Bob Enyart lisant un journal lors d'une émission le 9 janvier 1995.

Bob Enyart lisant un journal lors d’une émission le 9 janvier 1995.Photo : capture d’écran

Un animateur de radio et de télévision chrétien connu pour se moquer des personnes décédées du sida est décédé du COVID-19 à 62 ans. Le pasteur de l’église biblique de Denver, Bob Enyart, a fait la une des journaux locaux l’année dernière lorsqu’il a poursuivi son État pour son mandat de masque, puis cette année. quand il a appelé au boycott des vaccins COVID-19.

Pasteur à la Denver Bible Church, Enyart a mis en colère les familles des personnes décédées du sida dans les années 1990 lorsqu’il lisait « joyeusement » leurs nécrologies dans son émission, Bob Enyart en direct, et appelez-les « sodomites ». Il jouera ensuite « Another One Bites the Dudes » de Queen.

En relation: Un homme est décédé de COVID et sa veuve «extrêmement en colère» a écrit cette nécrologie fulgurante

« Écoutez les paroles de la chanson et vous comprendrez pourquoi je l’ai fait », a-t-il déclaré. Westword lorsqu’on lui a demandé pourquoi il se moquait des morts.

Mais maintenant, c’est lui qui est mort. Bob Enyart et son épouse Cheryl Enyart ont récemment contracté COVID-19 et ont été testés positifs il y a deux semaines.

Aucun d’eux n’a été vacciné. Selon son site Internet, ils ont refusé de se faire vacciner contre le COVID-19 car, a-t-il dit, les vaccins autorisés ont tous été « testés… sur les cellules de bébés avortés ». (Ce n’est pas vrai – ils ont été testés sur des cellules cultivées en laboratoire à partir de lignées cellulaires établies qui, il y a des années, provenaient de cellules fœtales, tout comme de nombreux autres médicaments.)

« Donc, bien qu’il ne soit pas intrinsèquement un péché de prendre un vaccin développé de manière immorale », a écrit Enyart, « nous exhortons tout le monde à boycotter Pfizer, Moderna et Johnson pour augmenter encore la tension sociale et faire pression sur les tueurs d’enfants. »

Un autre animateur de radio de droite du Colorado, Fred Williams, a annoncé hier sur Facebook le décès de Bob Enyart.

« Bob Enyart était l’une des personnes les plus intelligentes et sans aucun doute la personne la plus sage que j’aie connue », a-t-il déclaré, sans parler de la maladie d’Enyart.

L’année dernière, Enyart a déposé une plainte fédérale contre l’État du Colorado pour empêcher les paroissiens de son église d’avoir à porter des masques aux services. Et il a gagné ; un juge fédéral nommé par Donald Trump a émis une injonction levant des parties du mandat de masque de l’État.

« Parce que nous, êtres humains, sommes créés à l’image de Dieu et à la ressemblance de Dieu, nous avons non seulement le droit mais l’obligation d’adorer notre Créateur, et nous devrions pouvoir le faire sans ingérence du gouvernement », avait-il déclaré à l’époque. « Et nous sommes donc reconnaissants que cette cour fédérale ait reconnu notre droit de culte. »

Les moqueries d’Enyart à l’égard des personnes décédées du sida n’étaient qu’une de ses nombreuses attaques contre les personnes LGBTQ au cours des décennies qu’il a passées à la radio et à la télévision. Il détestait tellement les homosexuels qu’il a maintenu une liste bizarre de tueurs en série qu’il prétendait être homosexuels, qui comprend le tireur de Pulse Omar Mateen, qui n’a jamais été identifié comme gay ou bi, n’a jamais été confirmé avoir eu des relations avec un homme, était marié à une femme et a tué 49 personnes dans un club LGBTQ.

Il a inclus l’Holocauste sur la liste, déclarant faussement qu’il y avait « des preuves abondantes et soigneusement documentées… que beaucoup de ceux qui dirigeaient l’Allemagne nazie, y compris Hitler, étaient des homosexuels ».

Enyart s’est moqué des personnes LGBTQ en disant qu’il « s’est révélé » homophobe en 1989 : « Je craignais que ma famille et mes amis ne me rejettent pour mon coming-out. La plupart d’entre eux, cependant, sont favorables. Je leur ai expliqué que je suis né ainsi. Je suis homophobe.

« Par exemple, si je mange un gros repas et que je vois un homme jeter un coup d’œil romantique dans les yeux d’un autre homme et s’embrasser, je perdrai mon déjeuner », a-t-il déclaré dans une interview en 2001. « Je vais vomir. Ça me dégoûte. »

Il croyait en la peine de mort pour l’homosexualité masculine et affirmait que les écoles du Texas encourageaient les élèves « à avoir des relations homosexuelles ».

Enyart était également un opposant farouche aux droits des femmes, arguant que les femmes qui se font avorter devraient être condamnées à la peine de mort. Il a protesté contre les cliniques de santé reproductive et a même mené des manifestations au domicile des dirigeants d’une entreprise de construction qui effectuait des travaux pour Planned Parenthood, affirmant qu’ils aidaient à « tuer des enfants ».

Enyart a été reconnu coupable d’avoir battu le fils de sept ans de Cheryl en 1994 si fort avec une ceinture qu’il a cassé la peau de l’enfant. Il a été condamné à 60 jours de prison en 1999 et a ensuite épousé Cheryl, ce qui a fait de sa victime son beau-fils. Il est resté un fervent partisan de la fessée des enfants, affirmant que «le cœur des enfants est levé» lorsqu’ils sont frappés.

Il a été renvoyé en prison en 2009 pour intrusion alors qu’il protestait contre l’organisation conservatrice chrétienne Focus on the Family pour ne pas être assez anti-avortement.

Malgré ses opinions extrêmes, il a fait plusieurs apparitions sur Bill Maher’s Politiquement incorrect.