Catégories
LGBT Lifestyle

Le Gabon vient de dépénaliser le sexe gay lors d'un vote historique pour la nation africaine

Ali Bongo Ondimba, président du Gabon. (John Berry / WireImage)

Dans une victoire écrasante pour les militants LGBT +, la chambre haute du parlement gabonais, le Sénat, a voté pour dépénaliser l'homosexualité.

Il survient après que les législateurs de la chambre basse du pays de la côte ouest de l'Afrique centrale ont voté pour annuler une loi criminalisant les relations homosexuelles qui n'a été introduite qu'en 2019. Il a été puni d'une peine pouvant aller jusqu'à six mois de prison et d'une amende de 5 millions de francs CFA (6 393 £).

Autant que la décision de dépénaliser le sexe gay a fait craquer la chambre basse – passant de 48 à 24 -, elle a reçu un soutien plus important de 59 votes de sénateurs, Reuters rapporté, le lundi 29 juin.

Le Sénat gabonais vote pour dépénaliser l'homosexualité dans une victoire éclatante pour les droits LGBT +.

Le projet de loi sera désormais ratifié par le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, a déclaré la porte-parole de la présidence, Jessye Ella Ekogha.

L'épouse de Bongo, Sylvia Ondimba, a également exprimé son soutien au projet de loi. Elle a écrit sur Twitter: «Le Parlement restaure un droit humain fondamental pour ses citoyens: celui d'aimer, librement, sans être condamné.

«La république défend le respect de la vie privée de chacun et reste une et indivisible au-delà des sentiments.

"Oui à la dignité, non à la haine."

Néanmoins, la décision de révoquer une loi d'à peine un an a déclenché une division parmi les législateurs.

"Mes convictions religieuses, mon éducation et la vision que j'ai pour mon pays ne me permettent pas d'accepter une telle abomination", a déclaré le sénateur Jean-Christophe Owono Nguema avant le vote.

Le continent africain a longtemps été façonné par la religion et le spectre du colonialisme, qui ont tous deux changé les droits LGBT +, parfois lents et irréguliers.

L'année dernière, par exemple, alors que des acclamations bruyantes ont été entendues dans les tribunaux du Botswana lorsque les juges ont décriminalisé le sexe gay, des pics de peur ont été ressentis lorsque les tribunaux kenyans ont voté pour le contraire, confirmant un code pénal britannique anti-gay de l'époque coloniale.

Le sexe homosexuel est illégal dans 32 des 54 pays africains, et de nombreuses lois sont des vestiges du colonialisme européen. Sept l'ont légalisé depuis 2012.

Selon l'International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (ILGA), en 2016, cinq pays – le Soudan, la Somalie, le Somaliland, la Mauritanie et le nord du Nigéria – punissaient toujours l'homosexualité avec la peine de mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *