Catégories
LGBT Lifestyle

Une femme trans brutalement battue chez elle par une foule qui menaçait de la tuer / Nation LGBTQ

Kendall Stephens

Kendall StephensPhoto: ABC 7 Actualités

Une femme transgenre a été battue dans sa propre maison après avoir dit aux gens à l'extérieur de se calmer.

«Ils m'ont traité de tra ** y, ils ont dit: 'Tu es un homme, on va t'avoir.' Et ils ont répété ça tout au long de la raclée, ils ont dit que je le méritais», a déclaré Kendall Stephens, 34 ans , à propos de l'attaque de lundi soir.

EN RELATION: Un gay dénigré dans l'horrible crime haineux de Philadelphie revendique désormais la légitime défense

Stephens a déclaré qu'elle passait une nuit tranquille à la maison avec son mari, sa filleule de 12 ans et un autre enfant lorsqu'elle a entendu une bagarre éclater devant chez elle à Philadelphie.

"C'était une bagarre, les gens se battaient, les gens jetaient des bouteilles d'alcool devant ma propriété alors que j'avais des enfants à l'intérieur", a-t-elle déclaré à ABC 7 News.

Stephens a demandé à la foule de se calmer et a dit qu'elle appellerait le 911 si ce n'était pas le cas, et c'est à ce moment-là que la foule s'est retournée contre elle.

«Cette dame vient me frapper comme un taureau et commence à me balancer, j'ai essayé de fermer ma porte, la porte d'entrée, et pendant que je fais ça, elle l'ouvre et commence à m'attaquer sur le visage», a-t-elle raconté .

«Mes lèvres sont enflées, ma mâchoire est très douloureuse, à peine capable de la mâcher, c'est si grave», a déclaré Stephens à propos de ses blessures.

Elle a déclaré qu'elle n'avait pas pu dormir depuis l'attaque parce qu'elle «avait peur pour ma vie» parce que les agresseurs avaient menacé de revenir et de la tuer.

"Ils ont déjà montré quel genre de monstres ils sont, ce sont des sauvages."

La police l'a d'abord signalé comme une agression, mais plus tard, Stephens a dû consulter un médecin dans un hôpital et le personnel de l'hôpital a appelé la police.

«J'étais reconnaissant que Kendall soit vivant, mais je suis en colère contre certains que cela se soit produit. Je suis également en colère contre certaines des façons dont cela a été géré », a déclaré Deja Alvarez du comité de liaison de la police LGBTQ de Philadelphie. «Il y aura un exemple qui montre qu'il n'y aura pas de saison ouverte pour les personnes trans.»

Aucune arrestation n'a été effectuée jusqu'à présent, mais la police recherche des personnes qui ont été capturées par une caméra de surveillance à proximité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *