«Pourquoi avez-vous mis autant de temps?»

«Combien de temps le saviez-vous?»

«Êtes-vous le gars ou la fille dans la relation?»

«Comment savoir quand un autre mec est gay?»

Les questions sont venues rapidement et souvent de mes coéquipiers de volleyball collégial à l’Université St. Francis, près de Pittsburgh, lorsque je suis devenu gay.

J’ai été honnête avec eux sur ce qui me tenait dans le placard: le discours homophobe des vestiaires, me demandant si les gens m’accepteraient et ne pouvant pas m’accepter. C’est le manque d’acceptation de moi-même qui m’a épuisé tant de jours.

Presque tous les étudiants-athlètes sont épuisés à équilibrer leur horaire d’entraînement, leurs séances de musculation et de conditionnement, et leurs universitaires, ainsi que tout type de vie sociale qu’ils peuvent développer. J’étais épuisé par toutes ces choses. Mais surtout, j’étais épuisé parce que je dépensais tellement d’énergie à cacher qui j’étais vraiment à mes amis, à ma famille, à mes coéquipiers.

Est-ce vraiment qui vous êtes? Qu’est-ce que tout le monde va penser de vous? À quel point votre vie sera-t-elle plus difficile à cause de cela?

Ce sont les questions qui me traversaient l’esprit presque chaque fois que je pensais à ma sexualité. Une partie de moi a toujours réalisé que j’étais gay. Cependant, il y a toujours une séparation entre réaliser et accepter. Au lycée, les fois où j’entendais des mots et des phrases comme «pédé» ou «c’est gay», c’était vraiment difficile d’accepter que j’étais gay.

Le plus important à propos des personnes qui utilisent ces phrases est que bon nombre d’entre eux étaient des amis ou des coéquipiers. Souvent, je ne pensais même pas que c’était eux qui attaquaient l’orientation sexuelle d’une personne. C’était juste devenu une phrase socialement acceptable.

Shaughn McDonald porte ses chaussures Pride au gymnase St. Francis.

Shaughn McDonald, maintenant entraîneur, berce ses chaussures Pride au gymnase St. Francis.

Cependant, le mal est fait quand quelqu’un comme moi entend ces mots – il est devenu de plus en plus difficile pour moi de dire les mots que je voulais si désespérément dire. J’ai enterré cette partie de moi-même, en me concentrant sur mes universitaires et en gagnant ma façon de jouer au volleyball de division I à St. Francis. Et il a fallu de l’énergie pour le faire. Je devais être conscient de ce que je disais, comment je disais les choses, comment je faisais les choses. C’est devenu épuisant

L’université est venue et j’espérais que ce serait différent. Malheureusement, le «discours des vestiaires» qui m’a poussé plus profondément dans le placard du lycée m’a gardé là pendant une grande partie de l’université, m’empêchant d’accepter qui j’étais.

J’étais faux avec moi-même. Je ferais tout ce que je pourrais pour éviter de parler de ma vie personnelle. Je parlais trop de volleyball avec mes coéquipiers – les ennuyeux – parce que je ne pouvais pas leur laisser voir qui j’étais. J’ai ajouté des bagages supplémentaires au volleyball, aux universitaires et à essayer de créer un nouveau cercle social.

J’étais misérable. C’est au cours de ma première année que j’ai commencé à regarder «Glee». Deux des personnages principaux de cette série, Kurt et Blaine, sont en couple pendant une grande partie de la série et finissent par se marier.

Il y avait juste quelque chose à propos de voir deux hommes être heureux l’un de l’autre, et peut-être encore plus important de voir leurs amis se battre pour protéger qui ils sont, qui a touché une corde sensible. J’ai commencé à penser qu’il n’y a rien de mal à être gay. Vous êtes gay. Vous êtes gay et c’est une bonne chose!

