Jennifer Crumbley, à gauche, et son mari, James, à l’extrême droite, sont assis avec leurs avocats lors d’une audience.
Bill Pugliano/Getty Images

Thaddée Hoffmeister, Université de Dayton

Beaucoup ont été surpris lorsque James et Jennifer Crumbley, les parents d’Ethan Crumbley, le garçon de 15 ans accusé d’avoir tué quatre camarades de classe au lycée d’Oxford dans le comté d’Oakland, Michigan, ont été inculpés pour leur rôle présumé dans la tragédie.

Le droit pénal, contrairement au droit civil, est moins susceptible de tenir les défendeurs responsables des actes d’un tiers, même si ce tiers est l’enfant du défendeur. En effet, en droit pénal, les accusés risquent l’incarcération et la stigmatisation associée à une condamnation.

Les deux parents de Crumbley ont plaidé non coupables à quatre chefs d’accusation d’homicide involontaire. S’ils sont reconnus coupables de tous les chefs d’accusation, ils encourent chacun une peine de prison maximale de 60 ans et des amendes maximales de 30 000 $ US. Incapables de faire la caution combinée de 1 million de dollars, ils ont comparu devant un juge le 3 décembre 2021, vêtus d’uniformes de prison et de chaînes.

Dans les rares cas où les parents de tireurs scolaires sont poursuivis, ils sont normalement accusés de crimes tels que la maltraitance des enfants, la négligence des enfants et le défaut de sécuriser correctement une arme à feu. L’accusation portée contre les Crumbley, homicide involontaire, également connu sous le nom d’homicide par négligence grave, est encore plus rare.

Mais ce n’est pas sans précédent.

La mort d’un élève de première année

En 2000, Jamelle James, une résidente du Michigan, a plaidé sans conteste l’homicide involontaire pour avoir laissé son arme de poing dans une boîte à chaussures dans sa chambre. À l’époque, James vivait dans un appartement que les procureurs ont décrit comme un « flophouse » qui était partagé avec un certain nombre de personnes, dont deux jeunes enfants.

Un garçon de 6 ans – le neveu de James – vivait temporairement dans l’appartement et a découvert l’arme, l’a apportée à l’école et a tué par balle sa camarade de classe de première année Kayla Rolland. James a passé plus de deux ans en prison avant d’être libéré sous probation.

Les procureurs ont affirmé que la conduite de James était « grossièrement négligente » et « si imprudente qu’elle démontre un manque important de préoccupation quant à savoir si une blessure en a résulté ». On peut soutenir que le fait de laisser une arme à feu non sécurisée autour de très jeunes enfants a démontré la négligence grave de James.

Ethan Crumbley, comme on le voit dans une photo d'identité de la police.
Ethan Crumbley est accusé d’avoir tué par balle quatre élèves du lycée d’Oxford le 30 novembre 2021 à Oxford, Michigan.
Photo du bureau du shérif du comté d’Oakland via Getty Images

Les fusillades d’Oxford ont été les plus meurtrières sur un campus américain K-12 depuis 2018 et ont coûté la vie à Madisyn Baldwin, 17 ans; Tate Myre, 16 ans ; Hana St. Juliana, 14 ans; et Justin Shilling, 17 ans. Sept autres personnes ont été blessées.

La procureure du comté d’Oakland, Karen McDonald, a visé directement les parents de Crumbley. Leur comportement, a expliqué McDonald, était « flagrant ».

« Je veux être très clair sur le fait que ces accusations visent à tenir pour responsables les personnes qui ont contribué à cette tragédie et à envoyer également un message selon lequel les propriétaires d’armes à feu ont une responsabilité », a déclaré McDonald lors d’une conférence de presse. « Lorsqu’ils ne respectent pas cette responsabilité, il y a des conséquences graves et pénales. »

L’une des questions clés pour les jurés, en supposant qu’aucun accord sur le plaidoyer ne soit conclu, est de savoir si les parents savaient qu’une fusillade dans une école aurait lieu ou s’ils n’ont pas tenu compte de ce fait de manière imprudente. Pour prouver la négligence grave des parents, l’accusation s’appuiera très probablement sur une série de faits allégués.

