Un procès intenté par des fans homosexuels et hétérosexuels pour l’utilisation répétée du chant homophobe « puto » lors de la Gold Cup de la CONCACAF 2019 à Soldier Field se dirige vers un tribunal fédéral. Désormais, les plaignants sont représentés par l’un des cabinets d’avocats les plus prestigieux de Chicago.

L’affaire, portée par les fans l’année dernière, a été renvoyée du tribunal d’État au tribunal fédéral, à la demande d’ASM Global, au nom du Chicago Parks District, a appris Outsports. ASM Global gère Soldier Field et le Chicago Parks District en est propriétaire.

Selon un dossier judiciaire, ASM Global a demandé le passage devant un tribunal fédéral « parce que cette affaire implique des citoyens de différents États et que le montant en litige dépasse 75 000 dollars ».

L’affaire allègue que la direction et la propriété de Soldier Field n’ont pas correctement protégé les fans LGBTQ d’être soumis à plusieurs reprises au chant « puto », bien qu’ils aient été avertis avant le match que cela pourrait être un problème. « Puto » est une insulte anti-gay souvent utilisée par les fans de l’équipe nationale masculine du Mexique et d’autres équipes de football pour insulter les joueurs sur le terrain.

Si les plaignants l’emportent devant un tribunal fédéral, cela créera un précédent juridique selon lequel les lieux – stades, arènes – peuvent être tenus légalement responsables s’ils n’empêchent pas efficacement les chants anti-gay d’avoir lieu. Les fans demandent une compensation financière à la direction et à la propriété de Soldier Field.

La FIFA a mis en place une procédure à trois niveaux lorsque ces chants sont entendus, aboutissant – si cela ne s’arrête pas – à l’abandon du match. Les fans allèguent que la procédure n’a pas été suivie et que rien n’a été fait pour arrêter le chant, nuisant à leur accès égal au match.

« Il s’agit d’un cas qui créera un précédent qui stimulera des changements indispensables », a déclaré Shannon Minter, directeur juridique du Centre national pour les droits des lesbiennes, qui a combattu et remporté de nombreuses décisions et règlements au nom des personnes LGBTQ dans le sport. « Il est scandaleux que les fans et les joueurs soient soumis à plusieurs reprises à ces chants haineux, en particulier lorsqu’il existe des politiques établies qui peuvent et doivent être mises en œuvre pour les arrêter. »

Les plaignants ont maintenant obtenu la représentation du prestigieux cabinet d’avocats Winston & Strawn, qui représentera l’affaire pro bono. Le cabinet a l’habitude de représenter des plaignants LGBTQ luttant pour l’égalité et l’inclusion.

« Cela en dit long qu’un cabinet d’avocats aussi important se lance dans cette bataille », a déclaré Minter. « L’implication de Winston & Strawn envoie le message haut et fort que les sites qui tolèrent tacitement ce harcèlement vicieux en ne l’arrêtant pas seront tenus pour responsables. »

L’un des avocats chargés de l’affaire est lui-même un ancien athlète universitaire gay. John Drosick était sorti avec quelques coéquipiers lorsqu’il était capitaine de l’équipe masculine de tennis de Villanova en 2011.

« En tant qu’ancien athlète universitaire gay moi-même, je connais de première main les expériences d’avoir peur d’être moi-même dans un cadre sportif, souvent à cause des mots prononcés autour de moi », a déclaré Drosick à Outsports.

«L’impact potentiel de ce litige – pour débarrasser les stades de football des chants LGBTQ + discriminatoires – pourrait continuer à pousser la communauté sportive à être plus accueillante pour les personnes LGBTQ + et à souligner que les mots prononcés lors d’événements sportifs peuvent avoir un impact sur tant de personnes LGBTQ + qui devraient être capable de vivre les épreuves, les tribulations, les joies et les déceptions qui se produisent sur les terrains de sport et dans les arènes sportives sans être discriminé.

Le Mexique a reçu l’ordre de jouer ses deux prochains matches de l’équipe nationale dans des stades vides parce que les fans ont continué à crier le chant homophobe pendant les matchs, ce que Outsports préconise depuis 2016.