Je commençais enfin à accepter mon moi authentique. Et cet interrupteur basculé était génial. Mais je savais qu’il y avait une route devant moi. J’ai commencé à penser à ma famille, mes amis et mes coéquipiers. Comment se sentiraient-ils? J’ai alors réalisé qu’il ne s’agissait pas d’eux. Il s’agissait de mon bonheur, de mon besoin d’être mon moi authentique et d’être ouvert sur qui j’étais.

Shaughn McDonald détient un trophée.

Shaughn McDonald était entraîneur adjoint de l’équipe féminine de volleyball de l’Université de Pittsburgh qui a remporté le titre de l’ACC en 2018.

Le soir du nouvel an de ma première année, je me suis pris une résolution – j’allais au moins parler à mes parents. Ils avaient toujours été mon meilleur système de soutien et m’ont élevé pour traiter tout le monde avec gentillesse. À cause de cela, j’ai senti qu’ils devraient savoir qui je suis. Cependant, cela ne s’est pas traduit par une tâche facile. En fait, c’était l’une des choses les plus difficiles que j’aie jamais faites.

Un soir de cet été-là, mon père et moi étions seuls à la maison. Je savais que c’était le moment. Je suis sorti de là où il travaillait et j’ai commencé à lui parler, au début de choses aléatoires parce que je n’avais aucune idée de comment en parler.

Finalement, je suis devenu silencieux et je suis resté là, les pensées s’emballant pendant qu’il travaillait. Et puis j’ai recommencé avec des conversations triviales, pour me taire à nouveau. Cela faisait une heure que mon père travaillait, je parlais puis je me taisais avant qu’il ne s’arrête et dise: «Est-ce que tout va bien? Avez-vous besoin de me dire quelque chose? »

«Oui», ai-je répondu, «mais je pourrais peut-être vomir en premier. Son regard inquiet a rapidement été accueilli par mes mots: «Je suis gay».

C’est toujours la meilleure chose que j’aie jamais faite.

Dire ces mots pour la première fois à quelqu’un était absolument libérateur. Ce fut le début de ma capacité à être authentique avec d’autres personnes. Mon père et moi avons parlé pendant deux heures. Il posait des questions, essayant de mieux comprendre mon parcours pour en arriver là.

Pas une seule fois je n’ai pensé qu’il était déçu ou qu’il me jugeait. Tout ce que j’ai obtenu de lui, c’est de l’amour et de la compréhension. C’est cette première expérience qui a donné le ton de mon parcours de coming-out. Tard dans la nuit, j’ai dit à ma mère et les premiers mots de sa bouche ont été: « Je t’aime peu importe qui tu aimes. »

Je suis retourné à l’école confiant que je finirais par faire partie de mon équipe cette année. Cela a commencé avec moi en parlant à ma colocataire et coéquipière de quatre ans et à ma bonne amie de l’équipe féminine de volleyball de Saint-François. Ils étaient tous les deux formidables à ce sujet, mais c’étaient les plus faciles. J’ai passé le reste de ce premier semestre à ne pas savoir comment le dire au reste de mon équipe. Je me cachais depuis si longtemps que je ne savais pas comment ils allaient me gérer moi-même.

Shaughn McDonald

Shaughn McDonald est passé du jeu à l’entraînement.
Athlétisme de l’Université de Pittsburgh

Un soir de janvier lors de ma pré-saison avec mes coéquipiers, tout a commencé. Mon coéquipier à qui j’étais venu m’informer que notre autre colocataire et coéquipier m’avait entendu parler au téléphone avec mes parents. Une partie de la conversation portait sur le fait que je sors avec mon équipe.

Mon cœur s’est un peu baissé, puis j’ai pensé: «Est-ce une mauvaise chose? Cela pourrait être une opportunité. J’ai donc envoyé un texto à ce coéquipier pour que nous puissions parler. Il a accepté et il a commencé à me poser des questions sur ma vie personnelle, et ici je leur répondais honnêtement et sans honte.