Comportement « dégoûtant »

L’un des faits les plus importants est que les Crumbley ont acheté l’arme de poing à leur fils comme cadeau de Noël et l’ont ensuite emmené à un entraînement au tir.

Aucun des parents n’a informé l’école qu’ils avaient acheté l’arme et que leur fils y avait accès.

Après avoir appris que son fils cherchait des munitions sur son téléphone à l’école, Jennifer Crumbley a dit à son fils par SMS de ne pas se faire prendre : « LOL, je ne suis pas en colère. Il faut apprendre à ne pas se faire prendre.

Aucun des parents n’a choisi de retirer leur fils de l’école après avoir appris qu’un enseignant avait trouvé un dessin inquiétant d’une silhouette ensanglantée sur son bureau.

Finalement, l’arme n’était pas sécurisée.

Bien que le dossier de l’accusation semble convaincant, l’équipe de défense des Crumbley a des contre-arguments très solides.

Pour commencer, l’arme était légale à posséder, et le Michigan n’a aucune loi exigeant que l’arme soit correctement rangée loin des mineurs. Quant à informer l’école de l’accès de leur fils aux armes, la défense soutiendra probablement que les Crumbley n’avaient aucune obligation de le faire et qu’ils n’étaient pas non plus tenus de retirer leur fils de l’école.

Enfin, en ce qui concerne le texte, Jennifer Crumbley prétendra très probablement que son texte sur les munitions a été envoyé en plaisantant et elle pensait que son fils prévoyait de tirer sur des cibles, pas sur d’autres enfants.

Changer les lois

Dans l’affaire James, l’enfant de 6 ans qui a tiré sur son camarade de classe n’a jamais été inculpé d’un crime car la plupart des juridictions estiment que les enfants de moins de 7 ans sont incapables de formuler une intention criminelle.

On ne peut pas en dire autant d’Ethan Crumbley. Il a été inculpé de quatre chefs de meurtre au premier degré, d’un chef de terrorisme causant la mort, de sept chefs de voies de fait avec intention de tuer et de 12 chefs de possession d’une arme à feu dans le cadre de la perpétration d’un crime.

La procureure du comté d'Oakland, Karen McDonald, répond aux questions lors d'une conférence de presse.
L’avocate des poursuites du comté d’Oakland, Karen McDonald, a annoncé le 3 décembre 2021 que des accusations avaient été portées contre les parents du tireur accusé du lycée d’Oxford, Ethan Crumbley.
Scott Olson/Getty Images

Malgré les défis auxquels l’accusation est confrontée, de nombreuses personnes des deux côtés du débat sur la sécurité des armes à feu applaudissent les efforts de la procureure du comté d’Oakland, Karen McDonald.

Cela peut être attribuable au fait que la plupart des tireurs scolaires ont peu de difficulté à acquérir leurs armes. Selon une évaluation de 2019 du département américain de la Sécurité intérieure, 76% des armes utilisées dans les fusillades dans les écoles provenaient d’un parent ou d’un parent proche, et environ la moitié des armes étaient facilement accessibles.

Les poursuites contre les Crumbley pourraient inverser cette tendance, tout comme les lois fédérales et étatiques récemment proposées. Deux semaines après la fusillade d’Oxford, la représentante des États-Unis, Elissa Slotkin, D-Mich., a proposé une nouvelle loi tenant les parents ou d’autres adultes responsables pour ne pas avoir sécurisé leurs armes à feu. Le Michigan, ainsi que la majorité des autres États, n’a pas de loi sur le stockage sécurisé des armes à feu, et une nouvelle loi fédérale pourrait compenser l’absence de législation au niveau de l’État et créer des sanctions en cas de non-stockage des armes en toute sécurité.

Les événements tragiques à l’Oxford High School – et l’affaire contre les Crumbley – peuvent être le catalyseur pour faire adopter cette législation et rendre les parents pénalement responsables du comportement de leurs enfants. Cette affaire peut également démontrer que le débat sur la sécurité des armes à feu s’est déplacé du palais de l’État au palais de justice.

[The Conversation’s Politics + Society editors pick need-to-know stories. Sign up for Politics Weekly.]La conversation

Thaddeus Hoffmeister, professeur de droit, Université de Dayton

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.