Soudan

La nation africaine du Soudan a supprimé la peine de mort et les punitions de flagellation pour les relations homosexuelles.

The Independent rapporte: «En vertu de l'ancienne loi sur la sodomie, les hommes homosexuels faisaient face à 100 coups de fouet pour un premier délit, cinq ans de prison pour le deuxième et la peine de mort pour le troisième. Les peines ont été changées en peines d'emprisonnement, d'un maximum de cinq ans à perpétuité. La décision d'abandonner la peine de mort et la flagellation a été saluée par les militants, bien qu'ils aient noté que les homosexuels sont toujours emprisonnés dans le pays d'Afrique du Nord-Est. »

Mais les punitions incluent toujours la peine de prison, que les militants veulent également lever.

«Les peines ont été réduites à des peines de prison, allant de cinq ans à la perpétuité», rapporte Reuters.

Selon Noor Sultan, fondateur de Bedayaa, un groupe LGBT + en Égypte et au Soudan: «Ces amendements ne sont toujours pas suffisants, mais ils constituent une excellente première étape pour le gouvernement de transition qui essaie de mettre en œuvre des changements. Nous voyons cela comme un changement positif sur la voie de la réforme. »

La déclaration complète de Bedayaa:

«En juillet 2020, le Conseil de la souveraineté soudanaise a adopté de nouvelles lois et adopté un ensemble d'amendements aux lois existantes, visant à réformer le système judiciaire soudanais. Points saillants de ces modifications; 1) Abolition de la peine d'apostasie, 2) Abolition des crimes de liberté de croyance et de pensée, 3) Abolition de la force à assigner à comparaître 4) Réduction de l'autorité de sécurité nationale en matière de convocation et d'inspection, 5 Abolition de la peine de mort à l'encontre des enfants et des personnes de plus de 70 ans et 6) abolition des substances qui dégradent la dignité humaine des femmes; y compris la criminalisation des mutilations génitales féminines, la reconnaissance du droit des femmes d’accompagner leurs enfants lors de voyages à l’étranger au Soudan sans l’autorisation de leurs parents.

«Les réformes législatives comprenaient également l'article 148 du Code pénal de 1991 (loi sur la sodomie), ce qui suit a été annulé; 1) au paragraphe (a) supprimer le membre de phrase «avec cent coups de fouet», 2) supprimer Remplacer le paragraphe (b) par le paragraphe suivant: Si le délinquant est condamné pour la deuxième fois, il sera condamné à une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à sept ans et, au paragraphe c), supprimer les mots «par la peine de mort».

«Bien que l'article 148 soit toujours en vigueur, le Mouvement coréen au Soudan est pleinement conscient de l'importance de son travail continu et dévoué contre toutes les formes de discrimination et l'abolition de la loi sur la sodomie. Le début de ces lois et amendements est un grand pas vers la réforme du système judiciaire soudanais qui ouvrirait la voie à de nouveaux amendements. Puisque «liberté – paix et justice» était et restera le slogan de la révolution soudanaise, la justice n'existerait pas sans des institutions qui appliquent le rôle du droit fondé sur la liberté et l'égalité.

«Le 9 juillet 2020, le Conseil souverain du Soudan a approuvé de nouvelles lois et adopté un ensemble d'amendements aux lois existantes; ces amendements visent à réformer le système judiciaire au Soudan. Plus particulièrement, ce paquet d'amendements est annulé; 1) la peine d'apostasie, 2) les crimes de liberté de croyance et de pensée, 3) la pratique du repentir pour les apostats, 4) l'autorité de la Sûreté nationale de convoquer et d'inspecter, 5) la peine de mort contre les enfants et les personnes âgées de 70, et 6) articles qui portent atteinte à la dignité humaine des femmes; cela comprend la criminalisation des mutilations génitales féminines et la reconnaissance du droit des femmes d’accompagner leurs enfants lors de leurs déplacements à l’extérieur du Soudan sans demander l’autorisation de leur père. »

«La réforme des lois comprenait également l’article 148 du Code pénal de 1991 (loi sur la sodomie), qui a été supprimé; 1) «avec expédition d'une centaine de coups de fouet» à partir du premier paragraphe, 2) «avec l'expédition d'une centaine de coups de fouet» à partir du deuxième paragraphe et à la place a ajouté une peine d'emprisonnement de sept ans au maximum, et 3) le mot «Mort» du troisième paragraphe.

«Bien que l'article 148 soit toujours actif, le mouvement queer au Soudan est pleinement conscient de l'importance de son travail continu et dévoué pour plaider en faveur de la décriminalisation. L'organisation Bedayaa considère l'adoption de ces lois et amendements comme un grand pas vers la réforme du système judiciaire au Soudan; cela ouvrirait la voie à de nouveaux amendements pour le changement. Comme «Liberté, paix et justice» était et restera le slogan de la révolution soudanaise, la justice n’existera pas sans des institutions qui appliquent le rôle du droit sur la base de la liberté et de l’égalité. »

<! –

->