Franklin Graham a félicité le nouveau président du Malawi, qui a déjà confondu l'homosexualité et la maltraitance des enfants.

L'évangéliste notoirement anti-LGBT, qui a des liens étroits avec l'administration Trump et a prêché lors de l'investiture du président en 2016, a félicité Lazarus Chakwera pour son élection à la présidence du Malawi la semaine dernière.

Franklin Graham félicite le nouveau président Lazarus Chakwera.

Graham a écrit: «Félicitations au Dr Lazarus Chakwera, qui vient d'être élu président du Malawi. Le président actuel, Chakwera, a précédemment été président des assemblées de Dieu au Malawi et a fait un excellent travail en tant que président de notre association Billy Graham Evangelistic Association My Hope Malawi en 2010.

"Le président Chakwera a dit:" Ma victoire est une victoire pour la démocratie et la justice ". Vous joindrez-vous à moi pour prier que Dieu bénisse, dirige et protège cet homme alors qu'il dirige son pays?"

Chakwera a un dossier anti-LGBT, affirmant en 2014 que l'homosexualité est une forme d '«exploitation des enfants», selon le Human Dignity Trust.

Le nouveau président du Malawi, Lazarus Chakweri
Le nouveau président du Malawi, Lazarus Chakweri (AMOS GUMULIRA / AFP via Getty Images)

En 2015, il aurait critiqué la décision d'abandonner les poursuites contre deux hommes homosexuels condamnés pour «relations sexuelles contre l'ordre de la nature».

Dewa Mavhinga, directeur de l'Afrique australe à Human Rights Watch, a déclaré: «Le président Chakwera devrait placer le respect des droits de l'homme et de l'État de droit au centre de sa nouvelle administration. Le nouveau président doit mettre en pratique ses propres mots selon lesquels sa victoire aux urnes est une victoire pour la démocratie et la justice.

«Le président Chakwera devrait accorder une attention particulière à l'amélioration de la vie des personnes au Malawi qui ont souffert d'inégalités et de discrimination. La bonne volonté du peuple malawite et de la communauté mondiale ne doit pas être gaspillée. »

Il est toujours techniquement illégal d’être gay au Malawi.

Le Malawi continue de maintenir les lois de l’époque coloniale britannique qui interdisent les actes de «grossière indécence» et le sexe «contre l’ordre de la nature», bien qu’en 2014, le ministre de la Justice du pays de l’époque a déclaré que ces lois ne seraient plus appliquées.

Human Rights Watch ajoute: «Les lois du Malawi interdisant les relations homosexuelles consensuelles favorisent un climat de peur et alimentent la violence et la discrimination. L'environnement juridique punitif combiné à la stigmatisation sociale permet aux abus policiers de ne pas être contrôlés et empêche de nombreuses lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) de signaler des violences ou d'obtenir des soins médicaux.

«Le manque de clarté sur le statut juridique des comportements homosexuels rend les personnes LGBT vulnérables aux arrestations arbitraires, à la violence physique et à la discrimination de routine. Le gouvernement devrait réaffirmer le moratoire sur les arrestations pour comportement homosexuel consensuel publié par le ministre de la Justice en 2012 et agir rapidement pour dépénaliser ce comportement. »