Pape François. (Christophe Furlong/Getty)

Le Premier ministre italien Mario Draghi a rejeté les efforts du Vatican pour interférer avec l’adoption d’une loi anti-discrimination.

Il y a eu une indignation généralisée parmi les groupes LGBT+ en Italie lorsqu’il est apparu que le Vatican avait déclaré son opposition à la loi proposée, qui étendrait les protections anti-discrimination aux femmes, aux personnes LGBT+ et aux personnes handicapées.

Dans une lettre à l’ambassadeur d’Italie auprès du Saint-Siège, le ministre des Affaires étrangères du Vatican, Paul Gallagher, a affirmé que la loi – surnommée la loi Zan d’après le politicien qui l’a rédigée – violerait un traité vieux de 92 ans entre le Vatican et l’Italie.

Mais Draghi a fermement réprimandé le Vatican lors d’un discours au Sénat du pays mercredi (23 juin).

« Le nôtre est un État laïc, pas un État religieux », a déclaré Draghi, selon Reuters.

Il a poursuivi en disant aux politiciens que l’Italie a déjà mis en place des freins et contrepoids pour s’assurer que les nouvelles lois respectent les obligations juridiques internationales.

« Notre système juridique contient toutes les garanties pour garantir que les lois respectent toujours les principes constitutionnels et les engagements internationaux, y compris le concordat avec l’église », a-t-il ajouté.

Roberto Fico, président de la chambre basse, s’est également opposé mercredi à l’ingérence du Vatican, déclarant à la chaîne de télévision d’État RAI : « Le Parlement est souverain et n’acceptera pas d’ingérence.

Le Vatican a tenté d’intervenir après le blocage de la loi anti-discrimination au Sénat

Alors que le projet de loi a été adopté par la chambre basse en novembre 2020, il est depuis bloqué au Sénat.

Arcigay, une organisation italienne de défense des droits LGBT+, a déclaré RoseActualités mardi (22 juin) que le gouvernement doit « défendre les principes de laïcité qui inspirent notre démocratie ».

« La tâche de notre pays est de protéger les citoyens italiens de la violence et de la discrimination, et ce devoir, face aux agressions et violences quotidiennes que subissent les personnes LGBT+, ne peut être remis en cause par des États étrangers, encore moins par un État théocratique comme le Vatican, », a déclaré Gabriele Piazzoni, secrétaire général d’Arcigay.

Le Vatican a été condamné par d’autres organisations de défense des droits LGBT+, ainsi qu’un groupe athée, pour ses efforts visant à empêcher l’adoption de la loi.

L’Église catholique est restée ferme dans son opposition à toute avancée des droits LGBT+ au fil des ans et continue d’insister sur le fait que l’homosexualité est « intrinsèquement désordonnée ».

La relation déjà troublée du Vatican avec la communauté LGBT + a plongé dans une crise plus profonde plus tôt cette année lorsqu’il a interdit les bénédictions pour les couples de même sexe.