Jaquan Walker aurait perdu son emploi suite à l'attaque homophobe (Capture d'écran: WSVN)

Un employé de restaurant qui a été soumis à une «batterie anti-gay» par des clients homophobes aurait perdu son emploi suite à cet incident choquant.

Jaquan Walker, 24 ans, travaillait comme caissier à la succursale Washington Avenue du restaurant BurgerFi à Miami Beach.

Le 28 juin, il prenait des commandes pour une table d'hommes lorsqu'ils tentaient de le contrarier, et cela s'est rapidement transformé en une bagarre homophobe.

"Ils me disent que je dois mettre des basses dans ma voix", a-t-il déclaré WSVN Miami. «Ils disaient (explétif). Ils ont juste dit plein de choses. "Oh, nous allons vous tuer. Oh, nous allons te battre. Tu es gay. Tu ne devrais pas être gay. Quelle est votre taille?'"

Walker a reculé, mais quand il est retourné dans la salle à manger, il dit que les hommes ont attaqué.

Des séquences vidéo capturées sur un téléphone portable montrent des chaises lancées sur Walker. Les hommes l'ont jeté dans le restaurant et l'ont jeté au sol, le battant et lui donnant des coups de pied alors qu'il était allongé. Un autre membre du personnel tente d'intervenir mais les hommes semblent l'ignorer et continuer d'attaquer Walker.

«J'avais des cicatrices au cou. Mon bras était meurtri », a-t-il dit. "J'ai toujours mal au côté de mes côtes, et j'ai des coupures à l'intérieur de ma bouche qui me donnent des coups de pied dans la bouche et des choses."

Le combat était parsemé d'insultes homophobes et de discours de haine. Irrité par les abus haineux, Walker a jeté une chaise sur les hommes alors qu'ils quittaient le restaurant. «J'étais tellement fou. J'étais gêné », a-t-il déclaré.

Il s'est ensuite rendu au siège de la police de Miami Beach à proximité pour déposer une plainte pénale. La police a décrit l'incident comme une «batterie anti-gay» et cherche maintenant les deux clients impliqués.

Bien que les hommes semblent être à l'origine du combat, Walker a été choqué d'apprendre qu'il serait sanctionné pour cela. Il apprit peu de temps après que cette horrible journée de travail serait la dernière.

«Mon patron m'a viré», a-t-il dit. «Cela me fait me sentir mal. Je viens travailler. Je travaille. Je m'occupe de mes affaires. Je ne plaisante avec personne. J'étais un bon travailleur. J'étais toujours là à l'heure. C'est effrayant parce qu'on ne sait jamais jusqu'où ça peut aller. "

Il craint maintenant de ne pas pouvoir trouver un autre emploi pendant la pandémie.

Toute personne ayant des informations sur la batterie est priée d'appeler Miami-Dade Crime Stoppers au 305-471-TIPS.