La Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB) a annoncé mardi la démission de son plus haut administrateur pour « comportement inapproprié possible » après qu’un média a lié l’activité téléphonique de Mgr Jeffrey Burrill aux bars gays et à l’application de rencontres gay Grindr.

Un porte-parole de l’USCCB, Chieko Noguchi, a déclaré qu’il empêcherait les révélations « de devenir une distraction pour les opérations et les travaux en cours de la Conférence », après des allégations de « comportement inapproprié » de la part du responsable catholique, dont les données téléphoniques ont été signalées par The Pillar, un bulletin catholique.

Le bulletin d’information a écrit mardi que Burrill avait été sur Grindr presque « quotidiennement pendant certaines parties de 2018, 2019 et 2020 », malgré le vœu de célibat.

Burrill a été accusé d’être sur Grindr « à la fois [at] son bureau de l’USCCB et sa résidence appartenant à l’USCCB, ainsi que lors des réunions et des événements de l’USCCB dans d’autres villes ».

Bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’il « était en contact avec des mineurs via son utilisation de Grindr », le site Web a poursuivi en accusant le responsable catholique d’être « en conflit avec son rôle dans l’élaboration et la supervision des politiques nationales de protection de l’enfance », malgré l’absence de lien. entre les deux.

Il a ajouté qu’il « obtenait et analysait » les données de son téléphone via « un fournisseur de données et [was] authentifié par une société de conseil en données indépendante », qui a pu connecter les données de localisation de Grindr à un appareil appartenant à Burrill.

On ne sait toujours pas si The Pillar a payé les données du téléphone portable ou qui était le fournisseur de données, bien que les applications vendent fréquemment leurs données à des agrégateurs et à des sociétés de marketing, comme l’a rapporté mardi le Washington Post.

Selon The Post, la démission de Burrill est intervenue un jour après qu’un autre site Web d’informations religieuses, The Catholic News Agency, a mis en garde contre les inquiétudes concernant les membres du clergé liés à Grindr et l’utilisation d’autres applications de « connexion » via le suivi des données téléphoniques.

Dans une déclaration à The Independent, Grindr a déclaré qu’il était « aligné avec » la description de l’histoire par le Washington Post mardi, « qui décrit le billet de blog original de The Pillar comme homophobe et plein d’insinuations non fondées ».

« Les activités présumées énumérées dans cet article de blog non attribué sont infaisables d’un point de vue technique et incroyablement peu susceptibles de se produire », a ajouté la société.

« Il n’y a absolument aucune preuve à l’appui des allégations de collecte ou d’utilisation inappropriée de données liées à l’application Grindr comme prétendu. »