Le ministre des Postes américain, un important donateur et loyaliste de Trump, a annoncé dans une note de vendredi qu'il réaffectait et déplaçait 23 cadres du service postal américain, dont deux qui supervisent les opérations quotidiennes, le Washington Post rapports.

La nouvelle a alarmé les cercles démocrates, à trois mois d'une élection présidentielle qui prévoit de s'appuyer fortement sur le vote par correspondance au milieu de la pandémie de coronavirus. «Friday Night Massacre» a fait la une des journaux sur Twitter.

le Nouvelles et enregistrement rapporte: «La récente sélection de DeJoy en tant que ministre des Postes par le conseil d'administration a suscité des questions de la part de certains observateurs politiques, car il est un éminent collecteur de fonds républicain qui a fait un don massif à Trump ces dernières années, soit plus d'un million de dollars. Les avertissements fréquents du président selon lesquels il pense que les bulletins de vote par correspondance sont sujets à la fraude et pourraient conduire à des élections truquées ont amené certains à se demander ce que DeJoy avait à l'esprit lorsqu'il a pris le poste. "

NPR ajoute: «Les changements qu'il a mis en œuvre n'ont pas apaisé ces préoccupations. «Donald Trump sabote le service postal américain pour tenter de truquer les élections en sa faveur», tweeté Le sénateur Ron Wyden, un démocrate de l'Oregon, qui a été le premier État à voter par correspondance, plus tôt cette semaine. Les responsables électoraux de l'État et locaux s'inquiètent également des ramifications de ces mesures. «Je suis très préoccupé par le fait que les retards dans la livraison du courrier aient un effet négatif sur les votes par correspondance et les élections par correspondance», a déclaré la secrétaire d’État de Washington Kim Wyman à NPR la semaine dernière. »

Vendredi soir, le ministre des Postes Louis DeJoy a déclaré: «Premièrement, bien que j'aie certainement de bonnes relations avec le président des États-Unis, l'idée que je prendrais un jour des décisions concernant le service postal sous la direction du président, ou de toute autre personne en l’Administration, est totalement hors de la base. Je sers au plaisir des gouverneurs du service postal, un groupe qui est bipartisan par statut et qui évaluera ma performance de manière non partisane. Le service postal lui-même a une fière tradition d'être une organisation non partisane, ce qui, à mon avis, est l'une des raisons pour lesquelles le service postal est constamment considéré par le public comme l'entité fédérale la plus fiable. J'ai l'intention de maintenir la confiance qui m'a été placée par les gouverneurs, et d'assumer mes responsabilités envers cette organisation et envers l'intérêt public, en essayant de prendre de bonnes décisions grâce à l'exercice de mon meilleur jugement et de mon sens des affaires acquis au cours de 35 ans. d’expérience commerciale, et non fondée sur une quelconque partisanerie.

«Deuxièmement, permettez-moi d'être clair qu'en ce qui concerne le courrier électoral, le service postal et moi-même sommes pleinement déterminés à jouer notre rôle dans le processus électoral», a ajouté DeJoy. «Si les décideurs publics choisissent d'utiliser le courrier dans le cadre de leur système électoral, nous ferons tout notre possible pour livrer le courrier électoral en temps opportun, conformément à nos normes opérationnelles. Nous demandons aux responsables électoraux et aux électeurs d'être conscients du temps qu'il nous faut pour remettre les bulletins de vote, qu'il s'agisse d'un bulletin de vote blanc remis à un électeur ou d'un bulletin de vote complété retourné aux fonctionnaires électoraux. Nous avons des normes de livraison qui sont en place depuis de nombreuses années. Ces normes n'ont pas changé et, malgré toute affirmation contraire, nous ne ralentissons pas le courrier électoral ou tout autre courrier. Au lieu de cela, nous continuons à utiliser un processus robuste et éprouvé pour garantir un traitement approprié de tous les messages électoraux. »

<! –

->