux médicaments et aux repas nutritifs. Ceux à qui nous avons essayé de fournir un soutien ont été attaqués par les militaires et la police avec des cannes, forçant tous à se réfugier sous terre. »

Le coronavirus retarde des affaires judiciaires cruciales pour légaliser le sexe gay

De plus, la pandémie a retardé plusieurs affaires cruciales concernant les droits des LGBT + des droits humains.

Au Botswana, LeGaBiBo appelait dans leur cas à dépénaliser l'homosexualité. Le tribunal devait entendre leur appel en juillet. Mais ce n'est désormais probable que l'année prochaine.

Le rapport souligne également le travail de l'Alliance des Caraïbes orientales pour la diversité et l'égalité. L'année dernière, l'alliance a lancé des contestations constitutionnelles des lois sur la sodomie et l'indécence à Antigua-et-Barbuda, à la Barbade, à la Grenade, à Sainte-Lucie et à Saint-Kitts-et-Nevis.

Cependant, les mesures d'urgence dans ces pays ont retardé tous les cas.

De même, au Pakistan, NAZ a demandé à la Haute Cour de Lahore de combler les lacunes des Trans Protection Acts. Cela comprend des articles de la loi qui portent atteinte au droit des personnes trans à l'amour et au droit au mariage.

Cependant, les fonds du projet se sont épuisés en décembre. Et les cas se poursuivront probablement l'année prochaine lorsqu'ils n'auront plus d'argent pour les poursuivre.

Parallèlement, le Royaume-Uni a mis un «gel indéfini» sur le financement destiné à soutenir les droits internationaux des LGBT +.

L'enquête a également révélé que les organisations LGBT + du Commonwealth s'inquiétaient de leur survie:

  • 88% s'inquiètent du bien-être de leur personnel et de leurs bénévoles.
  • 85% se demandent si l'organisation peut continuer à fonctionner efficacement pendant le coronavirus.
  • 81% s'inquiètent de leurs pertes de revenus actuelles et prévues.

Joleen Mataele est de l'Association Tonga Leitis. Elle a déclaré: «En raison de cette pandémie, la majorité de notre personnel doit rester à la maison sans salaire. Nous n'avons pas les ressources pour financer aucun d'entre eux.

«Dans le même temps, nous avons du mal à être en mesure de fournir de la nourriture à ceux qui se trouvent dans notre refuge.»

Une pandémie endommage les droits LGBT + dans le monde

Le rapport du Kaleidoscope Trust confirme que le coronavirus porte atteinte aux droits LGBT + dans le monde.

Pendant ce temps, en Hongrie, le gouvernement abuse des pouvoirs des coronavirus d'urgence pour empêcher les personnes trans de changer de sexe.

De plus, la Pologne débat d'une loi «Stop à la pédophilie» qui lie faussement les homosexuels aux pédophiles et pourrait mettre fin à toute éducation sexuelle dans les écoles.

En Ouganda, des responsables ont fait une descente dans un refuge LGBT + et arrêté 23 jeunes pour des accusations de COVID-19 falsifiées.

Et au Panama, la police a dénoncé les personnes trans qui ne respectent pas ses règles de quarantaine fondées sur le sexe, où seuls les hommes sont autorisés à sortir certains jours et les femmes d'autres.

Pendant ce temps, des responsables locaux ont forcé des personnes LGBT + à danser et à s'embrasser pour les humilier après les avoir trouvés violant le couvre-feu des coronavirus aux Philippines.

En effet, la situation est si mauvaise que le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a ordonné aux gouvernements de ne pas abuser de la crise pour attaquer les personnes LGBT +.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *