Une femme est détenue par la police du Met lors d’une veillée pacifique pour Sarah Everard à Clapham Common (Kristian Buus / In Pictures / Getty)

Un rapport sur la gestion par la police métropolitaine d’une veillée pour Sarah Everard plus tôt ce mois-ci a conclu que les agents avaient agi «de manière appropriée».

Le rapport de l’inspection officielle de la police a été commandé par le ministre de l’Intérieur Priti Patel après une indignation généralisée sur les scènes laides de la veillée du 13 mars.

Des policiers ont été photographiés en train de pousser, de bousculer et d’entraîner des femmes et de s’agenouiller sur le dos d’un manifestant alors qu’ils tentaient de disperser les foules.

Mais le rapport de l’Inspection de Sa Majesté de la gendarmerie et des services d’incendie et de sauvetage (HMICFRS) a révélé que la réponse de la police était «mesurée».

Publié mardi 30 mars, le document indique que la force était «justifiée» en décidant que les risques de transmission du coronavirus «étaient trop grands pour être ignorés».

«Les policiers présents à la veillée ont fait de leur mieux pour disperser pacifiquement la foule; les policiers sont restés calmes et professionnels lorsqu’ils ont été victimes d’abus; et les policiers n’ont pas agi de manière inappropriée ou brutale », lit-on.

Le chien de garde reconnaît qu’il y avait trop peu de communication entre les agents lors de l’événement, mais dégage la police de la brutalité. Il ajoute que les appels à la démission de la commissaire de police du Met Cressida Dick étaient «injustifiés».

Lors de la rédaction du rapport, le HMICFRS a examiné des centaines d’entretiens avec la police, des organisateurs de veillées et des politiciens, ainsi que des images de la police et des médias sociaux.

Peu de temps après que les images aient émergé de la veillée de Sarah Everard, Priti Patel les a qualifiées de «bouleversantes», mais a changé de ton après la publication du rapport.

«Il est important que les gens ne jugent pas les actions de la police par des images qui ont été diffusées et diffusées sans connaître tous les faits», a déclaré le ministre de l’Intérieur. «Je pense aussi que les images peuvent être prises hors de leur contexte et qu’il ne faut pas préjuger. Certaines personnes ont avant de connaître tous les faits. »

Cette opinion n’a pas été partagée par Récupérez ces rues, le groupe de femmes locales qui a organisé la veillée.

Dans une déclaration sur Twitter, le groupe a déclaré: «Le HMICFRS a interviewé Reclaim These Streets pendant plus de 10 heures. Les actions antagonistes de la police du Met autour de la veillée nous ont obligés à annuler l’événement, ce qui, à son tour, a amené un plus grand nombre de personnes à y assister en raison de leur publicité.

«Nous avons averti la police du Met vendredi soir, que nous forcer à annuler entraînerait un risque supplémentaire pour la sécurité publique, comme l’a fait le conseil de Lambeth. Ils ont complètement rejeté notre avertissement et nos préoccupations.

«Le HMIC avait la responsabilité de commencer à rétablir la confiance entre les femmes et les filles de la capitale et la police métropolitaine. Le mépris pour nous en tant que femmes organisatrices dans le rapport est clair, il y a encore du sexisme institutionnel qui traverse la force. »