Le président Donald Trump accueillera le président polonais anti-LGBT + Andrzej Duda comme son premier visiteur étranger officiel depuis le début de la pandémie.

Cette visite intervient après que l'ambassadeur américain en Pologne a condamné la discrimination, notamment fondée sur la sexualité. Ses remarques semblent être une référence à la récente attaque anti-LGBT + de Duda alors qu'il se bat pour sa réélection le 28 juin.

Entre-temps, l'UE a suggéré de réduire le financement de la Pologne pour la récupération des coronavirus en raison de la position du pays sur les droits LGBT +.

Tout cela vient alors que Duda intensifie sa rhétorique contre la communauté LGBT +.

Il se bat actuellement pour sa réélection et le scrutin indique qu'il s'agira d'une course étroite entre Duda et l'allié LGBT +, le maire de Varsovie Rafał Trzaskowski.

Le parti au pouvoir Law and Justice Party (PiS) au pouvoir de Duda a fréquemment utilisé la rhétorique anti-LGBT + pour essayer de consolider sa base conservatrice pendant les élections.

Et la semaine dernière, Duda a signé une «carte de famille» ou une «charte familiale» de propositions électorales. Il s'agissait notamment d'une promesse de ne pas autoriser le mariage ou l'adoption du même sexe et d'interdire l'enseignement des questions LGBT + dans les écoles.

De plus, il a déclaré que «l’idéologie LGBT» est «plus destructrice» que la doctrine communiste que la génération de ses parents a combattue pendant 40 ans.

Trump accueille Duda aux États-Unis

Le président Andrzej Duda de Pologne.
Le président Andrzej Duda de Pologne. Bureau du président Facebook

Ces commentaires semblent avoir inspiré mardi l'ambassadeur américain en Pologne, Georgette Mosbacher, à condamner l'homophobie sur Twitter.

Elle a tweeté: «Les États-Unis condamnent la discrimination ou la haine fondée sur la race, la religion, l'origine nationale ou l'orientation sexuelle.»

Cependant, Mosbacher a nié que l'ambassade américaine soit intervenue directement auprès de Duda au sujet de ses commentaires anti-LGBT +.

La visite de Duda aura lieu le 24 juin. Le timing peut être crucial pour le président polonais, car il se trouve à quatre jours seulement de l'élection présidentielle. Pendant ce temps, il est symbolique pour la communauté LGBT + car il vient pendant le mois de la fierté.

Le dernier visiteur étranger officiel de Trump était le Premier ministre irlandais Leo Varadkar. Il est arrivé à Washington le 12 mars, peu de temps avant la fermeture du coronavirus.

Il n'est pas clair si Trump augmentera les droits des LGBT + ou d'autres droits humains lors de la visite.

Rencontre de Duda avec un militant LGBT +

Pendant ce temps, les remarques de Duda contre la communauté LGBT + ont également déclenché des contre-protestations. Et à son tour, le président polonais a accepté de rencontrer l'un des militants LGBT +, Bartosz Staszewski, pour des entretiens.

Le porte-parole de Duda a déclaré que les entretiens avec Bartosz Staszewski au palais présidentiel étaient "bons et constructifs".

Cependant, Staszewski a donné un compte très différent de la réunion à l'Associated Press.

Il a déclaré avoir montré à Duda des photos de jeunes Polonais LGBT + décédés par suicide en raison de la discrimination à laquelle ils étaient confrontés.

Il les a déposés sur une table avec un livre sur les prisonniers homosexuels à Auschwitz.

Notamment, Duda a une relation difficile avec l'héritage de l'Holocauste.

Il a soutenu qu'il était illégal d'accuser «la nation polonaise» de complicité dans l'Holocauste ou d'autres atrocités nazies allemandes. En réponse, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé le gouvernement polonais de "déni de l'Holocauste".

De plus, Staszewski a expliqué à Duda comment des voyous avaient attaqué des Polonais LGBT + lors des marches de la fierté.

Il a dit: "Je voulais lui montrer ces photos, le regarder dans les yeux et lui montrer que je ne suis pas une idéologie."

Le couple a parlé pendant environ une heure. Cependant, lorsque Duda a utilisé la liberté d’expression pour défendre ses commentaires sur «l’idéologie LGBT», Staszewski s’est fâché et est parti sans serrer la main du président ni lui dire au revoir.

L'UE menace le financement de la Pologne dans les «zones sans LGBT»

L'autre champ de bataille actuel de Duda est avec l'Union européenne.

Et maintenant, la Commission européenne a écrit à cinq gouverneurs locaux polonais qui ont déclaré que leurs régions étaient des «zones sans LGBT».

La lettre demandait aux gouverneurs d’adopter de nouvelles «mesures favorisant l’égalité et la non-discrimination» et de confirmer leurs plans par écrit.

La lettre notait les inquiétudes des personnes LGBT + polonaises face à l'augmentation de la rhétorique à leur encontre.

De plus, il a ajouté: «Alors qu'en même temps (les gouverneurs polonais) utilisent les fonds de l'UE… ces actions (zones franches LGBT) font craindre (pour certains) aux citoyens d'être discriminés (contre) par ces autorités ou d'être battus par d'autres citoyens ou de perdre (leur) emploi. »

De manière significative, il est venu de deux hauts fonctionnaires, Joost Korte et Marc Lemaître, qui signent les chèques de l'UE aux États membres sur les projets sociaux et régionaux.

Une autre branche de l'UE, le Parlement européen, est également intervenue en Pologne cette semaine.

Fabio Massimo Castaldo, député européen, vice-président de l'intergroupe LGBTI au Parlement, a accusé Duda de "rejoindre le troupeau qui a sans cesse fait des boucs émissaires les personnes LGBTI pour conserver le pouvoir".

Élection trop proche pour être appelée

Rafał Trzaskowski.
Rafał Trzaskowski est pro-LGBT + et pro-EU. EPP

L'argument résume parfaitement deux des principaux enjeux d'une élection présidentielle qui voit la Pologne à la croisée des chemins.

Les partisans de Duda et le parti PiS adoptent une position anti-UE et anti-LGBT +. En effet, leurs détracteurs ont même suggéré de vouloir créer un État catholique autocratique en dehors de l'Union européenne.

Pour beaucoup, l’élection du principal adversaire de Duda, Rafał Trzaskowski, est l’espoir le plus immédiat d’éviter ce sort.

Il est passionnément pro-européen. Et l'année dernière, il a démontré ses références en tant qu'allié LGBT + avec une déclaration en 12 points pour protéger la communauté de Varsovie.

Le dernier scrutin montre Duda en avance sur le premier tour de l'élection le 28 juin. Cependant, les sondages suggèrent également qu'il n'obtiendrait pas les 50% requis à ce stade. Il affrontera probablement Trzaskowski lors d'un second tour, où les sondages indiquent que les candidats sont à égalité.