Laurel Hubbard en haltérophilie aux jeux du Commonwealth. (Getty/Dan Mullan)

Le Comité international olympique (CIO) a admis que ses directives pour les athlètes trans ne sont pas soutenues par la science et doivent être révisées.

Lundi, l’haltérophile trans Laurel Hubbard entrera dans l’histoire des Jeux olympiques, lorsqu’elle concourra dans la catégorie des poids super-lourds féminins.

Hubbard a été autorisée à concourir parce qu’elle a adhéré aux règles établies par la Fédération internationale d’haltérophilie, sur la base des directives du CIO.

Les directives, mises à jour pour la dernière fois en 2015, stipulent actuellement que les femmes trans peuvent concourir dans la catégorie féminine si elles maintiennent leur niveau total de testostérone en dessous de 10 nanomoles par litre pendant 12 mois.

Maintenant, le directeur médical et scientifique du CIO, le Dr Richard Budgett, a admis que les directives ne sont plus soutenues par la science.

Selon Le gardien, il a déclaré : « J’accepte absolument ça, les choses avancent. À l’époque, les 10 nanomoles par litre ont été fixées parce que nous pensions que c’était le niveau le plus bas pour [cisgender] Hommes. Nous savons maintenant qu’ils descendent à sept et [cisgender] les femmes peuvent aussi être plus élevées.

Plus tôt cette année, les sprinteuses namibiennes Christine Mboma et Beatrice Masilingi, qui sont toutes deux des femmes cisgenres, ont été contraintes de ne pas participer aux épreuves olympiques en raison de niveaux naturellement élevés de testostérone.

« S’accorder sur un autre chiffre est presque impossible et peut-être hors de propos », a ajouté Budgett. « Vous pouvez en débattre indéfiniment. »

Il a déclaré que le CIO développerait un cadre permettant aux fédérations sportives de créer leurs propres règles, insistant sur le fait qu’il n’y avait pas de « taille unique » et que chaque sport devrait trouver un équilibre entre « sécurité, équité et inclusion ».

Le CIO a admis que la « menace pour le sport féminin a probablement été surestimée »

Le Dr Richard Budgett a poursuivi : « Il y a quelques recherches, mais cela dépend si vous venez du point de vue de l’inclusion comme première priorité ou de l’équité absolue au nième degré étant la priorité.

« Si vous ne voulez prendre aucun risque que n’importe qui puisse avoir un avantage, alors arrêtez tout le monde.

« Si vous êtes prêt à extrapoler à partir des preuves existantes et à considérer le fait qu’il n’y a pas eu de femmes ouvertement transgenres au plus haut niveau jusqu’à présent, je pense que la menace pour le sport féminin a probablement été surestimée. »

Budgett a ajouté : « Nous avons passé 100 ans à promouvoir le sport féminin.

« Je pense qu’il appartient à l’ensemble du mouvement sportif international et en particulier aux fédérations internationales de s’assurer qu’elles protègent le sport féminin.

« L’autre chose importante à retenir est que les femmes trans sont des femmes. Vous devez inclure toutes les femmes si vous le pouvez. »