Gouverneur John Bel Edwards Louisiane

Photo : Capture d’écran, NBC Local 33

La semaine dernière, le gouverneur de la Louisiane, John Bel Edwards (D) a annoncé son veto à un projet de loi anti-sports trans visant à interdire aux étudiants transgenres de participer à des équipes qui correspondent à leur sexe.

« La discrimination n’est pas une valeur de la Louisiane », a déclaré Edwards dans un communiqué, expliquant son veto au SB 156, également connu sous le nom de Fairness in Women’s Sports Act.

Connexes: Les militants lancent un ultimatum à Krysten Sinema. Défendez les droits LGBTQ ou nous élirons quelqu’un d’autre.

« … ce projet de loi était une solution à la recherche d’un problème qui n’existe tout simplement pas en Louisiane », a poursuivi Edwards. « Même l’auteur du projet de loi a reconnu tout au long de la session législative qu’il n’y avait pas un seul cas où cela posait problème. »

«En outre, cela rendrait la vie plus difficile pour les enfants transgenres, qui font partie des Louisianais les plus vulnérables en matière de santé mentale. Nous devrions chercher plus de moyens d’unir plutôt que de diviser nos citoyens. Et bien qu’il n’y ait aucun problème à résoudre par ce projet de loi, il présente de réels problèmes en ce sens qu’il rend plus probable que la NCAA et les championnats professionnels, comme le Final Four 2022, n’aient pas lieu dans notre État. Pour ces raisons et pour d’autres, j’ai opposé mon veto au projet de loi.

Le projet de loi indiquait son objectif « d’exiger que les écoles désignent des équipes sportives intercollégiales, interscolaires ou intra-muros en fonction du sexe biologique des membres de l’équipe ». Malgré l’accent mis sur les filles transgenres, cela aurait pu affecter les étudiants transgenres de tous les genres.

Le veto d’Edwards n’est pas une surprise. En avril, il a annoncé qu’il ne soutiendrait pas la législation qui cherche à limiter les soins de santé ou la participation sportive aux jeunes transgenres, citant des inquiétudes « concernant les personnes émotionnellement fragiles ».

Les militants LGBTQ ont célébré la décision d’Edwards.

« Gouv. Le veto de Bel Edwards sur ce projet de loi discriminatoire empêchera d’autres discriminations envers les enfants transgenres en Louisiane », a déclaré le président de la campagne pour les droits de l’homme, Alphonso David. « Le SB 156 n’était rien de plus qu’un projet de loi à motivation politique qui cherche à déshumaniser les enfants transgenres. En mettant son veto à ce projet de loi, le gouverneur Bel Edwards a rappelé aux législateurs que toute tentative de discrimination à l’encontre des enfants transgenres est intolérable et sera vaincue.

Le veto fait suite à trois autres gouverneurs qui ont récemment opposé leur veto aux projets de loi anti-transports de leurs propres États dans le Dakota du Nord, le Kansas et le Dakota du Sud. Ce n’était pas une victoire pour le Dakota du Sud, cependant, où après son veto, la gouverneure Kristi Noem (R) a immédiatement exprimé son soutien à la restriction de la participation des étudiants athlètes transgenres et a adopté deux décrets interdisant la participation des femmes et des filles transgenres aux sports féminins. équipes.

Dans le cas de la Louisiane, il subsiste toujours un risque que le législateur décide de contourner le veto d’Edwards. La sénatrice de l’État Beth Mizell (à droite), l’auteur du projet de loi, a déclaré SCS affilier 4WWL qu’elle envisage de travailler pour convaincre la législature de se réunir pour passer outre.

« Le projet de loi sur l’équité du sport féminin visait à protéger l’athlétisme féminin », a déclaré Mizell. « Les femmes ont travaillé longtemps pour que notre athlétisme atteigne le niveau actuel. Sans protection pour que les femmes biologiques puissent rivaliser avec les femmes biologiques, ces opportunités peuvent être perdues. »

Le projet de loi a été adopté par la Louisiana House 78-19 et le Sénat 29-6, ce qui signifie qu’il y a suffisamment de voix pour passer outre le veto d’Edwards si Mizell réussit.

Selon le Presse associée, une tentative de passer outre le veto du gouverneur serait historique. Étant donné que la session législative ordinaire est terminée, il faudrait une session spéciale de dérogation au veto, quelque chose que l’État n’a jamais tenu depuis l’adoption de sa constitution actuelle en 1974.

Même sans ce projet de loi, cependant, il existe encore d’énormes obstacles pour les étudiants transgenres en Louisiane qui souhaitent faire du sport, en particulier les étudiants du secondaire.

Les règles officielles de la Louisiana High School Athletic Association stipulent que « Un étudiant-athlète doit concourir selon le sexe de son acte de naissance, à moins qu’il n’ait subi un changement de sexe. »