Six athlètes français de haut niveau sont sortis LGBTQ pour le mois de la fierté, dont trois qui se sont qualifiés pour les Jeux olympiques de Tokyo et un nageur qui a remporté une médaille d’or et deux d’argent dans des équipes de relais en 2012 et 2016.

Les six sont l’escrimeuse Astrid Guyart, la judoka Amandine Buchard, la basketteuse Céline Dumerc, le nageur Jérémy Stravius, le patineur Kevin Aymoz et le rugbyman Jérémy Clamy-Edroux. Guyart, Buchard et Dumerc se sont tous qualifiés pour les Jeux de Tokyo, Buchard étant l’une des favorites dans sa catégorie de poids en judo.

Les athlètes sont sortis dans le documentaire « We Need to Talk » diffusé sur la chaîne Canal+. Selon les médias, la réalisation du documentaire a pris un an et les athlètes ont accepté de ne pas parler du film jusqu’à ce qu’il soit diffusé.

Le patineur français Kevin Aymoz concourt au Japon en 2021.

Le patineur français Kevin Aymoz concourt au Japon en 2021.
Photo de Koki Nagahama – Union internationale de patinage/Union internationale de patinage via Getty Images

Je n’ai pas vu le documentaire et ne parle pas français, mais des reportages traduits montrent les six athlètes avec les mêmes peurs de sortir que les athlètes LGBTQ partout. Le patineur Aymoz, qui est gay, a déclaré qu’il avait depuis longtemps entendu dire que le patinage était un « sport de pédé » et que savoir qu’il était gay « hantait mes journées » alors qu’il était dans le placard.

Stravius, qui a remporté une médaille d’or et d’argent en 2012 et une d’argent en 2016 au sein des équipes de relais olympiques de France de natation, a déclaré qu’il craignait que s’il sortait, il serait traité différemment. « J’imaginais que certaines personnes allaient dire que si nous étions ensemble dans les vestiaires, [Stravius] est en me regardant.

Céline Dumerc (9) joue pour l'équipe de France olympique.

Céline Dumerc (9) joue pour l’équipe de France olympique.
Photo de Nathaniel S. Butler/NBAE via Getty Images

Dumerc, maintenant en couple avec une femme, a raconté comment elle a dû prétendre qu’elle était la «célibataire éternelle» de son équipe alors qu’elle était enfermée. Guyart l’escrimeur a parlé d' »avoir entendu des blagues homophobes pendant 10 ans » et de se sentir obligé d’en rire avec les autres.

Clamy-Erdoux, le seul athlète masculin de sport d’équipe des six, a expliqué qu’il avait dû «mettre en place des barrières pour que rien ne soit mal interprété». Et comment il a senti qu’il était nécessaire d’accompagner ses coéquipiers avec des phrases de motivation d’avant-match du genre « nous allons baiser ces pédés ». Malgré ces souvenirs, il a déclaré qu’il ne pensait pas que le rugby était homophobe mais qu’il était joué par « des hommes intelligents et ouverts d’esprit. » Il a dit que son plus gros obstacle était son père, avec qui il n’était pas sorti et qu’il allait devoir regarder le documentaire.

Amandine Buchard est une favorite dans la compétition de judo des moins de 52 kg.

Amandine Buchard est une favorite dans la compétition de judo des moins de 52 kg.
Photo de Matt Roberts/Getty Images

Buchard, la star du judo, est absente depuis trois ans, même si elle dit qu’elle n’a pas parlé à sa mère depuis qu’elle est sortie. Néanmoins, elle a exhorté les autres dans le placard à sortir et à « vivre leur vie ».

«Je suis bon dans ma vie, je suis bon dans mon sport, je m’accepte», dit Buchard, un sentiment que tous les athlètes LGBTQ doivent adopter.