Selon Berkowitz, cette affirmation a fait de lui et Callen des parias, car beaucoup considéraient l'intention de rapports sexuels protégés comme une forme de blâme de l'épidémie sur la promiscuité, un stéréotype déjà lourd de la communauté gay à l'époque.

«Le problème avec certains militants était qu'une fois que nous avons suggéré que le style de vie avait quelque chose à voir avec le SIDA, ils se sont cachés derrière l'avertissement que personne ne savait ce qui causait le SIDA, mais que c'était probablement un virus», affirme Berkowitz.

Pour Berkowitz, une grande partie du déni et du défi dont il a été témoin à l'époque du COVID-19 lui rappelle l'opposition à laquelle il a été confronté contre son plaidoyer pour des pratiques sexuelles sans risque dans la communauté gay.

«Malheureusement, tout comme il y avait des radicaux sexuels qui pensaient que le VIH était une conspiration pour leur enlever leur abandon sexuel, maintenant nous avons des gens qui refusent de porter des masques parce qu'ils pensent que tout cela est un complot visant à saper leur liberté», explique-t-il.

«Notre argument dans la brochure était que même si vous étiez exposé au virus, vous protéger – et vos partenaires – contre les autres MST protégerait le système immunitaire de tous les hommes homosexuels et rendrait plus probable que nous soyons capables de lutter contre le VIH pour une période plus longue. »

Mis à part les querelles sociales, tout comme le VIH, les plus grandes victimes du coronavirus sont des communautés marginalisées et à risque. Le CDC estime que, par rapport aux Blancs, les Afro-Américains sont 5,3 fois plus susceptibles d'être hospitalisés pour des infections au COVID-19, tout en étant 1,4 fois plus susceptibles de mourir de la maladie.

Certains États illustrent de manière sombre la disparité raciale: en Louisiane, les Afro-Américains ne représentent que 32,8% de la population, mais 49,38% de tous les décès dus au COVID-19.

«N'importe qui peut contracter le VIH ou le COVID-19, mais ces maladies ciblent des groupes vulnérables», déclare le Dr Grelotti. «Nous craignons que les personnes vivant avec le VIH soient plus à risque de contracter le COVID-19 parce que le COVID-19 et le VIH partagent de nombreux facteurs de risque, qui sont souvent de nature sociale et non biologique.»

Après des mois d'épidémies récurrentes, il y a peu d'espoir en vue que les États-Unis commencent à aplatir la courbe des coronavirus. Alors que le public attend impatiemment un vaccin ou au moins des formes de traitement efficaces, Berkowitz met en garde contre le pari sur une pilule magique. Il cite la promotion par les premiers activistes du VIH du médicament Azidothymidine (AZT) comme exemple d’une cause bien intentionnée qui a mal tourné.

«Quand ACT UP est descendu dans la rue pour baisser le prix de l'AZT, comment savaient-ils que cela ferait plus de bien que de mal? Il s'est avéré que l'AZT était un désastre pour de nombreux homosexuels qui l'ont pris. On leur a prescrit le double de la dose correcte et l'étude sur laquelle l'approbation était basée était complètement viciée et précipitée pour se rendre sur le marché des médicaments.

Dans une période de désespoir et de peur, la surprescription d'AZT a conduit inutilement à de nombreux décès évitables chez les patients VIH.

Pour des gens comme Kallmeyer et Berkowitz, vivre une deuxième pandémie a été une expérience qui a suscité la réflexion, une expérience qui a ouvert des plaies qui n'ont jamais complètement guéri.

«Cette peur abjecte que ressent la société en ce moment va probablement durer encore six mois, puis elle s’apaisera», dit Kallmeyer. «Ce que tout le monde ressent en ce moment se passait pour la communauté gay non pas pendant six mois… mais pendant six ans. C'était juste cette morosité et cette catastrophe pendant six ans, sans remède en vue.