Les invités, entièrement vêtus de cuir, prennent place au concert « Classic meets Fetish » à l’église des Douze Apôtres (Zwoelf-Apostel-Kirche) à Berlin. (AFP via Getty/ John MACDOUGALL)

Une église de Berlin a organisé un événement fétichiste du cuir, réunissant la communauté queer, le monde fétichiste et la musique classique.

L’église évangélique des Douze Apôtres est nichée au cœur du quartier gay de Berlin Schoeneberg, abrite la toute première chorale masculine gay de la ville et dirige même un groupe de jeunes homosexuels.

Faisant partie de l’Église évangélique d’Allemagne, elle a accueilli jeudi 9 septembre une congrégation d’une centaine de personnes, toutes entièrement vêtues de cuir.

L’événement a donné le coup d’envoi du festival Folsom Europe, un événement kink de quatre jours culminant avec la célèbre Folsom Street Fair.

Tyrone Rontgagner, qui a organisé le concert d’église « Classic meets Fetish », est un traducteur et militant LGBT+ qui a été nommé à deux reprises « Mr Leather Germany ».

Des invités assistent à la messe de cuir dans une église de Berlin
Les invités écoutent la performance du concert « Classic meets Fetish » à l’église des Douze Apôtres de Berlin. (AFP via Getty/ John MACDOUGALL)

Il a dit AFP: « Beaucoup de gens pensent que la scène fétichiste est entièrement consacrée au sexe, mais ce ne sont que les vêtements que nous portons.

« C’est juste une autre façon de s’exprimer, comme la musique. La musique rassemble les gens, tout comme notre robe.

Les fidèles vêtus de cuir ont écouté des musiciens jouer Rachmaninov et Grieg. Un participant, vêtu d’une combinaison et d’une queue de cuir, a déclaré AFP que bien qu’il ne soit pas religieux, il est venu au concert pour la musique.

« La musique classique… me calme, et comme le BDSM, c’est une sorte de jeu dans lequel l’excitation monte et descend », a-t-il déclaré.

Des invités assistent à la messe de cuir dans une église de Berlin
Des invités vêtus de cuir marchent dans l’allée de l’église de Berlin. (AFP via Getty/ John MACDOUGALL)

Même le pasteur de l’église de Berlin s’habille de cuir pour l’événement « Classic meets Fetish »

L’événement «Classic meets Fetish» a la bénédiction du pasteur gay de l’église, Burkhard Bornemann, qui travaille également avec les travailleuses du sexe de la région, fournissant des repas gratuits et des services de santé sexuelle. Bornemann lui-même s’habille également de cuir chaque année pour l’événement.

L’Église évangélique en Allemagne, qui comprend les Églises luthérienne, réformée et protestante unie, a fait d’énormes progrès pour l’inclusion des homosexuels au cours des deux dernières décennies.

Les bénédictions pour les couples homosexuels ont été introduites en 2002, et l’église a même approuvé le mariage homosexuel en 2017, un an avant qu’il ne soit officiellement légalisé en Allemagne.

En juillet, la veille de la Berlin Pride, l’évêque protestant Christian Stäblein a demandé pardon à la communauté LGBT+ lors d’un service à Berlin.

S’excusant pour la discrimination historique, il a déclaré qu’en refusant aux personnes LGBT+ « leur juste place en tant qu’enfants de Dieu à l’image de Dieu… nous les discriminions et en faisions des parias ».

« Nous devons supposer que beaucoup plus de personnes ont été blessées par ces pratiques que nous ne le savons ou que nous ne pouvons le documenter », a-t-il ajouté.