moffie

«Moffie» sort aujourd’hui dans certaines salles et en numérique et en VOD par IFC Films

Il existe une image traditionnelle de la puissance militaire qui met l’accent sur la force avant tout, au détriment de l’individualisme et souvent de l’humanité. Nous l’avons vu plusieurs fois dépeint de manière inquiétante dans les films et la télévision (sans parler de la vraie vie), alors que les sergents de forage et autres commandants travaillent pour écraser les esprits de leurs charges et les «endurcir» afin que leurs faiblesses soient extirpé. Cela peut évidemment avoir des effets vraiment cicatriciels, ressentis pendant et après le service. Une puissante vitrine de ce phénomène est exposée dans le nouveau film du réalisateur Oliver Hermanus Moffie, ouverture vendredi.

De la même manière que les bataillons confédérés ne se souviennent pas affectueusement en Amérique, les hommes blancs qui se sont battus pour l’Afrique du Sud dans les années 1980 ne sont pas vraiment du bon côté de l’histoire …

Ceux qui ont été enrôlés pour se rendre à la frontière angolaise sont endoctrinés pour détester les ennemis jumeaux du communisme et «die swart gevaar», ce qui se traduit par «le danger noir». Le racisme et l’homophobie sont endémiques parmi les jeunes soldats trop agités, une réalité qui dévaste Nicholas Van der Swart (Kai Luke Brummer), 16 ans, qui cache le fait qu’il est gay à un groupe vicieux prêt à attaquer même sans immédiatement – la permission et les ordres accordés à leurs commandants.

Moffie change considérablement le ton tout au long de sa durée de 104 minutes, commençant par une réception familiale pour voir Nicholas avant de passer à la morosité des casernes qui deviennent encore plus viles lorsque leurs résidents ont la possibilité de mettre leur énergie sur ceux qu’ils ont appris. détester. Des plans aériens montrent de façon inquiétante des trains emmenant ces jeunes hommes dans leur nouvelle vie alors qu’ils sont criés dessus et poussés hors de véhicules pour forcer un ajustement à la modalité militaire. Il y a plus que quelques scènes désagréables présentant des tourments infligés par des officiers expérimentés cherchant à rabaisser leurs recrues supposées non coopératives, et c’est avant que les valeurs aberrantes ne soient ciblées spécifiquement pour leur orientation sexuelle, qui est encore plus brutale et difficile à regarder.

Dans ce récit parfois rebutant, il y a une histoire d’intimité et de passion alors que Nicholas tente de s’accrocher à qui il est et de se connecter avec les quelques hommes qui ne le rejettent pas comme une abomination à être piétiné. Ce n’est pas une représentation rassurante de la race humaine, car tant de personnes qu’il rencontre sont capables d’une telle cruauté et d’un tel mal, mais Nicholas sert de remplaçant à beaucoup de personnes capables de se fondre dans leur environnement et de ne pas être remarquées pendant une certaine période de temps. temps. Ce film aborde de nombreux problèmes et ne les résout pas tous, mais il y a une résonance qui persiste absolument.

Moffie sortira dans certaines salles et en numérique et en VOD par IFC Films ce vendredi 9 avrilh

Lisez notre récente interview

L’acteur Colman Domingo parle de ‘Ma Rainey’s Black Bottom’, le prochain ‘Zola’. Et il est partant pour un prix SAG…

Drame de guerre queer sud-africain «  Moffie  »: répression, intimité, guerre et apartheid: REVUE – Towleroad Gay News

Réalisateur:
Oliver Hermanus

Date créée:
2021-04-09 15:22