Igor Ashmanov, entrepreneur technologique et homme politique russe. (TASS via Getty/ Anton Novoderezhkin)

Un homme politique et entrepreneur en Russie est en train de créer un « catalogue » officiel de « contenu toxique » à la manière de Wikipédia. Et oui, cela inclut les homosexuels.

Igor Ashmanov est un entrepreneur technologique russe qui est également coprésident du parti politique de la Grande Patrie et siège au Conseil des droits de l’homme de Russie.

Selon RT, lundi 22 novembre, Ashmanov a déclaré qu’il avait créé un « catalogue » de « contenus toxiques » qu’il prévoyait de présenter au président Vladimir Poutine lors de la prochaine réunion du Conseil des droits de l’homme.

Il l’a décrit comme étant modélisé de la même manière que Wikipédia, et a déclaré qu’il classerait le contenu en différents niveaux de toxicité et les marquerait lorsqu’ils apparaîtraient sur Internet.

Ashmanov a déclaré que le but du catalogue était de signaler le contenu toxique pour les internautes en Russie, même si le sujet ne sera pas interdit « de sitôt ».

Les sujets du catalogue incluront le contenu LGBT+, la violence, le féminisme radical, la bestialité, les « modes de vie sans enfants » et les « dangers » des vaccinations.

Ashmanov a déclaré qu’il avait déjà discuté du plan avec le président du Conseil des droits de l’homme, Valery Fadeev, et a ajouté : « Créer un registre du contenu toxique est un moyen de faire quelque chose à propos de cette zone grise. »

Le catalogue nécessiterait la coopération des fournisseurs de services et des réseaux de médias sociaux en Russie.

Fadeev a déclaré au journal de Moscou Vedomosti: « La censure est interdite en Russie, et toute interférence avec le contenu provoque des tensions publiques.

« Il existe des cas extrêmes, comme le nazisme et l’extrémisme, et les lois interdisent de tels contenus. Et il y a aussi du contenu qui n’est pas directement interdit.

« L’idée d’Ashmanov est que la société elle-même régule ces situations limites.

De nombreux sujets à inclure dans le catalogue d’Ashmanov ont récemment été qualifiés d’« extrémistes » par Andrei Tsyganov, président d’une commission pour la protection des enfants au sein du régulateur des communications de Roskomnadzor.

En septembre, il a insisté pour que les groupes LGBT+, féministes radicaux et sans enfants, ainsi que les furries, soient tous officiellement reconnus comme ayant des « idéologies extrémistes ».

Qualifier les groupes d’« extrémistes », de la même catégorie que les néo-nazis, « étendrait les droits des forces de l’ordre », a-t-il dit, et « délierait les mains de nos forces de l’ordre » et du régulateur des communications.