Une manifestation de la fierté à Budapest, capitale de la Hongrie, en 2019. (Getty/ATTILA KISBENEDEK)

Avant la Budapest Pride, 30 ambassades du monde entier ont demandé « l’absence de violence » pour les homosexuels en Hongrie.

La lettre ouverte, publiée lundi 19 juillet, a été signée par les ambassades d’Argentine, d’Australie, d’Autriche, de Belgique, du Canada, du Chili, de Chypre, du Danemark, d’Estonie, de Finlande, de France, d’Allemagne, de Grèce, d’Irlande, d’Israël, d’Italie, de Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Monténégro, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Portugal, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis. Il a également été signé par 12 instituts culturels en Hongrie.

Ils ont exprimé leur « plein soutien aux membres de la communauté LGBT+ et à leurs droits à l’égalité et à la non-discrimination, à la liberté d’expression et de réunion pacifique, et à l’absence de violence » et ont déclaré que « le respect de l’état de droit et des droits humains universels sont les fondements sur lesquels sont construits les États démocratiques ».

Les ambassades n’ont pas hésité à exprimer directement leurs inquiétudes concernant les attaques répétées contre les droits LGBT+ en Hongrie par le Premier ministre Viktor Orban, allant de l’interdiction des unions civiles et de l’adoption homosexuelle jusqu’au lancement d’une offre visant à effacer légalement les personnes trans.

Plus récemment, le pays a adopté un projet de loi qui interdit la « promotion » des problèmes LGBT+ dans les écoles, établit une liste approuvée par le gouvernement des prestataires d’éducation sexuelle dans les écoles et interdit tout contenu LGBT+ dans la publicité ou les médias qui pourrait être vu par des mineurs.

Les ambassades ont écrit : « Préoccupés par les récents développements qui menacent le principe de non-discrimination en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre, nous encourageons des mesures dans chaque pays pour garantir l’égalité et la dignité de tous les êtres humains, quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. , et soulignent la nécessité pour les dirigeants élus et les gouvernements de respecter et de protéger les droits des personnes LGBT+.

Ils ont ajouté qu’ils soutiendraient Budapest Pride, célébrant son « rôle dans la promotion de l’égalité de traitement et de l’acceptation sociale pour toutes les personnes LGBT+, et contribuant à la création d’une société plus ouverte, juste, inclusive et égalitaire ».

L’Union européenne s’apprête à intenter une action en justice contre la Hongrie pour « violation » des droits humains des LGBT+

L’UE a annoncé la semaine dernière qu’elle prendrait des mesures contre la Hongrie pour « violations des droits fondamentaux des personnes LGBT+ ».

La Commission européenne a déclaré que l’interdiction par la Hongrie de la « promotion » des questions LGBT+ dans les écoles et les médias « viole la dignité humaine, la liberté d’expression et d’information, le droit au respect de la vie privée » et le « droit à la non-discrimination ».

Le pays a été mis en demeure de « corriger » le problème dans les deux mois, et s’il ne le fait pas, l’affaire pourrait atteindre la Cour de justice européenne, qui pourrait imposer des sanctions financières importantes à la Hongrie.