La Cour suprême n’entendra pas de contestation de la loi qui oblige les personnes désignées comme étant un homme à la naissance à s’inscrire au projet, mais pas les personnes désignées comme une femme à la naissance.

Un procès intenté par une organisation de « droits des hommes » tentait d’annuler la loi, affirmant qu’elle équivalait à une discrimination fondée sur le sexe. Mais la Cour suprême va laisser la loi en place, pour l’instant.

Connexes: Ted Cruz rôti pour avoir dit que l’armée était pleine de « pensées ». Ce type ne défendrait pas sa propre femme.

Bien que la Cour n’ait pas expliqué pourquoi elle n’entendrait pas l’affaire, la juge de la Cour suprême Sonia Sotomayor a déclaré dans un communiqué que la décision était le résultat de « la déférence de longue date de la Cour envers le Congrès sur les questions de défense nationale et d’affaires militaires ».

« Il reste à voir, bien sûr, si le Congrès mettra fin à l’enregistrement fondé sur le sexe en vertu de la loi sur le service militaire sélectif », a-t-elle écrit dans la déclaration, qui a également été signée par les juges Stephen Breyer et Brett Kavanaugh.

Dans le procès, la National Coalition for Men (NCFM) fait valoir que la loi sur le service sélectif militaire (MSSA) équivaut à une discrimination sexiste illégale. La loi oblige toutes les personnes désignées comme étant de sexe masculin à la naissance (AMAB) – même les non-citoyens et les personnes qui ne peuvent pas servir dans l’armée pour des raisons médicales ou autres – âgées de 18 à 25 ans à s’inscrire pour la conscription.

Le projet réservé à l’AMAB a été contesté et confirmé par la Cour suprême dans sa décision de 1981. Rostker contre Goldberg décision, où il est dit que l’interdiction des femmes dans les positions de combat signifie que les femmes ne seraient pas nécessaires dans le cas d’un enrôlement.

Mais l’interdiction faite aux femmes de combattre a été levée sous l’administration Obama. L’ACLU, qui représentait le NCFM, a qualifié le projet de « l’une des dernières classifications fondées sur le sexe dans la loi fédérale ».

« Cela impose des fardeaux sélectifs aux hommes, renforce l’idée que les femmes ne sont pas des citoyennes à part entière et égales et perpétue les stéréotypes sur les capacités des hommes et des femmes », a déclaré l’avocate de l’ACLU, Ria Tabacco Mar, qui représentait le NCFM.

Toutes les personnes désignées comme étant de sexe masculin à la naissance – femmes trans, hommes cis et personnes non binaires AMAB – doivent s’inscrire au projet dans les 30 jours suivant leur dix-huitième anniversaire, selon le Centre national pour l’égalité des transgenres (NCTE). Le non-enregistrement peut être puni de prison et d’amendes, bien que les poursuites soient rares.

Les véritables conséquences sont que de nombreux avantages gouvernementaux – comme l’aide financière pour l’université, la citoyenneté et les futurs emplois gouvernementaux – sont liés à l’inscription au service sélectif.

Les hommes trans, les femmes cis et les personnes non binaires AFAB ne peuvent pas s’inscrire au repêchage. Pour les hommes trans, cela peut créer des problèmes lors de la demande de prestations fédérales comme une aide financière, car ils doivent obtenir une lettre du système de service sélectif expliquant qu’ils sont exemptés et les désignant effectivement comme trans.

Certains démocrates du Congrès ont fait pression pour qu’une loi soit modifiée, sans succès. En 2017, la représentante Jackie Speier (D-CA) a tenté d’inclure une disposition dans un projet de loi de dépenses militaires plus important pour obliger tout le monde à s’inscrire au projet.

« S’il s’agit d’un projet, les hommes et les femmes devraient être traités de manière égale », a déclaré Speier à l’époque.