Il y a cinq ans, Gabriela DeBues-Stafford était une étudiante aux yeux écarquillés à l’Université de Toronto qui s’est retrouvée dans sa première course de niveau élite. Cette course était justement le 1500 mètres aux championnats nationaux du Canada avec une place aux Jeux olympiques en jeu.

Stafford a rappelé dans une interview du 1er avril avec Ali on the Run Show qu’elle savait ce qu’elle rencontrait. La finale mettait en vedette d’anciens champions et médaillés nationaux sur la scène mondiale.

« J’avais vraiment peur d’y entrer parce que ces femmes que j’avais auparavant sur un piédestal que je devais maintenant battre », a-t-elle déclaré.

Elle a fini par remporter son premier championnat national et la place pour les Jeux olympiques d’été de 2016. Cependant, à l’approche des Jeux olympiques d’été de Rio, elle a heurté le mur des recrues et cela s’est révélé par une neuvième place lors de sa première ronde.

« Après ce record de participation aux Jeux olympiques, je me suis complètement effondrée », a-t-elle déploré dans cette même interview. « J’étais juste épuisé. Les entraînements précédents où je pouvais juste être génial et être fluide n’étaient qu’un combat et je suis allé aux Jeux olympiques un peu épuisé.

L’expérience a montré jusqu’où elle devait aller, mais aussi à quel point elle pouvait être bonne. Depuis Rio, Debues-Stafford a construit sa propre section du livre des records canadiens avec six marques nationales, plusieurs championnats nationaux et est devenue la première femme canadienne à franchir la barrière des moins de 4 minutes à 1 500 mètres lors d’une finale fulgurante au 2019 Championnats du monde d’athlétisme.

En 2021, deux premiers efforts en tant que nouveau membre du Bowerman Track Club, basé en Oregon, lui ont permis de prétendre à une médaille pour Tokyo.

Au fait, regarde le cheveux arc-en-ciel?

Dans un peloton de compétition lors de la rencontre de qualification du Texas à Austin en février, elle s’est déplacée dans les 300 derniers mètres, avec des cheveux teints en rouge fusée traînant comme une queue de comète. Le nouveau ‘do représente un coup audacieux dans une tendance de beaucoup depuis Rio.

Le premier d’entre eux a eu lieu en 2017. Debues-Stafford est devenue bisexuelle et queer, ce qui influence sa voix croissante dans le plaidoyer en tant qu’athlète maintenant.

« Je m’identifie définitivement aux homosexuels », a-t-elle déclaré sur Ali on the Run. «Je ne suis définitivement pas hétéro, c’est sûr. En grandissant et en faisant l’expérience de l’homophobie, de la biphobie et en intériorisant beaucoup de cela, je sens que personnellement je suis investi dans la lutte contre l’oppression.

En 2018, elle a couronné une décision audacieuse de ses années d’université. Elle a épousé son mari Rowan, qu’elle a rencontré alors qu’il l’aidait à emménager dans sa résidence universitaire en première année. Cela a coïncidé avec le déménagement du Canada en Écosse pour travailler avec le célèbre entraîneur Andy Young, et avec l’entraînement quotidien avec l’une des meilleures coureuses de demi-fond au monde en 2018 championne d’Europe au 1500 mètres Laura Muir.

La compétition quotidienne et une plus grande expérience d’élite, menant à une course révolutionnaire pour le Canadien. Lors de la finale du 1500 mètres féminin 2019 aux Championnats du monde à Doha, au Qatar, DeBues-Stafford participera à l’une des finales féminines du 1500 mètres les plus rapides de tous les temps.

ATHLÉTISME-MONDE-2019

DeBues-Stafford (2e juste derrière l’éventuel médaillé d’or Sifan Hassan) est dans le peloton d’une finale fulgurante du 1 500 mètres aux Championnats du monde d’athlétisme en 2019
Photo de JEWEL SAMAD/AFP via Getty Images

« Je croyais vraiment que j’avais une chance de remporter une médaille, même à 200 mètres de l’arrivée », a-t-elle déclaré à Canadian Running après la course. «Mais une fois que j’ai été dans la dernière ligne droite, je savais que je ne l’avais pas. Les trois premiers étaient trop loin. Mais ensuite, j’ai vu le chronomètre et je n’arrivais pas à croire à quelle vitesse la course était rapide.

Son temps était de 3:56,12 et a battu son propre record canadien de trois secondes. L’effort a décroché une sixième place dans une manche qui a vu le record du championnat, le record européen et trois autres records nationaux tomber, dont Shelby Houlihan abaissant le record américain.

ATHLÉTISME-MONDE-2019

Debues-Stafford a tout laissé sur la piste à Doha en terminant sixième et en battant le record national canadien de trois secondes
Photo par ANTONIN THUILLIER/AFP via Getty Images

C’est cet effort qui la poussera à retourner en Amérique du Nord en 2020 pour rejoindre le Bowerman Track Club. Comme en Ecosse, Debues-Stafford est coaché ​​quotidiennement par les meilleurs.

Maintenant, elle est sous l’aile du légendaire as américain de la distance et vainqueur du marathon de New York 2017, Shalane Flanagan.

« C’est vraiment génial d’avoir un entraîneur qui était aussi une coureuse d’élite pour vous aider à vous guider dans votre propre processus et votre parcours », a noté Debues-Stafford en avril.

Contrairement au fait de se rendre aux Jeux olympiques épuisé en 2016, Debues-Stafford a déclaré à CBC Sports au début de la saison que le processus cette fois, « va être une question de cohérence et de renforcement progressif de l’intensité afin que j’arrive frais et Prêt à partir, »

Sur la base de sa progression cette saison, ses plans lui permettront d’atteindre son objectif : une médaille à Tokyo.

« Ma tête est d’exécuter chaque jour du mieux que je peux », a-t-elle déclaré. « Je vais être sur cette ligne de départ à Tokyo et courir à fond pour cette médaille. »