Catégories
LGBT Lifestyle

Un musée des droits de l'homme a forcé le personnel à censurer les expositions LGBT + pour les écoles

Les gestionnaires du Musée canadien pour les droits de la personne ont demandé au personnel de censurer le contenu LGBT + lors de la visite de certains invités.

Les employés disent que le musée a fait la demande pendant au moins deux ans lors de la visite de certains invités, y compris des étudiants des écoles religieuses.

Dans un cas, le musée a demandé à un travailleur LGBT + de bloquer physiquement une exposition sur le mariage homosexuel afin qu'un groupe de passants ne le voie pas.

Gabriela Agüero, qui travaillait comme guide touristique au musée, est allée à CBC News avec des allégations de censure.

Elle a déclaré: «Quand je me suis plainte à ce sujet, (la direction a dit),« Eh bien, c'est ce que nous demandons et nous devons honorer les demandes des écoles parce qu'elles nous paient pour ces visites. »

«C'était horrible. J'ai dû aller m'asseoir avec mes amis gays dans le personnel et leur dire que je l'avais fait. C’était un sentiment de culpabilité horrible et très douloureux. »

Le musée a confirmé qu'il autorisait les écoles à demander aux guides touristiques de ne pas montrer de contenu aux élèves.

Cette approche, qui s'est déroulée de janvier 2015 à mi-2017, a inclus l'exclusion des histoires LGBT +. Cependant, le musée dit qu'ils n'adaptent plus les visites de cette façon.

"Certainement une chose à effacer"

Musée canadien des droits de la personne.
Musée canadien des droits de la personne. Brydon McCluskey

Pendant ce temps, un employé actuel du Musée canadien des droits de l'homme prétend que la censure sur le contenu LGBT + ne visait pas à en protéger les jeunes enfants.

Le travailleur a déclaré que le musée avait fait des demandes pour des groupes de tous âges. Il s'agissait notamment de certains lycéens, diplomates et donateurs.

Et le membre du personnel a ajouté: "C'était définitivement une chose d'effacement plutôt qu'une inquiétude pour les jeunes enfants."

De plus, l'employé a déclaré que même après que le musée a cessé de permettre que les demandes de contenu gay soient cachées, la censure s'est poursuivie.

Au lieu de cela, les membres du personnel de l'école ont commencé à se tenir devant l'alcôve contenant l'exposition des couples de même sexe. De cette façon, ils ont empêché les étudiants de le voir.

Le ministre du Patrimoine dit que le musée ne devrait pas «faire taire» les voix LGBT +

Le scandale a même atteint le bureau du ministre fédéral du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault.

Dans un communiqué, il a déclaré: «Une institution comme le Musée canadien pour les droits de la personne ne doit pas être perçue comme tolérant l'homophobie ou pratiquant l'autocensure. Son rôle est d'exposer les réalités de ceux dont la voix a été réduite au silence, et non de les faire taire encore plus. »

Parallèlement aux allégations d'homophobie, d'anciens membres du personnel sont devenus publics sur les réseaux sociaux pour parler du racisme au musée.

Par conséquent, le musée de Winnipeg, au Manitoba, a embauché l'avocate locale Laurelle Harris pour examiner les plaintes. Harris est un expert en études et méditation féminines et noires. Son rapport initial doit être présenté fin juillet et comprendra des recommandations sur la façon d'aller de l'avant.

Pendant ce temps, le PDG du musée, John Young, a déclaré au personnel qu'il ne demanderait pas de renouvellement de mandat à la fin de son mandat en août.

Dans l'e-mail interne, il a déclaré que l'idée de cacher le contenu LGBT + était douloureuse. Et il a ajouté:

"Bien que ce ne soit pas la politique du musée, il y a clairement eu des cas qui sont en contradiction avec notre approche" venez voir ".

"C'est un échec de notre part, et en tant que directeur du musée, la responsabilité de ces lacunes au musée repose sur mes épaules."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *