Des réfugiés LGBT+ ougandais posent dans une section protégée du camp de réfugiés de Kakuma, dans le nord-ouest du Kenya. (Sally Hayden/SOPA Images/LightRocket via Getty)

Le gouvernement ougandais a fait l’affirmation absurde et offensante que certains demandeurs d’asile LGBT+ fuyant le pays simulent simplement leur sexualité pour vivre dans des pays occidentaux.

L’homosexualité est illégale et passible de la réclusion à perpétuité en Ouganda, qui possède certaines des lois anti-LGBT+ les plus strictes au monde. La plupart des Ougandais queer survivent en restant sous le radar, et beaucoup de ceux qui parviennent à s’échapper craignent la mort s’ils reviennent.

Pourtant, le ministre des Affaires étrangères, Jeje Odongo, a mis en doute la légitimité des demandes d’asile queer en soulignant que de nombreux hommes homosexuels demandeurs d’asile ont des femmes et des enfants.

« Ces Ougandais qui sont sortis sous prétexte d’être homosexuels. Maintenant, leur mensonge les rattrape car lorsqu’ils s’installent, ils demandent à amener leurs femmes et leurs enfants », a-t-il déclaré, selon Sabah quotidien.

« Il est malheureux que certaines personnes qui ne sont pas homosexuelles prétendent être homosexuelles afin d’obtenir la citoyenneté dans des pays qui sympathisent avec eux. De telles personnes feront perdre confiance aux pays développés envers tous les Africains. »

Le fait que de nombreux demandeurs d’asile homosexuels aient des épouses n’est guère surprenant dans un pays où tant d’homosexuels sont enfermés et où la pression sociale pour se marier et avoir des enfants est forte.

Rien de tout cela n’empêche une personne de s’identifier sur le spectre LGBT+, mais le révérend ougandais Solomon Male y a vu une preuve indéniable que la sexualité des réfugiés homosexuels est « fausse ».

« Tous ceux-là sont des gays économiques. L’homosexualité est une affaire pour la plupart des Ougandais qui prétendent être homosexuels », a-t-il déclaré. Agence Anadolu (AA). « Il s’agit de gagner de l’argent. Certaines personnes gagnent en se disant homosexuels ou en travaillant avec des organisations qui s’occupent d’eux.

Il a allégué que certains avocats de premier plan gagnaient beaucoup d’argent en préparant de faux documents, et a affirmé que se faire passer pour homosexuel était désormais le moyen «le plus simple» d’obtenir un visa européen.

Cette caractérisation a été contrée par Frank Mugisha, directeur de Sexual Minorities Uganda, le groupe de défense des droits LGBT+ le plus important du pays.

Il a dit qu’il n’y avait rien de surprenant à ce que des hommes homosexuels se marient et aient des enfants car la sexualité peut être flexible ; c’est aussi le cas que de nombreux Ougandais de retour peuvent mentir sur leur sexualité pour éviter la persécution.

« Quelqu’un peut être sexuellement hétéro aujourd’hui, puis le lendemain, il peut être gay et vice versa », a-t-il déclaré. « Parce qu’ils quittent l’Ouganda en tant qu’homosexuels après avoir été persécutés par [the] l’État et les Ougandais, alors ils veulent revenir en tant que personnes différentes qui ne sont plus homosexuelles.

« Le fait que les lois contre les homosexuels existent toujours les fait revenir avec des femmes et des enfants pour vivre librement. »

Le nombre exact de réfugiés ougandais LGBT+ dans le monde est difficile à déterminer. En 2016, le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a publié un rapport indiquant que 500 Ougandais avaient demandé l’asile au Kenya en raison de leur sexualité.

Mais les militants LGBT+ disent que ces estimations étaient trop basses car la plupart des réfugiés ont été classés comme ayant fui ou demandé l’asile pour différentes raisons.