Diocèse catholique de Marquette

James Martin, un prêtre du Michigan avec 300 000 abonnés sur Twitter -Je n’aurais jamais pensé écrire ça un jour- récemment tweeté un lien vers des orientations homophobes du diocèse de Marquette. La « orientation » était en réponse à une augmentation du nombre de catholiques remettant en question la position de l’Église sur l’homosexualité, ou se demandant comment ils devraient la gérer eux-mêmes.

Le document, intitulé « Une instruction sur certains aspects de la pastorale des personnes ayant une attirance pour le même sexe et une dysphorie de genre », commence par le vieux « haïssez le péché, aimez le pécheur » : « Il y a un besoin toujours plus grand aujourd’hui pour la pastorale des personnes ayant une attirance pour le même sexe et des personnes dysphoriques de genre. Ouvrons nos cœurs à l’amour de Dieu afin que nous puissions déborder d’amour, de gentillesse et de respect pour les autres.

Le document souligne que « pour commettre un péché, nous devons savoir que quelque chose ne va pas et choisir librement de le faire. » Et si nous savions qu’il n’y a rien de mal avec l’homosexualité ? De nombreux catholiques, y compris des religieuses, sont homosexuels et parviennent à trouver des moyens de concilier leur religion avec leur orientation sexuelle.

Cependant, le document soutient que l’amour gay/lesbien n’est pas permanent, fidèle, fructueux, total ou inconditionnel, car cela ne peut être atteint que par le mariage et le mariage est un sacramentel, « un partenariat permanent d’un homme et d’une femme ordonné à la procréation et l’éducation des enfants et le bien des époux.

« Parce que notre corps fait partie intégrante de nous, notre fertilité aussi. Un homme et une femme ne peuvent donc se donner l’un à l’autre totalement amoureux, à moins qu’ils ne se donnent aussi leur fertilité l’un à l’autre. Ainsi, seuls les rapports sexuels ouverts à la vie peuvent exprimer un amour total et fécond.

« Les relations sexuelles entre personnes du même sexe ne peuvent jamais refléter un amour total et fructueux car elles ne peuvent pas se donner et accepter la fertilité de l’autre. De tels actes ne peuvent jamais concevoir d’enfants. Ils ne sont pas des actes de nature procréatrice et ne peuvent participer à l’expression de l’amour total et fécond de Dieu.

Un couple catholique hétérosexuel a-t-il déjà eu recours à la FIV ? Est-ce un péché ?

Malgré le fait que les homosexuels et les lesbiennes soient différents en raison de leur orientation sexuelle naturelle et (selon Lady Gaga) donnée par Dieu, le diocèse fait un flex étrange :

«Nous ne sommes pas définis ou identifiés par nos attirances sexuelles ou nos conflits sur l’identité sexuelle. Notre identité fondamentale est celle d’un fils ou d’une fille bien-aimé de Dieu. Il est préférable d’éviter d’identifier les personnes en utilisant simplement des étiquettes telles que « gay » ou « transgenre ». Cela parle davantage de notre identité fondamentale et de notre dignité en tant que personnes que de parler de personnes avec attirance pour le même sexe.

Afin que les gens avec une maladie curable, non?

Le guide poursuit en disant que les fidèles ne peuvent pas être baptisés, ou recevoir la communion, à moins qu’ils ne se soient « repentis ». Comment cela fonctionne-t-il lorsque des nourrissons homosexuels, comme je l’ai été autrefois, ont été baptisés avant de pouvoir confesser leur orientation sexuelle ? Qu’est-ce qui donne à ce diocèse le droit de révoquer le baptême gai et lesbien ? Trop tard, ma tête est sainte, que j’y ai consenti ou non.

Pour aggraver les choses, le document fait allusion à la thérapie de conversion lumineuse. Non seulement il prétend « se repentir » (c. les rapprocher progressivement de Jésus-Christ d’une manière conforme à l’enseignement de l’Église.

L’Église a moins de problème avec les homosexuels qui cachent leur orientation sexuelle. En fait, seule « Une personne qui est publiquement vivant dans une relation sexuelle de même sexe (ou dans toute relation sexuelle en dehors d’un mariage ecclésiastiquement reconnu entre un homme et une femme) ne peut pas servir de parrain ou de témoin chrétien pour les sacrements du baptême et de la confirmation.

Il est clair qu’en fin de compte, les directives visent à repousser les homosexuels et les lesbiennes dans le placard, nous n’illustrons donc pas à quel point l’homosexualité est normale. C’est un peu trop représentation positive. L’Église est consciente que de plus en plus de catholiques et de chrétiens remettent en cause les enseignements homophobes. Ils transpirent.

Plus que le sexe gay ou le mariage hors mariage, le diocèse ne veut aucune association avec une personne gaie ou lesbienne qui est publique et fier sur leur orientation sexuelle. Ils ne nous accepteront que si nous ressentons de la culpabilité et des remords pour qui nous aimons parce que notre haine de soi est la punition.

Vêtements et accessoires lesbiens

Sweat-shirt Gay All Day -- exclusivité AE