Analyse BONUS : « Cardi B et Lizzo s’inspirent des anciens Grecs, apportant une nouvelle tournure à une vieille tradition« , quelque chose dans lequel les femmes noires s’insèrent depuis plus d’un siècle pour revendiquer une place dans la colonne. (Ci-dessous) par Grace B. McGowan, via The Conversation.

Est-ce ce qui a poussé les intervenants à devenir assez méchants pour faire pleurer Lizzo? 20 millions de vues au cours de sa première semaine vont les rendre vraiment mécontents.

Publié par
BANG Showbiz Anglais

Cardi B et Lizzo

Offset pense que les critiques de Cardi B et Lizzo devraient simplement les laisser «être formidables».

Le rappeur de 28 ans et Lizzo, 33 ans, ont fait face à une réaction en ligne après avoir publié la nouvelle vidéo de leur collaboration « Rumors », mais Offset pense que les critiques devraient arrêter de les juger si férocement.

La star de Migos – qui est mariée à Cardi depuis 2017 et a une fille de trois ans avec la star du rap – a déclaré à TMZ : « Que ces belles femmes noires soient formidables, arrêtez de juger. Nous travaillons dur pour être des artistes pour le monde. Laissez nous. »

Lizzo a récemment révélé qu’elle avait reçu de nombreux commentaires haineux sur les réseaux sociaux de la part de body-shamers et de trolls depuis la sortie de la vidéo « Rumors ».

La pop star en tête des charts a ravalé ses larmes en admettant avoir été «blessée» par les messages abusifs.

Elle a partagé: «J’ai juste l’impression de voir la négativité dirigée vers moi de la manière la plus étrange. Les gens disent des conneries sur moi, ça n’a même pas de sens.

Lizzo a également révélé qu’elle avait reçu des messages racistes via les réseaux sociaux.

Elle a déclaré: «C’est phobique, c’est raciste et c’est blessant. Si vous n’aimez pas ma musique, cool. Si vous n’aimez pas la chanson ‘Rumors’, cool.

La chanteuse a avoué avoir été choquée par la haine en ligne et a insisté pour qu’elle essaie d’être aussi inclusive que possible.

Elle a expliqué : « Je fais de la musique que j’aime, c’est important pour moi, et je fais de la musique qui, j’espère, aide les gens.

« Je ne fais pas de musique pour les blancs – je ne fais de musique pour personne. Je suis une femme noire qui fait de la musique. Je fais de la musique noire, point. Je ne sers personne d’autre que moi-même. Tout le monde est invité à un spectacle de Lizzo, à une chanson de Lizzo.

Cardi B a également exprimé son soutien à Lizzo sur les réseaux sociaux.

Elle a récemment écrit sur Twitter : « Quand vous vous défendez, ils prétendent que vous êtes problématique et sensible. Quand vous ne le faites pas, ils vous déchirent jusqu’à ce que vous pleuriez comme ça. (sic)”

Cardi B et Lizzo

cardi b et lizzo

PLUS : Cardi B et Lizzo font partie d’une tournure centenaire de femmes noires (re)clamant la salle dans la « beauté, la joie et le pouvoir de cette tradition » ;

Les corps et les personnes exclus du sommet des colonnes classiques sont présentés, avec 20 millions de vues en une semaine et comptant…

La conversation
Grace B. McGowan, Université de Boston

Ce n’est pas souvent qu’une pop star sort un clip qui correspond si bien à mes recherches universitaires.

Mais c’est exactement ce que Lizzo a fait dans sa nouvelle chanson, « Rumors ». Dans celui-ci, Cardi B et Lizzo s’habillent de robes inspirées des déesses grecques, dansent devant une statuaire d’inspiration classique, portent des coiffes évoquant des cariatides et se transforment en vases grecs.

Elles ajoutent leur propre touche à ce qu’on appelle la tradition classique, un style enraciné dans l’esthétique de la Grèce et de la Rome antiques, et ce ne sont que les artistes femmes noires les plus récentes à le faire.

Cardi B et Lizzo évoquent la Grèce antique dans la vidéo de « Rumors ».

Les suprémacistes blancs manient les classiques

La tradition classique a été extrêmement influente dans la société américaine. Vous le voyez dans la marque des rasoirs Venus, du nom de la déesse romaine de la beauté, et des vêtements de sport Nike, du nom de l’ancienne déesse grecque de la victoire ; au nom de villes comme Olympie, Washington et Rome, Géorgie ; dans l’architecture néoclassique de la capitale nationale ; et dans les débats sur la démocratie, le républicanisme et la citoyenneté.

Cependant, au 19ème siècle, la tradition classique a commencé à être exercée contre les Noirs d’une manière spécifique. En particulier, les lobbyistes pro-esclavagistes et les apologistes de l’esclavage ont fait valoir que la présence de l’esclavage dans la Grèce antique et à Rome était ce qui a permis aux deux empires de devenir des sommets de civilisation.

Même si la Grèce et Rome antiques ont commercé, combattu et appris des anciennes civilisations africaines telles que l’Égypte, la Nubie et Méroé, la présence et l’influence de ces sociétés ont eu tendance à être minimisées ou ignorées.

Au lieu de cela, l’esthétique grecque et romaine antique a été présentée comme des modèles de beauté et de sensibilité artistique. Les statues classiques telles que la Vénus de Milo et l’Apollon Belvedere sont souvent considérées comme le sommet de la perfection humaine. Et parce que les statues de marbre de l’Antiquité ont, au fil du temps, perdu leurs couleurs peintes, cela a influencé la croyance répandue selon laquelle toutes les divinités étaient imaginées comme blanches.

Pour ces raisons, les femmes noires sont rarement apparues dans les représentations et les reproductions classiques.

Lorsqu’ils l’ont fait – et en particulier dans l’art néoclassique occidental – c’était généralement sous la forme d’une dénaturation ou de la moquerie.

Par exemple, dans la gravure de 1801 de Thomas Stothard « Voyage of the Sable Venus from Angola to the West Indies », il dépeint une femme noire dans le style de la « Naissance de Vénus » de Botticelli romantisant le traumatisme déchirant du passage du milieu de la traite négrière. Au milieu du XIXe siècle, Sarah Baartman, une femme noire sud-africaine, a été promenée en Europe et exposée en raison de ses grosses fesses. Elle a été surnommée par dérision la « Vénus Hottentot ».

Les artistes noirs repoussent

Au tournant du 20e siècle, cependant, les femmes noires ont commencé à se réapproprier les divinités classiques de la beauté, telles que Vénus.

Pauline Hopkins, une écrivaine travaillant à Boston pour The Colored American Magazine, a joué un rôle central. Un numéro de 1903 du magazine a publié un éditorial sans signature, bien qu’il y ait un consensus scientifique selon lequel Hopkins a écrit l’article.

L’éditorial a soutenu de manière controversée que les modèles de deux parangons de la beauté classique avaient en fait été des Éthiopiens asservis.

« Les autorités du monde de l’art ont démontré que les exemples les plus célèbres de beauté classique en sculpture – la Vénus de Milo et l’Apollo Belvedere – ont été ciselés à partir de modèles d’esclaves éthiopiens », a écrit Hopkins. Bien qu’il soit difficile de le savoir avec certitude, son éditorial propose un ensemble passionnant de possibilités sur la façon dont les peuples et les civilisations africaines ont influencé les normes de beauté classiques.

Pendant son temps avec le magazine, Hopkins a également écrit plusieurs romans en série, dont « Of One Blood », qui a été publié au cours des années 1902 et 1903.

Le protagoniste y découvre une civilisation africaine cachée appelée Telassar qui s’est retirée du monde et a ainsi pu échapper aux ravages du colonialisme et de la traite négrière transatlantique. Le protagoniste découvre qu’il est l’héritier de Telassar et devrait s’associer à la reine Candace pour sortir le pays de sa cachette et prendre sa place dans le monde. Hopkins décrit fréquemment la grande beauté de toutes les femmes du roman en fonction de leur ressemblance avec la divinité classique Vénus.

Dans l’éditorial comme dans le roman, Hopkins remet en question l’idée même que la tradition classique puisse être considérée comme « blanche » ou « européenne ». Elle appelle ses lecteurs à se demander si ces idéaux d’esthétique et de beauté étaient, en fait, enracinés dans les traditions africaines, pour être corrompus et cooptés par les suprémacistes blancs.

D’autres artistes ont suivi l’exemple de Hopkins. La fiction de Toni Morrison a retravaillé des histoires de la tradition classique, notamment « Médéa » d’Euripède et « Métamorphoses » d’Ovide. Dans le roman de Morrison « Tar Baby », le protagoniste est un modèle qui est décrit comme la « Vénus de cuivre » dans un magazine.

Plus récemment, Beyoncé a annoncé la naissance de ses jumeaux, Rumi et Sir, en adaptant le tableau de 1480 de Botticelli « Naissance de Vénus ». Pendant ce temps, l’artiste 3rdeyechakra a inséré des artistes féminines noires, telles que Beyoncé, Megan Thee Stallion et Lizzo, dans des peintures de divinités classiques comme Vénus et Aphrodite.

Une vieille tradition avec une nouvelle tournure

Ce qui m’amène à la récupération joyeuse et joyeuse de Lizzo de la tradition classique dans son nouveau clip avec Cardi B.

Dans une chanson qui se concentre fortement sur l’autonomisation des femmes et la positivité corporelle, Cardi B et Lizzo déploient l’imagerie visuelle, la mode, l’art et l’architecture de l’ère classique, tout en la peuplant de personnes et de corps qui ont été si longtemps exclus.

Lizzo et ses danseurs exécutent leur chorégraphie au sommet de colonnes classiques, se positionnant comme les muses – une allusion, peut-être, aux muses noires du film d’animation de Disney « Hercule ».

Les corps des statues de la vidéo de Lizzo ne sont pas les physiques ciselés que vous avez l’habitude de voir dans les musées, tandis que les divers vases de style grec sont peints d’images de femmes en tenue de bondage, jouant sur des poteaux et twerk. Cardi B et Lizzo se produisent également devant des statues volontairement centrées sur les fesses. C’est une allusion non seulement à des statues classiques comme la Vénus Callipyge – qui se traduit par « Vénus aux belles fesses » – mais aussi une fouille ludique d’une culture qui a historiquement hypersexualisé le corps des femmes noires.

Je ne suggérerais jamais de lire la section commentaires d’une vidéo YouTube. Mais avec « Rumors », vous n’avez pas besoin de faire défiler très longtemps avant de tomber sur un débat houleux autour de « l’appropriation culturelle » dans le clip. Certains disent que c’est l’art grec et romain qui est pillé et souillé.

Mais pour moi, ce n’est qu’un autre exemple de femmes noires essayant de revendiquer la beauté, la joie et le pouvoir de cette tradition.

Lorsque Cardi B et Lizzo touchent leurs acryliques dans un geste rappelant le célèbre tableau « Création d’Adam » de Michel-Ange au plafond de la chapelle Sixtine, ils sont transfigurés en un vase grec en un éclair.

Juste comme ça, la centralité des femmes noires dans la tradition classique n’est plus qu’une rumeur.

C’est vrai.

Grace B. McGowan, doctorante en études américaines, Université de Boston

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.