Keir Starmer a fait une visite désormais tristement célèbre à l’église homophobe Jesus House pour Pâques. (PinkNews)

Le dirigeant travailliste Keir Starmer s’est finalement excusé après avoir rendu visite à Pâques à l’église notoirement homophobe Jesus House à Londres.

Le chef de l’opposition a fait l’objet de critiques acerbes depuis le partage d’une vidéo sur les réseaux sociaux de sa visite à l’église de Barnet, vendredi 2 avril.

Starmer a décrit Jesus House comme un «merveilleux exemple» d’église au service de sa communauté locale au milieu de la pandémie de coronavirus.

Pour les personnes LGBT +, cependant, l’église est un endroit avec un bilan troublant en matière de droits LGBT + et dont le pasteur est l’un des opposants les plus fervents à l’égalité du mariage.

Il y avait eu un nombre croissant d’appels à Starmer pour s’excuser depuis qu’il avait fait cette visite malheureuse. Ils ont culminé plus tôt cet après-midi (5 avril) lorsque la branche LGBT + du parti, LGBT + travailliste, a exigé que le chef dise publiquement qu’il était désolé.

S’adressant à Twitter à 21 h 09, Keir Starmer a finalement expliqué qu’il n’était «pas au courant» des croyances implacables anti-LGBT + de l’église jusqu’à sa visite.

«Je suis complètement en désaccord avec les croyances de Jesus House sur les droits LGBT +, dont je n’étais pas au courant avant ma visite», a-t-il tweeté.

«Je m’excuse pour le mal que ma visite a causé et j’ai retiré la vidéo. C’était une erreur et j’accepte cela.

Il semble que ni Starmer ni un seul membre de son équipe n’ont pensé entreprendre une recherche rudimentaire sur Google de l’église et de ses croyances haineuses.

S’ils l’avaient fait, ils auraient appris que Jesus House fait partie du réseau international de l’Église chrétienne rachetée de Dieu, une dénomination pentecôtiste fondée à Lagos, au Nigéria.

Le groupe a été accusé en 2009 d’avoir pratiqué des «exorcismes» sur des personnes «sexuellement attirées par des membres de leur propre sexe» – affirme l’église démentie.

Une recherche sur Google par le médecin légiste Keir Starmer ou un membre de son équipe aurait également révélé que le pasteur de l’église, Agu Irukwu, signait fréquemment des lettres s’opposant aux progrès des droits LGBT +, des lois anti-discrimination à l’égalité du mariage.

En fait, en 2006, Irukwu a promis son nom dans une lettre insistant sur le fait que des lois qui protégeraient les personnes LGBT + contre la discrimination «forceraient les chrétiens des églises, des entreprises, des œuvres caritatives et des associations informelles à accepter et même à promouvoir l’idée que l’homosexualité est égale à l’hétérosexualité».

Des églises inclusives LGBT au service de leur communauté pendant la pandémie de coronavirus sont également disponibles.

Pendant ce temps, nous attendons toujours avec impatience que le Premier ministre Boris Johnson s’excuse d’avoir qualifié les homosexuels de «bum boys au sommet d’un tank». Il a fait ce commentaire pour la première fois dans un 1998 Télégraphe colonne sur la démission du député gay Peter Mandelson du cabinet. Cela fait 23 ans.