Miłosz Miklaszewski a publié un article sur l'attaque sur Facebook. (Facebook / Miłosz Miklaszewski)

Un homosexuel a été qualifié de «pédé», violemment battu puis volé par deux hommes ivres en Pologne mardi 11 août.

L'horrible attentat a eu lieu en plein jour sur les rives du fleuve à Varsovie, la capitale polonaise.

Miłosz Miklaszewski a déclaré qu'en dépit de la présence d'autres personnes à proximité, personne n'est venu l'aider car les deux hommes ont utilisé une «matraque télescopique» pour le battre.

Miklaszewski, qui a été transporté à l'hôpital immédiatement après l'agression et y a été détenu pendant deux nuits, fait maintenant appel à des témoins avant un examen médico-légal avec la police.

L’attaque contre lui est intervenue quelques jours après que le président homophobe de la Pologne, Andrzej Duda, a prêté serment pour un second mandat.

La réélection de Duda a été célébrée par les conservateurs, mais a laissé de nombreuses personnes LGBT + craindre pour leur sécurité.

Des personnes LGBT + auraient fui la Pologne au milieu d'un regain d'homophobie parrainé par l'État et d'un sentiment anti-gay.

L'attaque a commencé mardi vers 16 heures, lorsque Miklaszewski était seul sur la plage sauvage de Rusalka – une plage populaire sur la rive est de la Vistule à l'est de Varsovie.

«J'ai essayé de profiter au maximum de mes deux jours de congé, surtout du beau temps ensoleillé», a-t-il écrit sur Facebook. «J'ai particulièrement aimé l'endroit où je passais mon temps car il n'y avait pas trop de monde et en partie à côté de la forêt.»

Après quelques heures passées à se détendre, Miklaszewski a entendu des «cris forts» de «deux mecs ivres», qui criaient «des pédés» et «des enfants marchent ici» aux gens de la plage.

Les deux hommes ont approché une autre personne, qui était arrivée à la plage à vélo, et Miklaszewski «a attrapé mes affaires et a voulu m'enfuir parce que j'évite généralement de telles situations».

Voyant son mouvement pour s'échapper, les deux hommes se sont alors dirigés vers lui.

"J'ai paniqué et je ne savais pas quoi faire", a déclaré Miklaszewski. «Soudain, j'ai senti l'impuissance me envahir. L'un d'eux a sorti une matraque télescopique. J'ai été attaqué avec ça.

«J'ai été frappé à la tête et au visage notamment par l'un d'eux. L’autre a juste ri et a essayé d’arrêter l’autre en disant: «Allez, viens», mais il n’a rien fait pour l’éloigner de moi.

"Le monsieur qui m'a frappé a répété à maintes reprises:" Vous pédé "," Vous crétin. ""

Les deux hommes ont ensuite fouillé son sac et ses vêtements, volant ses lunettes et son téléphone. Il «n’a jamais rien eu de tel», a-t-il dit, ajoutant qu’il soupçonnait les deux hommes «n’aimaient pas mes cheveux teints et la boucle d’oreille» – en d’autres termes, que l’attaque était homophobe.

«Je ne me souviens pas beaucoup», dit-il. «J'étais paralysé par la peur et j'ai été choqué.

«J'avais peur du pire – perdre la vie.»