61% des citoyens LGBT + de l'UE évitent toujours ou souvent de tenir la main d'un partenaire de même sexe en public de peur d'être agressés ou harcelés.

Et un sur 10 a subi une agression physique ou sexuelle au cours des cinq dernières années parce qu'ils sont LGBT +.

De plus, le harcèlement et la discrimination sont plus élevés aujourd'hui qu'en 2012.

C'est selon la plus grande enquête jamais réalisée auprès des personnes LGBT + dans les pays de l'Union européenne, y compris le Royaume-Uni.

L'enquête a également révélé que les jeunes LGBT + sont plus susceptibles de souffrir de discrimination et même d'agression physique ou sexuelle. Et cela montre que les personnes trans et intersexuées souffrent de niveaux de discrimination plus élevés que les autres citoyens LGBT +.

L'Agence des droits fondamentaux de l'UE (FRA) a mené l'enquête auprès de 140 000 personnes en 2019. C'est plus que les 93 000 qui ont participé en 2012.

Plus de harcèlement et de discrimination qu'en 2012

De plus, l'enquête dissipe le mythe selon lequel les Européens LGBT + ont fait d'énormes progrès ces dernières années.

Il y avait quelques points positifs. Par exemple, le nombre de personnes LGBT + qui sont «souvent ou toujours» ouvertes sur leur identité est passé de 36% en 2012 à plus de la moitié – 52% – en 2019.

Cependant, en 2019, 58% des personnes LGBT + ont déclaré avoir été harcelées par des situations offensantes ou menaçantes au cours des cinq dernières années. Cela peut avoir été au travail, dans la rue, dans les transports publics, dans un magasin, sur Internet ou ailleurs. Cela représente une augmentation par rapport à 45% depuis 2012.

Dans l'ensemble, en 2019, 43% des personnes LGBT + ont déclaré avoir subi une discrimination au cours des 12 derniers mois. Cela se compare à seulement 37% en 2012.

D'une part, le nombre de personnes LGBT + victimes de discrimination lors de la recherche d'un emploi a légèrement baissé, passant de 13% en 2012 à 11% l'an dernier. Cependant, le nombre de personnes victimes de discrimination au travail est passé de 19% il y a sept ans à 21% aujourd'hui.

Sans surprise, la plupart ont déclaré qu’ils ne pensaient pas que le gouvernement de leur pays «répondait adéquatement aux besoins de sécurité des personnes LGBTI». Seulement 4% pensaient que la réponse était «tout à fait adéquate», 72% disant qu'elle était «probablement ou certainement pas adéquate».

Il n'est pas surprenant non plus que la FRA ait choisi de nommer le rapport "Un long chemin à parcourir pour l'égalité des LGBTI".

«Les jeunes LGBTI ne se sentent pas en sécurité»

Une tendance claire de l'enquête approfondie est que les jeunes sont confrontés à une discrimination particulièrement élevée.

Les chercheurs ont reçu 18 681 réponses de 15 à 17 ans et 49 761 de 18 à 24 ans.

Ils ont constaté qu'un peu plus de la moitié (53%) des 15 à 17 ans étaient victimes de discrimination dans certains domaines de la vie. C'est encore plus élevé pour les répondants trans (69%) et intersexués (65%) du même âge.

De plus, les jeunes étaient plus susceptibles de cacher ou de dissimuler leur identité LGBT + par crainte de la violence. Et ils sont plus susceptibles de subir du harcèlement.

Chez les adolescents, 51% de ce harcèlement impliquait une personne de l'école, du collège ou de l'université.

Pendant ce temps, les écoles ne parviennent toujours pas à «résoudre les problèmes LGBTI». 47% du groupe d’âge le plus jeune – le plus susceptible d’être encore à l’école – ont déclaré que leur école n’avait résolu ces problèmes «à aucun moment». Et 10% ont déclaré avoir parlé de sujets LGBT + mais de manière négative.

Petra Tomašić est coprésidente de l'Organisation internationale des jeunes et des étudiants LGBTQI (IGLYO).

Tomašić a déclaré: «L'enquête montre que la discrimination et le harcèlement sont une réalité pour beaucoup trop de jeunes LGBTI. En conséquence, nous devons souvent cacher qui nous sommes ou éviter certains endroits. Le message est clair: les jeunes LGBTI ne se sentent pas en sécurité. »

Forte augmentation de la discrimination trans

Les droits des personnes trans sont particulièrement attaqués ces dernières années en Europe. Une étude distincte publiée hier – la carte arc-en-ciel annuelle de l'Europe – a montré aux personnes trans en première ligne de la bataille pour l'égalité LGBT +.

Aujourd'hui, cette enquête confirme que la discrimination a augmenté encore plus fortement pour les personnes trans dans l'UE au cours des sept dernières années. En 2012, 43% des personnes trans ont déclaré avoir été victimes de discrimination au cours des 12 derniers mois. Ce chiffre est aujourd'hui de 60%.

En conséquence, près d'un tiers des personnes trans évitent d'exprimer physiquement leur sexe parce qu'elles craignent d'être agressées, menacées ou harcelées.

Alors qu'une personne LGBT + sur 10 dans son ensemble a subi une agression physique ou sexuelle au cours des cinq dernières années, ce chiffre est deux fois plus élevé – un sur cinq – pour les personnes trans et intersexuées.

Parmi toutes les personnes LGBT +, 11% ont déclaré qu’elles «évitaient toujours certains endroits ou lieux de peur d’être agressées, menacées ou harcelées» et 22% ont dit qu’elles le faisaient souvent.

Cependant, ce chiffre est beaucoup plus élevé pour les femmes trans – 17% évitent toujours les emplacements et 31% le font souvent. Pendant ce temps, il est également plus élevé chez les hommes trans, 12% évitant toujours les emplacements et 25% le faisant souvent.

Personnes intersexes subissant un traitement médical sans consentement

L'enquête était également une étude révolutionnaire sur les personnes intersexuées en Europe. L'échantillon de 1 500 participants intersexes était le plus important à ce jour.

Il est choquant de constater que les personnes intersexuées subissent toujours des interventions médicales pour définir leurs caractéristiques sexuelles sans consentement.

Il a révélé que 62% des personnes intersexuées ont subi une intervention chirurgicale pour changer leurs caractéristiques sexuelles, même si ni eux ni leurs parents n'y ont consenti correctement.

Et environ la moitié des personnes intersexuées ont déclaré avoir reçu un traitement hormonal ou autre sans consentement pleinement informé.

Plus d'une personne intersexuée sur trois (34%) affirme que la discrimination en raison de ses caractéristiques sexuelles est une expérience de vie quotidienne majeure et régulière.

Kitty Anderson est coprésidente de l'Organisation Intersex International Europe.

Anderson a déclaré: "Même si nous savions déjà, sur la base de nos connaissances communautaires, à quel point la situation de vie des personnes intersexuées est sombre dans toute l'Europe, nous avons maintenant des preuves statistiques pour sauvegarder ce qui était auparavant diffamé comme preuve anecdotique."