La plupart des gens ne pensent généralement pas que l’espace public est genré, mais c’est ainsi que les spécialistes de l’environnement bâti en parle de plus en plus. Dans de nombreux pays, la profession d’architecte est majoritairement masculine et blanche. Cela se traduit par une approche de conception qui privilégie la perspective masculine, des régimes de licence qui favorisent les débits de boissons pour hommes hétérosexuels aux parcs et installations sportives construits pour les garçons.

Ces hypothèses sur qui l’environnement bâti devrait servir, ainsi que d’autres telles que la nature hétérosexuelle et familiale de la banlieue, contribuent à la façon dont il est conçu. Ils peuvent également affecter la façon dont les espaces publics sont vécus par les femmes ou les hommes qui ne se conforment pas aux stéréotypes masculins.

Connexes | Ces villes fières obtiennent des passages pour piétons arc-en-ciel

Les échecs de conception, tels qu’un éclairage inadéquat ou mal positionné, ne servent qu’à rendre l’espace public encore plus intimidant pour les groupes marginalisés qui, en conséquence, essaient de se rendre invisibles – ou évitent complètement les espaces ouverts.

Dans le contexte des tendances croissantes des crimes haineux, l’idée d’un espace public « queering » pourrait offrir une solution. Grâce à des entretiens avec plus de 120 universitaires, designers, militants et autres répondants, nous avons étudié comment la prise en compte des besoins de conception et de planification des personnes LGBTQ+ pourrait rendre le domaine public plus inclusif.

Géographies marginalisées

Depuis les années 1980, les chercheurs ont tracé des géographies de la façon dont différents groupes sociaux accèdent, ou sont marginalisés et menacés, dans l’espace public. On a beaucoup écrit, en particulier, sur l’émergence du « gayborhood ». À partir des années 1950, des enclaves urbaines queer – telles que le village gay de Manchester et le Soho de Londres – ont commencé à apparaître dans les zones marginales et délabrées des villes du monde entier. Les facteurs initiaux clés étaient des loyers bas, de bonnes liaisons de transport et des bars et autres commodités accessibles.

Ces quartiers, cependant, ne sont pas sans problèmes. Les améliorations ont conduit à des augmentations de loyer, de sorte que ces enclaves sont progressivement devenues trop structurées autour d’hommes blancs homosexuels relativement riches. Les personnes LGBTQ+ les plus pauvres ne peuvent souvent y accéder que via des réseaux de transport potentiellement dangereux. De plus, comme le confirment les statistiques de la police, les quartiers gays comme Soho sont marqués par des niveaux relativement élevés de criminalité homophobe.

Ces zones sont également vulnérables au réaménagement. En contribuant à la valeur culturelle d’une ville, les quartiers gays finissent par attirer les investisseurs. Mais la régénération et la gentrification entraînent souvent le déplacement des communautés qui visitaient ou vivaient dans ces zones. Près de 60 % des lieux LGBTQ+ de Londres ont fermé depuis 2010.

Ainsi, alors que les quartiers gays ont fourni un espace très apprécié dans lequel les personnes LGBTQ+ peuvent être elles-mêmes, nous devons encore penser à l’inclusion dans l’espace public de manière plus générale.

Directives de conception inclusive

Au Royaume-Uni, les directives existantes pour la conception inclusive se concentrent largement sur l’accessibilité pour les personnes handicapées. Dans notre recherche, nous avons identifié trois grands principes pour améliorer cela.

Premièrement, les régimes de planification devraient donner la priorité à la sécurité. Les personnes LGBTQ+ ont besoin de plus d’intimité dans l’espace public, car les activités courantes que la plupart des gens tiennent pour acquises (se tenir la main, avec un partenaire, par exemple) peuvent attirer une attention négative.

Nos répondants ont souligné comment la verdure et l’éclairage pourraient être utilisés pour diviser l’espace et les lignes de vue et offrir plus d’intimité. Il s’agit de s’éloigner à la fois des conceptions claustrophobes et fermées et des grandes places ouvertes dominées par le type d’éclairage de sécurité sévère et les larges lignes de visibilité dictées par les stratégies de surveillance et la protection des biens.

Au lieu de cela, comme à New York, les urbanistes peuvent suivre l’approche sensible au genre mise au point à Vienne, en Autriche, pour rendre les parcs et les rues de la ville plus sûrs et plus confortables au niveau individuel.

Là, ils ont installé un meilleur éclairage plus chaud pour encourager la fréquentation (ce qui peut aider à lutter contre les crimes haineux) et créé des poches semi-fermées dans les parcs qui sont visibles mais offrent toujours un niveau d’intimité raisonnable pour ceux qui ne se sentent pas à l’aise d’être visibles de tous. angles et de loin.

Connexes | L’histoire et l’importance des quartiers gays des grandes villes

Deuxièmement, les urbanistes doivent répondre aux besoins spécifiques de tous les secteurs de la population. Pour la communauté LGBTQ+, cela ne signifie pas seulement préserver les lieux et les monuments historiques. Historiquement, les lotissements ont souvent été intentionnellement conçus pour les familles hétérosexuelles. La modification des hypothèses de conception – la planification pour toutes sortes de personnes et de familles – rendra les villes et les quartiers plus accessibles et diversifiés.

Les services distinctifs requis par une population LGBTQ+ vieillissante doivent également être pris en compte. Ce groupe est plus susceptible de vivre seul que ses pairs. Ils ont souvent des besoins de santé distincts et peuvent manquer de réseaux de soutien. Surtout, leur expérience de discrimination et d’exclusion signifie souvent qu’ils préfèrent vivre dans un logement spécifique aux homosexuels.

De même, comme sur la rive sud de Londres, des éléments tels que des œuvres d’art publiques, un éclairage artistique ou du mobilier urbain décoratif, tels que des passages arc-en-ciel, peuvent aider à signaler l’inclusion aux personnes LGBTQ+. Troisièmement, les planificateurs doivent rendre les espaces visiblement inclusifs. Une plus grande représentation du patrimoine queer – à travers des statues, des monuments commémoratifs, des plaques et des noms de rues et de bâtiments – soulignerait que ces communautés, bien que marginalisées, ont toujours existé. Et rendre cette histoire plus visible, même temporairement, peut contribuer à saper l’hostilité du public à leur égard.

Il peut sembler que ces recommandations concernent simplement une bonne conception générale de l’espace public. Et ils sont. La résolution de ces problèmes de conception profiterait à toutes les sections de la communauté, plutôt qu’aux seules personnes LGBTQ+, en rendant l’espace public plus sûr, accessible et inclusif pour tous.

Pippa Catterall est professeure d’histoire et de politique à la Université de Westminster et Ammar Azzouz est chercheur associé à court terme à Université d’Oxford.

Cet article est republié de La conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

La ville queer : comment concevoir un espace public plus inclusif