Kyle Rittenhouse a été déclaré non coupable de tous les chefs d’accusation.
Sean Krajacic – Piscine/Getty Images

Ronald Sullivan, Université de Harvard

Lors d’un procès de deux semaines qui a relancé le débat sur les lois d’autodéfense à travers le pays, un jury du Wisconsin a acquitté Kyle Rittenhouse pour avoir tiré sur trois personnes, dont deux mortellement, lors d’une manifestation pour la justice raciale à Kenosha.

Le jury du Wisconsin a cru aux affirmations de Rittenhouse selon lesquelles il craignait pour sa vie et a agi en état de légitime défense après avoir conduit à environ 32 km de son domicile à Antioch, Illinois – ramasser un fusil semi-automatique de style AR-15 à Kenosha – dans ce qu’il revendiqué était un effort pour protéger la propriété lors de violentes manifestations. La ville au bord du lac de 100 000 habitants a été le théâtre de manifestations chaotiques après qu’un policier blanc a abattu Jacob Blake, un homme noir de 29 ans, le laissant paralysé de la taille aux pieds.

En rendant son verdict, un jury du Wisconsin a décidé que la conduite de Rittenhouse était justifiée, même si l’accusation a fait valoir qu’il avait provoqué la rencontre violente et, par conséquent, ne devrait pas pouvoir trouver refuge dans la doctrine de l’autodéfense.

Comme l’a déclaré le procureur Thomas Binger dans sa plaidoirie : « Lorsque l’accusé provoque cet incident, il perd le droit de se défendre. Vous ne pouvez pas revendiquer la légitime défense contre un danger que vous créez.

Le jury du Wisconsin n’était pas d’accord et sa décision pourrait laisser présager un résultat similaire dans une autre affaire très médiatisée en Géorgie, où trois hommes blancs sont jugés pour la mort par balle d’Ahmaud Arbery après avoir affirmé que l’homme noir était un suspect dans une vague de vols. . Comme Rittenhouse, les trois hommes ont affirmé qu’ils agissaient en état de légitime défense.

Des arguments de légitime défense sont souvent invoqués lors de procès impliquant des décès. Les jurys sont ensuite invités à déterminer si la conduite d’un accusé est justifiée par les principes de légitime défense ou si le délinquant est pénalement responsable d’homicide.

Pour compliquer les choses, chaque État a ses propres lois distinctes sur l’homicide et la légitime défense. Certains États observent la doctrine controversée du « stand your ground », comme en Géorgie – ou non, comme dans le Wisconsin – obscurcissant davantage la compréhension du public sur ce qui constitue un usage approprié de la force meurtrière.

Kyle Rittenhouse témoigne lors de son procès au palais de justice du comté de Kenosha dans le Wisconsin.
Kyle Rittenhouse a témoigné lors de son procès au palais de justice du comté de Kenosha, dans le Wisconsin, sur des accusations dans la fusillade de trois personnes, dont deux mortellement.
Photo de Mark Hertzberg-Pool/Getty Images

Cinq éléments d’autodéfense

En tant que professeur de droit pénal, j’enseigne à mes étudiants que le droit de l’autodéfense en Amérique découle d’un concept important : la vie humaine est sacrée et la loi ne justifiera l’enlèvement de la vie humaine que dans des circonstances étroitement définies.

Le droit de la légitime défense stipule qu’une personne qui n’est pas l’agresseur est justifiée d’utiliser la force meurtrière contre un adversaire lorsqu’elle a des motifs raisonnables de croire qu’elle court un danger imminent de mort ou de blessures corporelles graves. C’est la norme que chaque État utilise pour définir l’autodéfense.

Pour déterminer si cette norme est respectée, la loi examine cinq concepts centraux.

Premièrement, l’usage de la force doit être proportionné à la force employée par l’agresseur. Si l’agresseur frappe légèrement la victime dans le bras, par exemple, la victime ne peut pas utiliser une force mortelle en réponse. Ce n’est pas proportionnel.

Deuxièmement, le recours à l’autodéfense est limité aux dommages imminents. La menace de l’agresseur doit être immédiate. Par exemple, une personne agressée ne peut pas quitter les lieux, planifier une vengeance plus tard et mener une justice d’autodéfense en tuant l’agresseur initial.

