Les tweets du nouveau ministre français de l'Intérieur opposés au mariage homosexuel ont refait surface alors qu'il était également confronté à des allégations de viol.

Gérald Darmanin nie fermement le viol présumé. Cependant, les féministes et les critiques du gouvernement exigent que le gouvernement du président Emmanuel Macron le retire.

Maintenant, il fait face à une autre controverse après que les tweets qu'il a publiés entre 2012 et 2013 ont refait surface sur les réseaux sociaux.

À l'époque, Darmanin était membre de l'Assemblée nationale française du Nord, région du nord de la France frontalière de la Belgique. Un an plus tard, en 2014, il devient maire de Tourcing, une ville frontalière.

Pendant ce temps, le débat sur le mariage homosexuel faisait rage en France. Cela a déclenché des marches de masse pour et contre l'égalité et quelques manifestations bizarres et semi-nues.

Mais Darmanin était clairement contre. Le 2 juin 2013, il a juré (traduit):

«Il convient donc de rappeler que la loi sur le mariage homosexuel n'oblige pas les maires à célébrer personnellement les mariages. Si je suis maire de Tourcoing, je ne célébrerai pas personnellement les mariages entre deux hommes et deux femmes. »

De plus, il a tweeté son soutien à Manif Pour Tous. Le groupe a coordonné les manifestations contre l'égalité du mariage et est devenu la principale organisation anti-LGBT + de France.

Il a déclaré que le Parti socialiste (PS) de la France, puis le président François Hollande n'auraient pas dû soutenir l'égalité du mariage.

Le 26 mai 2013, il a tweeté: «Grande manifestation pour Manif Pour Tous. Je pense que les responsables du PS auraient mieux fait de garder le silence. »

Les femmes et les personnes LGBT + ne sont «pas une priorité»

Darmanin est maintenant membre du parti centriste au pouvoir, La République En Marche (REM). Mais les allégations de viol remontent à 2009 avant que REM n'existe quand il faisait partie du parti UMP de centre droit.

À l'époque, Darmanin était conseiller local dans le nord de la France. Pendant ce temps son accusatrice, Sophie Patterson-Spatz était chef de projet au département des affaires juridiques de l'UMP.

Elle l'a approché pour lui demander son aide pour lever une peine avec sursis pour chantage. Mais elle dit qu'il l'a forcée à avoir des relations sexuelles.

Des responsables ont enquêté sur les allégations en 2017, mais les procureurs ont déclaré qu'ils ne pouvaient pas établir une «absence de consentement».

De plus, les avocats de Darmanin ont accusé Patterson-Spatz de "tentative grossière de lui faire du mal" et ont dit qu'il la poursuivrait pour diffamation.

Cependant, une série d'appels et de licenciements ont suivi. Et, en juin, une cour d'appel de Paris a ordonné aux procureurs de rouvrir l'enquête.

Malgré cette nouvelle enquête, le Premier ministre français Jean Castex a promu Darmanin, ministre de l'Action publique et des Comptes, ministre de l'Intérieur le 6 juillet.

La réponse a été rapide.

Les militants ont lancé une pétition demandant la démission à la fois de Darmanin et du nouveau ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti.

La pétition déclare (traduit):

«Le message envoyé par le gouvernement est très clair: la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des personnes LGBTQIA + n'est pas une priorité.

«Nous sommes loin de ce qui aurait dû être« la grande cause du quinquennat ».

"Après le silence assourdissant d'Emmanuel Macron concernant la violence policière et la question du racisme systémique, nous sommes confrontés à une approbation totale du sexisme et de la violence sexuelle."

Jusqu'à présent, il a atteint 99 000 signatures.