Lorsque Marc VandeWettering a rencontré l’entraîneur de basket-ball du Wisconsin Greg Gard en 2017 pour une interview sur le poste de directeur des opérations de basket-ball, c’était ce dont le Gard se fichait qui comptait le plus.

« L’entraîneur Gard m’a évalué pour mon travail actuel comme n’importe qui d’autre et c’est tout ce que je pouvais demander », écrit VandeWettering dans un essai pour le département des sports du Wisconsin où il s’est révélé publiquement gay. « Il n’y avait pas d’astérisque à côté de mon nom. C’était « Peut-il faire le travail ? » J’ai eu la chance qu’il m’ait choisi pour revenir et ça a été une expérience incroyable depuis. Les gars dans les vestiaires m’ont tellement soutenu. C’est une rue à double sens pour beaucoup d’entre eux parce que je suis peut-être le premier homme gay qu’ils ont jamais rencontré ou à qui ils ont parlé. Cela a été une éducation pour nous tous.

VandeWettering semblerait être la personne idéale pour le poste – débutant de deux ans dans son équipe de basket-ball au lycée, major de promotion, diplômé de l’Université du Wisconsin qui est passé des rangs de gestionnaire d’étudiants à assistant de programme à un détour avec le Big Ten avant de décrocher son rôle actuel. Il entame sa cinquième saison avec les Badgers, maintenant en tant qu’homosexuel, une rareté dans les sports de division I.

En discutant des raisons pour lesquelles il est sorti publiquement, VandeWettering a souligné l’importance de la visibilité :

« Je ne veux pas que quelqu’un d’autre ait à vivre ce sentiment de devoir peut-être changer de carrière parce qu’il ne peut pas être ouvertement homosexuel et travailler dans le basket-ball masculin majeur », a-t-il écrit.

«Je suis actuellement le seul homme ouvertement homosexuel dans l’équipe masculine de basket-ball universitaire de la division I – cela représente un total de 357 écoles – et cela doit changer. Il y a plus là-bas. Mais cela commence par le fait qu’ils savent qu’ils peuvent dire leur vérité, vivre leur vérité et travailler dans cet espace. C’est sur nous tous dans le basketball universitaire masculin. C’est à nous de promouvoir des environnements inclusifs et de faire en sorte que, quoi qu’il arrive, nous mettons tout le monde à l’aise. Cela inclut les entraîneurs fermés, les entraîneurs sportifs, les DOBO, les étudiants-athlètes et, pour mon ancien moi, les étudiants gestionnaires. Il y a un petit obstacle dans le basket-ball universitaire masculin qui doit être éliminé et j’espère que l’écriture de ceci peut commencer à ébranler cela. »

Marc VandeMouillage

Marc VandeWettering a joué au basket-ball au lycée dans le Wisconsin.
Wisconsin Athlétisme

Le puissant essai de VandeWettering résonnera auprès des personnes LGBTQ dans sa description de la vie dans le placard, de la peur et de l’euphorie de sortir, de s’occuper de sa famille et de sa foi et d’essayer de naviguer dans un monde du sport qui peut sembler fermé aux gens comme lui. C’est cool que UW ait souligné son histoire pour le mois de la fierté.

Je vous encourage à lire l’intégralité de l’essai car l’ouverture est une saisie et je l’ai trouvée unique et inspirante :

« J’ai un tatouage sur mon biceps gauche qui témoigne du moment le plus important de ma vie. C’est un rappel constant de l’amour que j’ai ressenti après avoir dit à mes proches que j’étais gay.

« C’est un symbole d’égalité avec les ondes sonores de tous les membres de ma famille disant « Je t’aime » remplissant la barre du haut. La barre du bas ? Le jour le plus puissant de ma vie. 26 décembre 2015. La date à laquelle je suis sorti avec eux, écrite en chiffres romains. Ce que je préfère dans tout ça, c’est que je peux le scanner avec mon téléphone et il me restituera le son de leurs voix. Je le fais chaque année à cette date et cela m’apporte toujours une joie indescriptible.

Vous pouvez suivez VandeWettering sur Instagram.