La Jamaïque a été informée qu’elle enfreignait le droit international et les droits de l’homme en continuant de persécuter les personnes LGBT +.

Le rapport cinglant provient du principal organisme de surveillance, la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH). L’organisation siège aux côtés de la Cour interaméricaine des droits de l’homme pour imposer des normes aux membres de l’Organisation des États américains.

Le rapport indique que la Jamaïque viole la Convention américaine relative aux droits de l’homme, qu’elle a volontairement signée en 1977.

En particulier, il fustige le pays pour avoir criminalisé les relations homosexuelles entre moi avec jusqu’à 10 ans de prison avec travaux forcés. Il a également critiqué la loi pour punir «tout acte de grossière indécence» – même un baiser – d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.

Sarah Bosha, conseillère juridique et de recherche, VIH et droits de l’homme chez AIDS-Free World, a témoigné lors des audiences de novembre dernier. Elle a salué le nouveau rapport:

«Ce rapport est une victoire éclatante pour la justice sociale et une nécessaire répudiation de l’homophobie. Les conclusions et recommandations de la CIDH peuvent conduire à des changements fondamentaux dans les politiques publiques dans les Caraïbes.

«La loi de 1864, vestige du colonialisme, contribue à la propagation de l’épidémie de VIH dans la région des Caraïbes. Elle éloigne les personnes LGBTI de la clandestinité et des services essentiels de dépistage et de traitement du VIH. Il appartient maintenant à la Jamaïque d’abroger la loi ».

Créer une «  crise de santé publique entièrement évitable  »

Un exemple du rapport montre comment la loi empêche les travailleurs de la santé de lutter contre le VIH en Jamaïque.

TB, qui a adressé une pétition à la CIDH au sujet de la loi jamaïcaine, a témoigné de son intention de faire un test de dépistage du VIH sur l’île:

«L’infirmière m’a remis un questionnaire à remplir.

«Entre autres choses, il avait des questions sur mes partenaires sexuels précédents. J’avais peur de le remplir honnêtement parce que je n’avais jamais eu de relations sexuelles qu’avec des hommes, ce qui est un crime en Jamaïque.

«Remplir le questionnaire reviendrait à admettre que j’ai enfreint la loi et que je pourrais passer jusqu’à 10 ans en prison.

«  Je ne voulais pas non plus m’exposer à davantage de ridicule en admettant que j’étais gay. Alors, quand l’infirmière ne regardait pas, j’ai rapidement rassemblé mes affaires et je suis partie.

AIDS-Free World souligne les conséquences prévisibles que cela a sur la santé de la nation.

Dans un communiqué, l’organisation a déclaré: «Le taux d’infection par le VIH en Jamaïque parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes est de 29,8%, le plus élevé de la région des Caraïbes.

«La prévalence du VIH parmi les adolescents gays et bisexuels est estimée à 14%, et la prévalence du VIH chez les adolescents transgenres est estimée à 51%. De tels chiffres constituent une crise de santé publique tout à fait évitable sur l’île ».

La commission conclut en demandant à la Jamaïque de modifier ses lois et de fournir des services de santé aux citoyens LGBT + sans discrimination.

La Jamaïque n’a aucune obligation légale de suivre les recommandations de la CIDH. Cependant, le rapport aura du poids dans la communauté internationale et incitera les législateurs à agir.