Mhelody Polan Bruno avait 25 ans lorsqu’elle est décédée après avoir été étouffée pendant des rapports sexuels. (Facebook)

Un ancien caporal a été emprisonné pour avoir étranglé à mort la femme trans Mhelody Bruno, après avoir quitté le tribunal en raison d’une «erreur de condamnation».

Rian Ross Toyer, 33 ans, a été condamné à 22 mois d’emprisonnement pour l’homicide involontaire coupable de Mhelody Bruno, 25 ans, qu’il a tué alors qu’il se livrait à un acte d’asphyxie érotique. Il ne sera pas admissible à la libération conditionnelle pendant 12 mois.

Toyer a d’abord été épargné en prison en raison d’une «erreur de détermination de la peine» du juge Gordon Lerve, qui avait émis une ordonnance de correction intensive de 22 mois – un plan d’action qui n’est pas autorisé pour l’accusation d’homicide involontaire coupable.

Les militants étant indignés d’avoir pu échapper à une peine de prison, le juge a été contraint de rouvrir le dossier dix jours plus tard, lundi 29 mars, pour corriger son erreur.

«De toute évidence, en prétendant imposer une ordonnance de correction intensive, j’ai commis une erreur», a déclaré le juge Lerve. «Cette erreur était fondamentale et significative, et dont je dois m’approprier.»

Cependant, il a ajouté qu’il était «très regrettable» de ne pas pouvoir imposer la peine initiale qui aurait permis à Toyer d’éviter une peine d’emprisonnement.

«Je reste fermement convaincu que si la loi permettait au délinquant de purger sa peine au moyen d’une ordonnance de correction intensive, ce serait la voie à suivre dans cette affaire», a-t-il déclaré.

Dans la détermination de la peine initiale, le juge a tenu compte du fait que l’emploi de Toyer auprès de la RAAF avait pris fin l’année dernière à la suite des accusations. L’accusé a également bénéficié d’une réduction de 25% sur sa peine pour son plaidoyer de culpabilité.

Mhelody Bruno
Mhelody Bruno (Facebook)

Toyer et Bruno se sont rencontrés sur Grindr et sortaient ensemble depuis trois semaines avant que Bruno ne soit tué le 21 septembre 2019. Le couple s’était disputé le soir de sa mort.

Bruno est mort après être tombé inconscient alors qu’il était étouffé par Toyer alors qu’ils avaient des relations sexuelles. Le tribunal a appris qu’il était courant pour lui d’enrouler sa main autour de sa gorge pendant les rapports sexuels et qu’elle l’avait placée là la première fois qu’ils avaient été intimes.

Toyer a affirmé qu’elle n’avait pas demandé à être étranglée mais aussi qu’elle n’avait pas demandé que l’étouffement cesse.

Après avoir réalisé qu’elle avait perdu connaissance, il a pratiqué la RCR et a appelé les services d’urgence. Le lendemain, elle est tombée dans le coma et est décédée après un arrêt cardiaque.

Condamnant Toyer coupable de la moindre peine d’homicide involontaire coupable, le juge s’est dit «convaincu dans l’ensemble» que Bruno «avait non seulement consenti à l’acte d’étouffement, mais l’avait en fait incité … [the first time the couple] eu des relations sexuelles ».

Il a déclaré que l’étouffement avait été «commis au cours d’un acte sexuel consensuel», qu’il n’y avait «aucun problème ou inquiétude en ce qui concerne la sécurité publique» et que Toyer était «peu susceptible de récidiver».

Les organisations communautaires philippines ont depuis exprimé leur indignation face au système judiciaire australien pour sa gestion de la mort de Mhelody Bruno.

Carielyn Tunion, de l’organisation de jeunesse philippine Anakbayan, a qualifié les peines clémentes de «minimisation dégoûtante de la violence mortelle».