Caster Semenya

Semenya Caster court le 800m féminin aux Jeux olympiques de 2016.Photo: Shutterstock

Un nouveau rapport du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a dit aux pays de s'opposer aux politiques sportives qui poussent les athlètes intersexes à subir des interventions médicales "inutiles" telles que des médicaments et des chirurgies destinées à réduire les niveaux d'hormones dans une gamme correspondant à des concurrents d'un certain sexe.

Le rapport indique que les organes directeurs sportifs devraient «examiner, réviser et révoquer les règles et règlements d'éligibilité qui ont des effets négatifs sur les droits des athlètes, y compris ceux qui s'adressent aux athlètes présentant des variations intersexes».

Connexes: La NCAA pourrait déplacer les sports universitaires hors de l'Idaho en raison de sa loi interdisant les athlètes trans

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a commencé à faire des recherches sur son rapport en mars dernier après que la délégation sud-africaine de l'ONU a adopté une résolution au nom de Caster Semenya. Semenya, 29 ans, est une coureuse lesbienne cisgenre d'Afrique du Sud et médaillée d'or olympique qui a passé la majeure partie de sa carrière pro-sportive à se battre pour concourir en tant que femme malgré son niveau élevé de testostérone.

Semenya lui a fait perdre une action contre le Tribunal arbitral du sport en mai 2019 après avoir confirmé la nouvelle limite de testostérone de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme pour les athlètes féminines. La limite de testostérone obligerait Semenya et d'autres athlètes comme elle à prendre des médicaments ou à subir une gonadectomie, une ablation chirurgicale de ses ovaires, afin d'abaisser leurs niveaux de testostérone à une plage correspondant à celle d'autres athlètes féminines.

Semenya avait pris de tels médicaments de 2010 à 2015 afin de concurrencer à l'échelle internationale, mais elle a refusé de le faire à nouveau. Bien qu’elle ait perdu sa cause, elle a fait appel de la décision du tribunal devant le Tribunal fédéral suisse et attend sa décision. En attendant, elle poursuit une carrière dans le football.

"Je remercie le Haut Commissaire des Nations Unies d'avoir mis en évidence la discrimination et les préjudices subis par les femmes et les filles dans le sport", a déclaré Semenya en réponse au rapport. «Pendant trop longtemps, les personnes qui contrôlent le sport ont détourné le regard et ignoré nos droits. Je veux les assurer – nous ne serons pas réduits au silence et nous ne disparaîtrons pas. »

Les enfants intersexes peuvent naître avec une variété de caractéristiques chromosomiques, gonadiques, hormonales ou génitales qui font que leur corps manifeste physiquement une combinaison de caractéristiques biologiques stéréotypées masculines ou féminines. Parfois, ceux-ci s'expriment dans l'apparence physique ou à travers des différences internes, comme des niveaux d'hormones élevés.

En réponse au rapport des Nations Unies, World Athletics, l’organe directeur international des sports de course, de marche et d’athlétisme, a déclaré: «(Exiger que certains concurrents subissent un traitement médicamenteux et une intervention chirurgicale) est nécessaire pour garantir que la catégorie féminine dans le sport soit une catégorie protégée. (Cela) nécessite des règles et des règlements pour le protéger, sinon nous risquons de perdre la prochaine génération d'athlètes féminines, car elles ne verront aucun chemin vers le succès dans le sport féminin. »

«Tel était le raisonnement du Tribunal arbitral du sport lorsqu'il a confirmé nos règles d'éligibilité féminine l'année dernière», a poursuivi l'organisation. "La Cour d'arbitrage du sport a estimé que le règlement était" un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné pour atteindre un objectif légitime "d'assurer une concurrence loyale en athlétisme féminin."