Les hommes queer sont plus susceptibles de vivre avec le VIH dans les pays africains qui criminalisent le sexe gay que ceux qui ne le font pas, ont déclaré des chercheurs.

Les chercheurs de l'Université Johns Hopkins ont découvert que les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) dans les pays d'Afrique subsaharienne où les relations homosexuelles sont sévèrement criminalisées courent un risque jusqu'à cinq fois plus élevé d'avoir le VIH, a rapporté Aidsmap. Dans les pays où existent des barrières juridiques ou des persécutions, elles sont deux fois plus probables.

Le changement juridique et social pour les personnes LGBT + sur le continent a, pour la plupart, été irrégulier et lent. Certains pays africains ont lancé des projets de loi pro-LGBT + ou ont complètement dépénalisé le sexe gay. D'autres restent lents, choisissant de faire respecter les lois anti-homosexuelles ou de persécuter encore plus les homosexuels.

Un militant du VIH de premier plan a déclaré RoseActualités que certains législateurs exploitent les efforts pour réduire les taux de transmission afin d'adopter des lois anti-LGBT + – et que cette étude réfute ces tactiques à peine voilées.

Les hommes du Nigéria et de la Gambie qui ont des rapports sexuels avec des hommes sont près de cinq fois plus susceptibles de vivre avec le VIH.

L'étude, menée de 2011 à 2018, a vu des chercheurs collecter des données sur les HSH vivant dans dix pays subsahariens, les divisant en trois catégories de criminalisation.

Le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau et le Rwanda – qui ne criminalisent pas les relations homosexuelles – ont constaté que 8% des hommes interrogés vivaient avec le VIH.

Environ deux hommes sur dix vivant au Cameroun, au Sénégal, au Togo et à eSwatini, où les codes pénaux entraînent moins de huit ans de prison, vivent avec le VIH.

Les enquêteurs ont considéré la Gambie et le Nigéria comme une «grave criminalisation», appliquant respectivement la réclusion à perpétuité et la peine capitale. Dans les deux pays, les participants étaient 4,65 fois plus susceptibles d'avoir le VIH.

«La décriminalisation des pratiques sexuelles consensuelles entre personnes de même sexe est nécessaire pour optimiser les efforts de prévention du VIH et, finalement, lutter contre l'épidémie de VIH», a conclu la chercheuse principale Carrie Lyons.

Matthew Hodson, directeur exécutif de l'association caritative britannique NAM Aidsmap, a souligné RoseActualités la mesure dans laquelle les lois anti-LGBT + grondent les efforts des défenseurs du VIH et des leaders de la santé qui cherchent à éteindre les taux d'acquisition.

"La prévention de la transmission du VIH et d'autres IST est parfois utilisée comme couverture pour introduire ou maintenir des lois homophobes", a déclaré Hodson.

«Ce rapport quantifie le risque accru de contracter le VIH dans les pays qui criminalisent l'homosexualité et démontre la relation entre des sanctions sévères pour les comportements sexuels homosexuels et une prévalence plus élevée du VIH.

«L'homophobie crée des obstacles à l'information et aux conseils appropriés en matière de santé sexuelle, elle empêche les gens de se faire dépister et d'accéder au traitement anti-VIH, ce qui non seulement sauve des vies mais arrête également la transmission.

«Nous ne mettrons pas fin au VIH sans garantir le respect des droits et de la dignité des personnes LGBT.»