L’instance dirigeante mondiale du rugby envisagerait d’interdire aux femmes trans de jouer dans des équipes féminines après qu’un forum au début de l’année a réuni des organes, notamment un groupe de campagne anti-trans.

Un groupe de travail mis en place par World Rugby a compilé un projet de document de 38 pages qui soutient que les femmes trans devraient être interdites de pratiquer ce sport, Le gardien a signalé.

Le document insiste sur le fait que les femmes trans ont un avantage physique «significatif» par rapport aux femmes cisgenres.

Il continue en recommandant que les femmes trans soient totalement interdites de jouer dans les équipes féminines de rugby, affirmant que les règles actuelles – qui sont basées sur celles introduites par le Comité International Olympique (CIO) en 2003 – ne sont "pas adaptées à l'usage".

Les hommes trans seraient autorisés à jouer au rugby aux côtés des hommes cis en vertu d'un changement de règle prévu.

Le problème du groupe avec les joueurs trans dans le sport est apparemment limité aux femmes. Ils recommandent que les hommes trans soient autorisés à jouer contre des hommes cis, mais suggèrent qu'ils devraient d'abord subir une évaluation physique et signer un formulaire de consentement.

«Les politiques actuelles régissant l'inclusion des femmes transgenres dans le sport sont basées sur l'hypothèse que la réduction des niveaux de testostérone trouvés chez les femmes biologiques est suffisante pour supprimer de nombreux avantages de performance basés sur la biologie», indique le document.

«Cependant, des preuves examinées par des pairs suggèrent que ce n'est pas le cas.»

Le document poursuit en affirmant que les femmes cis joueront un plus grand risque de subir une blessure si les femmes trans sont autorisées à participer.

En vertu des règles actuelles du rugby, les femmes trans doivent réduire considérablement leur taux de testostérone avant d'être autorisées à jouer.

Personne ne devrait se voir refuser le pouvoir salvateur du sport.

L'athlète Ally, organisation sportive LGBT +, a déclaré PinkNews qu'ils se sont réunis avec près de 375 membres en 2017 pour appeler World Rugby à se tenir aux côtés des athlètes trans.

«Aujourd'hui, alors que World Rugby envisage une interdiction pure et simple des athlètes féminines trans, nous exhortons le groupe de travail de World Rugby à s'inspirer des politiques d'inclusion déjà existantes élaborées par des experts médicaux et conçues pour promouvoir la sécurité et l'équité pour tous, telles que les directives du CIO qui ont est en place depuis des années sans problème », a déclaré l'athlète Ally dans un communiqué.

«Les femmes trans font du sport pour la même raison que les femmes cisgenres: pour l'amour du jeu et l'amour de la communauté permanente qu'il apporte. Personne ne devrait être privé du pouvoir de sauvetage du sport. »

Le forum de World Rugby a examiné l'inclusion des trans.

Le projet de document de 38 pages est issu d'un forum World Rugby tenu à Londres au début de cette année, organisé pour examiner les débats entourant les personnes trans dans le sport.

Un certain nombre d'universitaires et d'organisations ont participé au forum, notamment le groupe de campagne anti-trans Fair Play For Women.

Le transgenre Verity Smith s'est également adressé au forum où il a déclaré que des changements à la politique actuelle risqueraient d'exclure complètement les joueurs trans du rugby.

"Je ne pense pas que ce soit dangereux", a déclaré Smith Nouvelles du ciel à l'époque.

«Le sport est pour tout le monde, j’ai dû jouer avec des femmes de plus d’un pied de plus que moi. J’ai dû jouer des femmes beaucoup plus grandes que moi. Alors, pourquoi serait-ce un danger? "

«Nous pratiquons tous le sport, le rugby en particulier, sachant qu’il s’agit d’un sport de contact. Quand vous participez à des matchs internationaux, regardez votre moitié de mêlée, regardez votre première ligne, plus d'un pied et demi de différence parfois. »

Le forum est finalement parvenu à un accord sur la «base physiologique des différences de performances entre hommes et femmes».

L'année dernière, en réponse aux affirmations controversées de la nageuse olympique britannique Sharron Davies au sujet des femmes trans dans le sport, trois organisations sportives LGBT + ont publié une déclaration commune démystifiant certains des mythes courants concernant les athlètes trans.

La déclaration, qui a été compilée par Pride Sports, LEAP Sports Scotland et LGBT Sport Cymru, a déclaré que les règles du CIO faisaient leur travail pour garantir l'équité dans le sport.

Ils ont également critiqué la notion d '«avantage sexuel masculin» – un terme souvent employé par les militants anti-trans dans les discussions autour du sport – et ont dit que c'était «problématique» car cela «implique que tous les hommes sont plus forts et plus rapides que toutes les femmes».