Troisièmement, l’évaluation par la personne de savoir si elle court un danger imminent de mort ou de blessures corporelles graves doit être raisonnable, ce qui signifie qu’une prétendue « personne raisonnable » considérerait la menace comme suffisamment dangereuse pour la faire craindre la mort ou des blessures corporelles graves. Le point de vue subjectif d’une personne sur cette peur n’est pas suffisant pour satisfaire à la norme d’autodéfense.

Quatrièmement, la loi ne permet pas à un premier agresseur de bénéficier d’une justification de légitime défense. Seuls ceux qui ont les « mains propres » peuvent bénéficier de cette justification et échapper à la responsabilité pénale.

Enfin, une personne a le devoir de battre en retraite avant d’utiliser la force meurtrière, tant que cela peut être fait en toute sécurité. Cela réaffirme la croyance de la loi dans le caractère sacré de la vie humaine et garantit que la force meurtrière est une option de dernier recours.

‘Défend ton territoire’

La prolifération d’États qui ont adopté des lois « stand your ground » ces dernières années a compliqué l’analyse de l’autodéfense impliquant le devoir de recul.

Remontant à la première loi anglo-américaine, le devoir de retraite a fait l’objet d’une exception importante appelée historiquement la « doctrine du château » : une personne n’a pas le devoir de se retirer chez elle. Ce principe a émergé de la maxime du XVIIe siècle selon laquelle « la maison d’un homme est son château ».

La « doctrine du château » permet l’utilisation de la force meurtrière en légitime défense sans imposer l’obligation de se retirer à la maison. Au fil du temps, les États ont commencé à étendre la règle de non-retraite aux espaces extérieurs à la maison.

Les lois « tenez bon » ont fait l’objet d’un examen national lors du procès de George Zimmerman, qui a été acquitté lors de la mort par balle de Trayvon Martin en 2012.

Dans ce cas, Martin, 17 ans, rentrait chez lui à pied après avoir acheté des Skittles dans un dépanneur voisin. À l’époque, Zimmerman était un bénévole de surveillance de quartier qui a appelé la police après avoir repéré Martin. Bien que l’opérateur du 911 lui ait dit de rester dans sa voiture jusqu’à l’arrivée des policiers, Zimmerman a plutôt confronté Martin.

On ne sait toujours pas si une bagarre s’est ensuivie, qui était l’agresseur et si Zimmerman avait des blessures compatibles avec ses allégations d’avoir été battu par Martin. Zimmerman était le seul survivant; Martin, qui n’était pas armé, est mort d’une blessure par balle.

George Zimmerman a été acquitté du meurtre au deuxième degré dans la mort par balle de Trayvon Martin.
Le 13 juillet 2013, George Zimmerman a été acquitté à Sanford, en Floride, du meurtre au deuxième degré dans la mort par balle de Trayvon Martin en 2012.
Photo de Gary W. Green-Pool/Getty Images

Dans l’affaire Zimmerman, par exemple, en vertu du droit traditionnel de la légitime défense, la combinaison de la limitation du premier agresseur et du devoir de retraite n’aurait pas permis à Zimmerman de suivre Martin et de le tuer sans être tenu responsable de meurtre.

Mais, dans un État indépendant comme la Floride, Zimmerman avait légalement le droit de patrouiller dans le quartier près de la maison de Martin. En conséquence, lors de son procès, tout ce que Zimmerman avait à prouver était qu’il craignait raisonnablement la mort ou des blessures graves.

Dans le Wisconsin, Rittenhouse a également pu prouver qu’il craignait raisonnablement la mort. « Je n’ai rien fait de mal », a déclaré Rittenhouse. « Je me suis défendu.

L’accusation n’a pas pu prouver au-delà de tout doute raisonnable que Rittenhouse ne craignait pas raisonnablement pour sa sécurité. Cela représente une barre haute pour l’accusation. Ils n’ont pas pu le surmonter.

Note de la rédaction : cet article a été mis à jour pour corriger les conditions dans lesquelles Jacob Blake a été abattu.

[The Conversation’s Politics + Society editors pick need-to-know stories. Sign up for Politics Weekly.]La conversation

Ronald Sullivan, professeur de droit, Université de Harvard

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.