Plus les adolescents LGBT + sont ouverts sur leur sexualité ou leur identité de genre, moins ils sont susceptibles de faire du sport.

Pendant ce temps, les adolescents transgenres et non binaires âgés de 13 à 18 ans sont encore moins susceptibles de faire du sport que leurs pairs lesbiennes, gays et bisexuels cisgenres.

C'est selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui par le Trevor Project, une organisation américaine de prévention du suicide chez les jeunes LGBT +.

Amy Green PhD est directrice de la recherche pour le projet Trevor. Dit-elle:

«Aucun jeune LGBTQ ne devrait avoir à choisir entre être« absent »et être un athlète.

"Ces données s'ajoutent à un nombre croissant de recherches sur la participation des jeunes LGBTQ aux sports qui suggèrent la nécessité de transformer les environnements sportifs en espaces affirmant les LGBTQ."

Les adolescents sont moins susceptibles d'être des athlètes

Gens nageant
Les adolescents trans et non binaires trouvent l'accès au sport particulièrement difficile. Photo posée par des modèles. Tris Reid-Smith

Les recherches existantes ont déjà montré que les jeunes LGBT + sont moins susceptibles de faire du sport que les autres adolescents.

Nous savons également que les jeunes athlètes LGBT + se sentent moins en sécurité. En effet, des recherches antérieures montrent des niveaux élevés d'abus et de harcèlement homophobes et transphobes sur les terrains de jeux et les vestiaires. Pendant ce temps, les équipes et les entraîneurs ont tendance à ne pas lutter contre ces abus.

Mais la nouvelle étude aux États-Unis montre clairement que plus un adolescent est dehors, moins il est susceptible de faire du sport.

Pour les sexualités lesbiennes, gays, bisexuelles et autres non hétérosexuelles:

  • 32% des adolescents qui ne s'adressent à personne font du sport.
  • 28% qui ne fréquentent que quelques personnes y participent.
  • 23% qui s'adressent à «certaines personnes» y participent.
  • 22% qui sont ouverts avec «beaucoup de gens que je connais» y participent.
  • 20% des adolescents qui s'adressent à tout le monde y participent.

De même, pour les jeunes trans et non binaires de 13 à 18 ans:

  • 20% qui ne parlent à personne y participent.
  • 19% qui sont ouverts avec quelques personnes participent.
  • 16% qui s'adressent à «certaines personnes» y participent.
  • 15% pour ceux qui s'adressent à «beaucoup de monde».
  • 13% des adolescents qui s'adressent à tous font du sport.

«Un compromis entre le sport et le sport»

Les chercheurs ont déclaré: «De nombreux jeunes LGBTQ peuvent être contraints de faire un compromis entre participer à des sports et être eux-mêmes authentiques.

«Pour certains jeunes, cela peut impliquer de participer à des sports tout en cachant leur identité LGBTQ, tandis que d'autres qui sont plus« dehors »peuvent choisir de renoncer complètement à la pratique de sports.»

De plus, les chercheurs ont déclaré que cela était particulièrement difficile pour les adolescents trans et non binaires. Ils font face à des équipes séparées par sexe et à des installations changeantes. Pendant ce temps, de nombreux sports discriminent activement les participants trans, interdisant à certains de participer.

Le projet Trevor affirme que cela est particulièrement inquiétant car le sport favorise «la résilience et la santé mentale». Pendant ce temps, les adolescents LGBT + sont déjà susceptibles d'avoir une santé mentale plus mauvaise que leurs homologues hétérosexuels cis.