Un anti-masque a été filmé en train de gratter des marqueurs de distance physiques sur le sol d'un magasin Shoppers Drug Mart lundi à Niagara Falls, au Canada, lundi.

Sandor Ligetfalvy a déclaré qu'il envoyait un message au «monde de l'entreprise» pour avoir créé ce qu'il a appelé un climat de peur en retirant les flèches directionnelles du sol du magasin de l'avenue Victoria à Niagara Falls vers midi dimanche.

Alors que deux amis le filmaient à l'aide d'un grattoir à peinture pour décoller les autocollants, il a été confronté au personnel et au directeur, qui leur ont demandé de partir.

«Je gratte pour la justice, je gratte pour la liberté», chante Ligetfalvy à un moment donné de la vidéo, sur l’air de Peter, Paul et Mary, «If I Had a Hammer».

«Sortez de mon magasin, maintenant», crie un gérant de magasin à Ligetfalvy, alors que les employés du magasin tentent de mettre les pieds sur les autocollants pour l'empêcher de les retirer.

"Trop c'est trop!" Ligetfalvy dit dans la vidéo, exhortant les employés à appeler la police.

«Je ne suis pas ici pour causer de la violence», dit-il après que les employés ont remarqué qu’il portait ce qui semblait à l’époque être un objet en forme de couteau. «Je suis ici pour libérer le peuple!»

Après avoir critiqué l'Organisation mondiale de la santé, il déclare: «Nous avons besoin d'un certain recul maintenant ou il n'y aura jamais de recul. Donc, nous ne jouons plus, nous recherchons la liberté! »

Le directeur demande ensuite aux employés d'appeler le 911 et de verrouiller les portes, ordonnant aux clients de sortir du magasin.

Ligetfalvy a déclaré plus tard au Niagara Falls Review qu'il avait décidé de vandaliser les autocollants après une récente visite au magasin après la naissance de son fils. Il a dit qu'il pensait que la «psychologie de la peur» saisissait tout le monde.

«Que faisons-nous à notre société lorsque nous encourageons la peur partout où nous allons?» il a dit. "Je suis fatigué de devoir aller dans un magasin – qui était autrefois un type de thérapie – et maintenant c'est un type de traumatisme."

Il a appelé le pelage des autocollants «unvandalisme», pas du vandalisme.

«Le monde de l'entreprise a vandalisé nos psychologies et nous devons repousser», dit-il.

Ligetfalvy a été rapidement arrêté après avoir quitté le magasin et accusé de méfait, ainsi que d'avoir violé le mandat du masque de Niagara.