Nous avons emmené notre conversation avec le reste de notre classe senior et bientôt elle est passée d’un coéquipier qui me connaissait à quatre, tous qui me respectaient pour sortir et ont commencé à me poser des questions sur ma vie personnelle. Je révélais enfin la part de moi que j’avais travaillé de manière exhaustive pour garder cachée. Et j’ai finalement senti que j’avais formé un lien significatif avec eux.

J’ai passé le reste de cette pré-saison à sortir avec le reste de mes coéquipiers – 20 gars qui m’ont traité avec amitié et respect pour ma révélation.

Et c’est là que je l’ai ressenti. Je me sentais tellement plus léger. L’épuisement que j’avais ressenti en me cachant à tout le monde était parti! J’étais instantanément plus libre, plus léger et plus heureux que je ne l’avais jamais été.

Ils ont posé des questions et ils ont travaillé pour comprendre. J’avais des gens à mes côtés qui disaient qu’ils allaient être plus conscients de ce qu’ils disaient et de la façon dont ils agissaient. Je savais qu’ils me soutenaient.

J’ai passé mon dernier semestre à l’université à vivre ouvertement ma vie d’homosexuel et d’athlète. Ce fut de loin mon semestre le plus heureux à l’université où j’ai tissé les liens les plus authentiques avec les gens.

Après avoir obtenu mon diplôme de Saint-François, j’ai accepté le poste d’assistant bénévole au sein de l’équipe féminine de volleyball de l’Université de Pittsburgh. J’étais nerveux à l’idée de révéler mon moi authentique dans le monde professionnel, mais je savais que c’était la bonne chose à faire pour moi de le révéler à mes collègues ainsi qu’à mes joueurs.

Shaughn McDonald se prépare à servir à St. Francis.

Shaughn McDonald se prépare à servir à St. Francis.

Cette fois, c’était moins un coming out et plus une reconnaissance de qui j’étais. Le personnel de Pitt était reconnaissant que je leur ai révélé ce côté de moi. Tout au long de mon séjour avec eux, ils m’ont posé des questions sur ma vie personnelle, ont plaisanté avec moi et ont forgé une connexion. Cette expérience m’a aidé à réaliser que je pouvais être meilleur dans mon travail et forger de meilleures relations avec mes collègues entraîneurs et collègues en étant réel et authentique avec eux.

J’aimerais pouvoir donner quelques conseils à mon adolescent: Acceptez-vous. N’ayez pas peur de ce que les autres pensent de vous. Votre histoire n’a rien à voir avec eux. Votre bonheur n’a rien à voir avec eux. En fin de compte, c’était ma propre acceptation qui importait le plus.

J’aurais aimé être sorti plus tôt, que je m’étais accepté plus tôt. Mais je réalise aussi que mon histoire s’est déroulée de cette façon pour une raison. C’était peut-être pour que quelqu’un d’autre dans ma situation puisse en tirer des leçons. Cela signifierait le monde pour moi si mon histoire aide quelqu’un d’autre là-bas. Nous méritons tous d’être heureux et nous méritons tous de vivre comme nous-mêmes authentiques.

Shaughn McDonald, 24 ans, est entraîneur adjoint de volleyball féminin à l’Université Saint Francis, son alma mater, où il a joué au volleyball masculin. Il a déjà été membre du personnel de volleyball de l’Université de Pittsburgh (2018-19, 2020) et de l’Université du sud de la Floride (2019). Vous pouvez le joindre à smcdonald@francis.edu ou sur Instagram: @shaughn.mcdonald

Éditeur d’histoire: Jim Buzinski

Si vous êtes une personne LGBTQ dans le sport et que vous voulez raconter votre histoire, envoyez un courriel à Jim (kandreeky@gmail.com)

Découvrez notre archive des histoires à venir.

Si vous êtes une personne LGBTQ dans le sport et que vous cherchez à vous connecter avec d’autres personnes de la communauté, rendez-vous sur ALLER! Espacer pour rencontrer et interagir avec d’autres athlètes LGBTQ, ou pour Alliance de coaching pour l’égalité pour trouver d’autres entraîneurs, administrateurs et autres non-athlètes dans les sports.