Un téléphone affichant le logo Uber. (Matthieu Horwood/Getty)

Une femme transgenre a reproché à Uber de ne pas lui avoir permis de changer son nom sur l’application, ce qui a entraîné plusieurs incidents d’abus de genre chez les conducteurs.

Charlie Hadley, 33 ans, a dit Métro qu’elle voulait remplacer son pseudonyme sur Uber afin d’éviter d’être « démasquée » à chaque fois qu’elle voyage en utilisant l’application de covoiturage.

Le nom de mort de Hadley est généralement un homme, a-t-elle dit, et cela conduit souvent les conducteurs à l’appeler «monsieur» et à la tromper dans le processus.

Elle a dit Métro: « Je suis en transition depuis presque un an maintenant. Je déteste vraiment monter dans les voitures et me faire demander : « Comment se passe votre nuit, monsieur ? »

Hadley a déclaré que cela la faisait souvent se sentir « en danger » et qu’elle craignait que « quelque chose puisse se produire ».

Elle a ajouté : « Je ne veux pas entrer dans une conversation [about being trans] avec les chauffeurs, surtout si j’ai bu quelques verres et que je rentre à la maison.

Hadley a l’impression que l’application la « démasque » en tant que femme trans à chaque fois qu’elle fait un tour, en disant au point de vente: « Je ne devrais pas être démasquée en tant que femme trans à cause d’un processus logiciel interne stupide. »

Hadley a déclaré qu’elle avait déjà postulé pour devenir chauffeur pour Uber, ce qui semble faire partie du problème. Après avoir rempli un formulaire pour changer son nom, Uber lui aurait dit que cela ne serait pas possible « en raison de réglementations strictes » concernant le changement de nom des conducteurs.

Hadley n’a jamais réellement conduit pour Uber, car sa « voiture n’était pas assez neuve pour eux », a-t-elle déclaré. Métro, mais comme son compte est enregistré en tant que compte de conducteur, elle n’est pas autorisée à modifier le nom qui lui est associé.

Uber lui aurait dit qu’elle devrait créer un nouveau compte avec un nouveau nom, mais parce que son ancien compte est lié à son numéro de téléphone, elle n’a pas pu le faire.

« Ils devraient avoir des processus permettant aux conducteurs de changer de nom », a-t-elle déclaré. Métro. « Je comprends qu’ils pourraient s’inquiéter du fait que des conducteurs de mauvaise réputation changent de nom, mais Uber devrait pouvoir le faire. [handle that] par d’autres mécanismes qu’un simple nom.

Hadley a souligné qu’Uber a marqué le mois de la fierté en changeant son logo, et pourtant ne semble pas mettre les personnes trans sur sa « liste de priorités ».

« Je pense qu’ils n’ont jamais pensé à ce que serait le parcours d’une personne trans », a-t-elle ajouté.

Un porte-parole d’Uber a déclaré Métro: « Uber s’engage en faveur de la diversité et de l’inclusion et applique une politique de tolérance zéro en matière de discrimination, notamment fondée sur le sexe ou le genre.

« Nous sommes désolés que l’utilisateur ait eu une si mauvaise expérience avec nous, et nous étudions actuellement comment nous pouvons améliorer nos processus. »