Catégories
LGBT Lifestyle

Un étudiant noie un manifestant homophobe et raciste avec son trombone

Chaque fois que le manifestant a commencé à parler, Trey Hogan jouait de son trombone aussi fort que possible. (saw__your / Twitter)

Un étudiant américain est devenu viral après avoir utilisé son trombone pour étouffer un manifestant homophobe et raciste sur le campus.

Selon WLTX, Trey Hogan est un étudiant de première année à l’Université de Caroline du Sud et un trombone dans le groupe de l’université.

Mais lorsqu'un manifestant s'est présenté sur le campus portant un chapeau MAGA, tenant une pancarte indiquant «BLM (Black Lives Matter) sont des voyous racistes» et criant des insultes raciales et homophobes à travers un mégaphone, Hogan a décidé d'utiliser son trombone pour lutter contre la haine ignoble discours.

Chaque fois que le manifestant commençait à parler, Hogan jouait de son trombone aussi fort que possible, ce qui lui valut les acclamations et les applaudissements de ses camarades.

Sa manifestation bruyante mais pacifique a été filmée par un camarade de classe, qui l'a postée sur TikTok où elle a été vue plus de deux millions de fois.

Hogan a déclaré: «J'ai juste eu l'idée de noyer son son avec le mien, alors j'ai eu mon trombone et… j'étais plutôt hésitant au début, mais ensuite tout le monde l'a soutenu.

"Il disait des trucs assez haineux, et je n’étais tout simplement d’accord avec rien."

La vidéo de Hogan affrontant le manifestant homophobe et raciste a valu la renommée nationale étudiante, ainsi que les surnoms de «Trombone Guy» et «Trombro».

Il a poursuivi: «Je ne m'attendais pas vraiment à ce que tant de gens réagissent comme ils l'ont fait, mais ça fait vraiment du bien, et c'est vraiment agréable de savoir que les gens soutiennent tellement ce que j'ai fait et qu'ils veulent me montrer leur soutien. .

«Cela montre que nous soutenons tout le monde ici. Ce n’est tout simplement pas correct, et nous ne voulons pas de cela sur ce campus. »

Bob Caslen, le président de l’université, a écrit sur Twitter: «Le manifestant de Greene Street a peut-être le droit constitutionnel d’être là et de dire ce qu’il veut, mais ses paroles ne reflètent pas les valeurs et les principes de notre université.

«J'applaudis nos étudiants de l'Université de Caroline du Sud qui ont exprimé pacifiquement leur opposition à la haine qu'il crachait.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *