Les manifestants se sont rassemblés dans le centre de Madrid pour réclamer de meilleures protections contre l’homophobie. (Marcos del Mazo/LightRocket via Getty Images)

Des centaines de personnes ont envahi les rues de Madrid, en Espagne, ce week-end pour s’unir contre la hausse alarmante des crimes haineux anti-LGBT+.

Plus tôt ce mois-ci, une attaque présumée dans le quartier de Malasaña contre un homosexuel qui avait le mot « f****t » gravé sur ses fesses a enragé et repoussé l’Espagne.

La victime a ensuite rétracté sa déclaration à la police et affirmé que ses blessures étaient consensuelles, mais les militants ont tenu à souligner que le mensonge n’enlève rien au nombre croissant de crimes haineux contre les Espagnols LGBT+.

C’était le message crié haut et fort lorsque les militants LGBT+ se sont entassés sur la Puerta del Sol, la place centrale la plus célèbre de Madrid, pour appeler à des protections de base le samedi 11 septembre soir.

Les gens agitaient et portaient des drapeaux arc-en-ciel tout en portant des banderoles et des pancartes indiquant : « Justice », « Touchez l’un de nous, touchez-nous tous » et « Nous sommes en train d’être tués ». Certains ont collé le mot « justice » sur leur tête, tandis que beaucoup ont parlé de Samuel Luiz, un infirmier auxiliaire homosexuel battu à mort par une foule violente en juillet.

« Samuel a été tué parce qu’il était gay », ont crié certains. « Nous n’avons pas peur – et nous sommes en colère », ont scandé d’autres.

Des manifestants portant des pancartes et des drapeaux
Des manifestants portant des pancartes et des drapeaux. (Marcos del Mazo/LightRocket via Getty Images)

« Nous sommes ici pour nous protéger contre les attaques homophobes continues et les agressions constantes qui se produisent week-end après week-end », a déclaré un manifestant. Reuters.

Quarante et un pour cent des Espagnols homosexuels ont été victimes de harcèlement au cours des 12 derniers mois, selon un rapport de 2020 de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Rien que cette année, dans un pays qui se targuait autrefois de son image progressiste, les personnes LGBT+ ont eu la mâchoire brisée à coups de marteau et ont été battues et volées par des homophobes.

Les ministres du gouvernement ont averti que la recrudescence de la violence est due, en partie, à une augmentation du nombre de groupes radicaux qui ciblent ceux qui sont «différents» – les personnes LGBT + incluses.

La manifestation qui a éclaté dans la nuit a d’abord été convoquée par le Colectivo LGBT+ de Madrid, également connu sous le nom de COGAM et l’un des groupes de défense LGBT+ les plus puissants d’Espagne.

il a vu des dizaines d’autres organisations queer et de défense des droits humains participer à une démonstration kaléidoscopique de solidarité.

« Contre l’agression, vivre sans peur », disait la banderole du groupe, selon Alors24.

« Ils continuent de nous attaquer », a déclaré un membre du COGAM au point de vente. « L’escalade de la violence contre les personnes LGBT+ nous fait vivre dans la peur. »